Correspondances, 12 janvier 2019-13 janvier 2019, .

La Philharmonie de Paris le samedi 12 janvier 2019 à 18:30 Correspondances Echos correspondances et réécritures au programme de ce concert grand format qui réunit trois sensibilités du siècle dernier et d’aujourd’hui. Ruines lugubres paysages échevelés voix mélancolique du héros romantique le concert trace un parcours entrelacé de correspondances où les poètes cheminent au pas des compositeurs et leur content à l’oreille des histoires fantastiques. L’alto ce grand violon à la voix trop humaine quand elle se dépouille de tout sauf de l’essentiel sonne dans The Viola in My Life II comme le double mélancolique de Morton Feldman. La pièce immobile et frémissante suggère l’idée d’une peau la sienne que l’on joue le grain qui sur elle frissonne. À l’opposé du presque silence : le bal. Derrière les murs fortifiés où la débauche croyait tenir à distance la peste et le choléra on entend le Conte fantastique chef-d’œuvre méconnu d’André Caplet carnaval délicieusement morbide pour harpe assassine et quatuor à cordes étranges qui porte Le Masque de la mort rouge de Poe. Au bout du chemin relevant l’archet sur l’alto héroïque Panorama particolari e licenza de Gérard Pesson tourne autour d’Harold en Italie de Berlioz comme on dit d’un cinéaste qu’il tourne des scènes. Musicien subtil et plein d’humour le compositeur décale ici trois des mouvements de l’original conserve l’alto mais lui adjoint le chant du poème original de Byron et passe le grand spectacle au tamis de son écriture musicale : effets spéciaux travelling zoom caméra sur l’épaule et liberté jubilatoire. Bref : panorama détails et licence. La Philharmonie de Paris 221 avenue Jean-Jaurès 75019 Paris Paris