Rennes Emmanuel Carrère, Le Royaume, Champs libres, 20 septembre 2014 15:30-20 septembre 2014 18:00, Rencontres Les Champs Libres Tarif : Gratuit.

Avec Emmanuel Carrère, chaque nouveau livre  est une pépite. De l’or, aux contours inédits, à l’originalité.  En 2011, Limonov (prix Renaudot) a marqué tous ses lecteurs. Emmanuel Carrère revient aux Champs Libres avec son nouveau roman Le Royaume, un livre ample, drôle et grave, érudit, mouvementé et intérieur. Il y raconte les débuts de la chrétienté, ou comment deux hommes, essentiellement, Paul et Luc, ont transformé une petite secte juive en une religion qui en trois siècles a miné l’Empire romain puis conquis le monde. Dans Le Royaume se déploie le vaste horizon d’une religion qui concerne aujourd’hui encore le quart de l’humanité.

 

Le royaume« À un moment de ma vie, j’ai été chrétien. Cela a duré trois ans. C’est passé. » Passé ? Pas tout à fait, puisque cette période de « crise de foi », Emmanuel Carrère la place au cœur de son nouveau livre. Dans cet inclassable Royaume – entre autobiographie, essai, enquête et roman historique –, l’auteur déploie une fresque sur les débuts de la chrétienté, à l’époque où « Saint Paul et Saint Luc s’appellent simplement Paul et Luc ». Comment une petite secte soudée autour de son prédicateur crucifié qu’elle affirmait être le messie est devenu une religion encore aujourd’hui suivie par le quart de l’humanité ?

Le Royaume témoigne d’une enquête toute personnelle sur la naissance de l’Église et la persistance de la foi. Un voyage entre la Grèce, Rome et Jérusalem qui n’est pas sans rappeler, l’humour en plus, les fresques cinématographiques de Mankiewicz. Tour à tour irritant, passionnant, pertinent parce qu’impertinent, ce long parcours sinueux qui mêle, en un dosage très supportable, égoscopie et exégèse originale est brillant en ceci qu’il parle vrai et s’attarde avec la même logique scrutatrice sur toutes les opinions trop bien tranchées (à commencer par celle de l’auteur).

Pertinent également en rappelant à temps et contretemps que la foi chrétienne se fonde sur un impossible : la Résurrection. Événement qui scinde l’histoire de l’humanité en deux. Il l’est d’autant plus que la Résurrection n’est pas le motif principal du Royaume dont tout le texte, pourtant, n’interroge que cela… C’est un fait, une grande partie de l’humanité a cru, une large partie croit encore, en un événement impossible pour la rationalité la plus pure comme pour le simple bon sens !

Voir la suite de cet article