Espace Tal Coat Domaine de Kerguehennec, 20 septembre 2019 14:00-22 septembre 2019 18:00, Bignan.

20 – 22 septembre Entrée libre et gratuite

Exposition permanente dédiée au fonds Tal Coat.

Le Département du Morbihan inaugure cet été, au cœur du Domaine de Kerguéhennec, un nouveau parcours permanent dédié au peintre Pierre Tal Coat (1905-1985), dont il conserve un ensemble exceptionnel de plus de 1200 œuvres. Au premier étage du château, huit salles permettent de parcourir 60 ans de recherche et de création. Ce fils de marin-pêcheur breton, ami d’Alberto Giacometti, s’est imposé comme une figure majeure de la peinture française de la seconde moitié du XXe siècle (Biennale de Venise en 1956, rétrospective au Grand Palais en 1976, exposition au New Museum de New York en 1985).

Domaine de Kerguehennec Domaine de Kerguéhennec, 56500, Bignan 56500 Bignan Morbihan

vendredi 20 septembre – 14h00 à 18h00
samedi 21 septembre – 14h00 à 18h00
dimanche 22 septembre – 14h00 à 18h00

02 97 60 31 84 http://www.kerguehennec.fr Situé au nord de Vannes, à trois kilomètres du bourg, le château de Kerguéhennec est édifié au cœur d’une région exclusivement rurale.
Sur les vestiges d’un ancien manoir (la seigneurie est attestée en 1476), s’érige, dans les premières années du 18e siècle, un château dont l’architecte vannetais Olivier Delourme aurait donné les plans. Le grand corps de bâtiment central, calé par deux pavillons à chaque extrémité, est traité avec la sévérité d’une architecture sensible à l’art de l’ingénieur. Le château de Loyat, non loin de là, construit à la même époque, en donne une autre interprétation qui lui est proche. Celui de Kerguéhennec est alors propriété d’un banquier, actionnaire de la Compagnie des Indes, qui y séjourne pour ses affaires. De 1873 à 1876, le comte Lanjuinais, député et président du Conseil général du Morbihan, confie à l’architecte Trilhe de très importants travaux de restauration. Ernest-Félix Trilhe, ancien élève de Duban, finit sa carrière comme architecte honoraire de la ville de Paris ; il est alors en vogue, ayant remporté deux médailles aux Expositions internationales de 1857 et 1863. Toutes les parties hautes du château sont reprises. Un bassin est créé au centre de la composition formée en U par le château et ses communs placés perpendiculairement, disposition formelle accentuée par la création d’un campanile et d’un porche d’entrée dans l’axe médian qui constitue l’entrée principale.
Le décor intérieur est entièrement refait selon un goût influencé par les grandes restaurations des châteaux de la Loire et à la mode à la Mansart. Ces transformations, exécutées avec un apport financier important du propriétaire, constituent un témoignage de grande qualité parmi les nombreuses entreprises de restauration de châteaux de campagne commencées aux alentours de 1840 en Bretagne ou en Anjou. L’originalité du projet réside dans l’utilisation d’ un château du 18e siècle, dont les dispositions d’ensemble subsistent et dont la restauration respecte en grande partie l’esprit.
Le domaine de Kerguéhennec, qui appartient de nos jours au Conseil départemental du Morbihan, ne se limite pas à cet ensemble architectural, car le parc, aménagé d’après un projet de E. Bühler, ancien collaborateur d’Alphand, fait partie d’un tout qui témoigne de l’activité artistique des débuts de la IIIe République. A noter, l’intérêt du site forestier et en particulier de l’arboretum, où ont été plantées des espèces originaires d’Amérique du nord et d’Amérique du sud.

Journees europeennes Morbihan Bignan