Ton Père Le Monfort Théâtre, 17 juin 2021, Paris.

Ton Père
du jeudi 17 juin au lundi 28 juin à Le Monfort Théâtre
### L’HISTOIRE

« Je m’appelle Christophe et j’étais déjà assez âgé quand un enfant est entré dans ma chambre avec un papier à la main. »

Avec cette première phrase, Christophe Honoré nous invite dans l’autoportrait romancé d’un homme d’aujourd’hui, qui lui ressemble mais qui n’est pas tout à fait lui. Dans notre spectacle il sera le narrateur, nommé Christophe. Mais nous gommerons toutes les références trop personnelles (comme sa profession, des références à son âge ou son corps).

Cet homme vit à Paris avec sa fille de dix ans. Sur le papier que cette dernière a trouvé épinglé à la porte de son appartement, des mots griffonnés au feutre noir : « Guerre et Paix : contrepèterie douteuse ». Très vite, tout s’emballe. Qui a écrit ces mots ? Qui le soupçonne d’être un mauvais père ? Peut-on être gay et père ? Le livre nous conduit soudain dans tous les recoins d’une vie mais aussi au cœur de l’adolescence – en Bretagne, avec la découverte du désir, des filles, des garçons, du plaisir, de la drague.

Nous suivrons, tout au long du spectacle, un homme qui plonge dans sa mémoire intime, qui cherche des indices parfois très anciens, dans sa propre enfance, puis au cœur de l’adolescence en Bretagne. Comme pour rassembler les bouts de son puzzle intime.

Ce texte de Christophe Honoré est à la fois puissant et énigmatique, d’une merveilleuse liberté.

### INTENTIONS

« J’ai commencé à lire ce livre de Christophe Honoré en décembre 2017. Après sa lecture, je l’ai immédiatement contacté pour lui proposer de l’adapter au théâtre.

J’y ai vu un récit simple et poétique où ce qui est dit conjure la peur d’être différent, les doutes qu’une société corsetée installe dans les imaginaires de chacun. Le récit est rapide, construit comme une intrigue policière, ce qui est un défi théâtral tout à fait stimulant. Cette narration très précise et haletante suit aussi les méandres de l’intime, du rêve, du désir, de la peur, de l’envie, du souvenir. Ce qui fait de Ton père un récit riche, complexe et nuancé oscillant sans cesse entre des puissances de vie et les assauts du réel.

Ce livre ne prend jamais les contours du manifeste.
C’est un livre qui doute d’abord et qui s’affirme ensuite.
J’aime les doutes du narrateur.
J’aime quand il se souvient de son adolescence en Bretagne. Et de ses premiers désirs. De sa maladresse qu’il arrive à transformer en assurance.
J’aime la tendresse qui se dégage de ce récit.
Mais j’aime aussi son absence de complaisance.
J’aime voir ce père qui est père mais qui vit sa vie d’homme.
J’aime voir un homme qui ne lâche rien de ce qu’il aime.
J’aime voir un homme qui vacille et qui écrit qu’il vacille.

Ton père est un spectacle sur le doute. Comment agir quand la société nous renvoie que nous sommes douteux ? Qui doute de qui ?
Ton père est un spectacle sur l’héritage. Comment se construit notre histoire intérieure et que transmet-on à nos enfants ? Que fait-on de nos souvenirs ? Où se logent-ils ?
C’est un spectacle qui interroge la famille, la filiation, la figure du père (plus largement celle des parents) et les choix de chacun.
Pour reprendre le titre du film de Jean-Luc Godard, c’est un récit qui invite à « vivre sa vie ».

### LA PRESSE EN PARLE

« Une légèreté et une justesse du jeu en accord avec la vivacité de l’écriture et ses sauts dans le temps. La force du spectacle autant que sa délicatesse tiennent dans la confiance absolue que Thomas Quillardet accorde au texte et au talent des acteurs pour le faire vivre. » **MEDIAPART _ Jean-Pierre Thibaudat**

« Thomas Quillardet livre une adaptation aussi sobre que sublime du roman de Christophe Honoré. Emmenée par Thomas Blanchard, sa troupe de comédiens, d’une précision rare, alterne entre délicatesse et élégance. (…) Cette mise sur écoute, Thomas Quillardet la mène d’une main de maître, avec une délicatesse qui transforme son adaptation en bijou finement ciselé. Dans sa direction d’acteurs, il impose juste ce qu’il faut de distance pour conserver l’émotion originelle, sans, pour autant, verser dans le pathos. En narrateur omniprésent, Thomas Blanchard la joue les yeux dans les yeux avec ses auditeurs et s’inscrit dans une logique de partage de l’intime d’une émouvante simplicité. Répartis dans le public, dans un dispositif quadri-frontal, les comédiens qui l’accompagnent se manifestent ou bondissent lorsqu’ils sont convoqués. Glissant de rôle en rôle sans autre signe distinctif que leur qualité de jeu, ils se montrent d’une justesse et d’une précision rares dans leur engagement, et instillent de la chaleur et de l’élégance dans le procédé. Les passages groupés agissent alors comme des joyaux, des bulles d’oxygène, des madeleines, volées au temps, à la vie et aux tourments intimes. Preuve que le théâtre peut bouleverser, y compris dans son plus simple appareil. » **SCENEWEB**

« Haro à tous les empêcheurs de tourner en ronds, à tous les étriqués d’esprits, le lien filial ne se commande pas, il se crée, se construit, s’impose de lui-même par-delà la norme, Ton père est un spectacle délicat et essentiel sur un sujet sensible. Un manifeste pour la tolérance.» **L’Oeil d’Olivier**

« L’intelligence est au rendez-vous, la délicatesse de même, les comédien·nes sont tous·tes irréprochables, Thomas Quillardet a rendu justice à l’esprit du livre. » **Les Inrockuptibles**

8 AVRIL – THOMAS QUILLARDET

Le Monfort Théâtre 106 RUE BRANCION, 75015 PARIS Paris Paris


Dates et horaires de début et de fin (année – mois – jour – heure) :
2021-06-17T20:30:00 2021-06-17T22:00:00;2021-06-18T20:30:00 2021-06-18T22:00:00;2021-06-19T20:30:00 2021-06-19T22:00:00;2021-06-21T20:30:00 2021-06-21T22:00:00;2021-06-22T20:30:00 2021-06-22T22:00:00;2021-06-23T20:30:00 2021-06-23T22:00:00;2021-06-24T20:30:00 2021-06-24T22:00:00;2021-06-25T20:30:00 2021-06-25T22:00:00;2021-06-26T20:30:00 2021-06-26T22:00:00;2021-06-28T20:30:00 2021-06-28T22:00:00