Les Tigres sont plus beaux à voir d’après la vie et l’oeuvre de Jean Rhys le Colombier Bagnolet, 1 octobre 2021, Bagnolet.

Les Tigres sont plus beaux à voir d’après la vie et l’oeuvre de Jean Rhys
du vendredi 1 octobre au samedi 9 octobre à le Colombier Bagnolet
De la littérature… J’ai découvert Jean Rhys par un chemin dont le spectacle témoignera. Jean Rhys, qui êtes-vous ? Un livre de Christine Jordis. En deuxième partie de ce livre, se trouve une interview de Jean Rhys par un autre auteur David Plante ; Elle est au crépuscule de sa vie, et lui à l’âge de tous les possibles. A l’origine de leurs rendez-vous, un contrat les liait : David Plante venait aider Jean Rhys à mettre de l’ordre dans sa mémoire et ses écrits qui allaient devenir son autobiographie inachevée : “Souriez, s’il vous plait”, qui paraîtra après sa mort. Nous ferons la connaissance de Jean, et du jeune homme, au rythme de leur rendez-vous, sorte de fil conducteur, qui nous ramènera au présent. La matière du spectacle aurait pu s’en tenir à ces rencontres. Mais comme le théâtre invite à des chemins de traverses, et que je ne pouvais pas nous priver de la découverte de Jean Rhys, par quelques-unes de ses œuvres, où elle transcende magnifiquement sa vie, nous prolongerons la visite en s’aventurant dans ses nouvelles pour être encore plus proche de sa voix. …Au théâtre Entremêler les différents espaces de narration, Passer du présent au passé, Se laisser porter par la puissance narrative de ces écrits, Décliner les angles d’entrées, Guider le spectateur dans ces contrées, Se laisser envahir par la matière de la vie et de l’œuvre. Voilà notre visée Sa vie et son œuvre En 1890, nait à la Dominique (Indes occidentales) Ella Gwendolen Rees Williams, qui après avoir utilisé plusieurs pseudonyms, est devenue Jean Rhys, 1907, à l’âge de 17 ans, elle quitte le pays natal pour Londres, et entre à la Perse School à Cambridge. Elle n’y restera qu’un trimestre puis entrera à l’Académie d’art dramatique. 1908, son père meurt, on ne peut plus payer ses cours, sa mère lui demande de rentrer à la Dominique. Elle refuse et, pour subvenir à ses besoins, elle se fait engager comme Chorus Girl dans une comédie musicale Our Miss Gibbs. 1909, elle vit une première aventure amoureuse qui dure 18 mois, avec un homme plus âgé qu’elle qui la quitte en lui versant une pension. Vient la guerre, elle exerce plusieurs petits métiers… dans une cantine, elle sert à manger aux soldats 1917, elle rencontre à Londres Jean Lenglet, poète, journaliste hollandais, 1919, elle le rejoint et l’épouse à Amsterdam, le couple s’installe à Paris. 1920, Naissance de leur fils William, qui meurt trois semaines plus tard. Ils partent pour Vienne, 1922, Retour à Paris Via Budapest, Naissance de leur fille Maryvonne. 1923, Elle commence sa vie d’écrivain. Ils sont à court d’argent, elle sollicite l’aide d’une correspondante du Times Mme Adam, rencontrée à Londres et lui confie un cahier, (« Un roman sous forme de journal », lui répond-elle quand celle-ci lui demande « et vous, avez-vous écrit quelque chose ? »). Par ce geste, une vie s’en suit, tumultueuse, sauvée par l’acte d’écrire. Mme Adam la présente à Ford Madox Ford qui a la réputation de dénicher les talents littéraires. Il l’encourage à écrire. Jean Lenglet est emprisonné à Fresnes pour trafic de devises, et entrée illégale sur le territoire français. Ford et sa femme Stella Bowen prennent Jean Rhys sous leur protection. Ford devient l’amant de Jean. Jean Lenglet sera extradé vers la Hollande 1924, parution de « Vienne », nouvelle, dans le premier numéro de la Transatlantic Review, édité par Ford 1927, Rive Gauche, recueil de nouvelles paraît chez Jonathan Cape. Refus de Quatuor, par Jonathan Cape (qui y devine avec justesse, un récit des aventures de Jean avec Ford et craint d’exposer celui-ci) Voyage à Londres, Jean rencontre Leslie Tilden Smith chez Chatto and Windus, il devient son agent littéraire 1928, Chatto et Windus publie Quatuor 1930 Jonathan Cape publie After living Mr Mackensie, Quai des Grands Augustins 1931, Elle vit à Londres avec Leslie Tilden Smith 1932, Divorce d’avec Jean Lenglet et épouse Leslie Tilden Smith, sa fille Maryvonne restera en Hollande et la rejoindra pour les vacances 1934, Constable publie Voyage in the Dark, Voyage dans les ténèbres (en parti inspiré par sa première histoire d’amour et ses premiers cahiers d’écriture, son journal, qu’elle avait confié à Mme Adam) – 1936, voyage à la Dominique avec son mari Leslie, pour la première et dernière fois depuis son arrivée en Europe. De retour de ce voyage, Jean Rhys commence le long chemin qui l’amène à La Prisonnière des Sargasses, (une première version, jamais publiée fut tapée par Leslie, elle se trouve à Tulsa, la suite manuscrite s’est perdue). Puis, en 1949 elle évoque le titre d’un roman « the first MRS Rochester », « simmering in my head for a long long time » Un lien fort et un impossible retour au pays natal irriguent – plus particulièrement encore que dans l’ensemble de son œuvre, ce roman qu’elle a porté longtemps en elle avant la version que nous connaissons. – 1939, Constable publie Good Morning Midnight, Bonjour Minuit – 1945, Mort de Leslie Tilden Smith – 1947, épouse Max Hamer, le cousin de Leslie – 1949 Selma Vaz Dias, actrice, la recherche pour lui demander l’autorisation d’adapter un de ses romans pour la BBC. Jean elle-même répondra à un avis de recherche paru dans le journal « toute personne connaissant les coordonnées de Jean Rhys est priée de prendre contact… », elle s’appelait alors Mme Hamer. – 1949, elle passe un court séjour en prison, inculpée pour coups et blessures, après avoir giflé un voisin qui l’avait insultée. – 1950, Max mêlé à une escroquerie, est emprisonné. Jean s’installe à Maidstone tout près de la prison. – 1955, Jean et Max s’installent en Cornouailles – 1957, Jean commence la rédaction de Wide Sargasso Sea, La Prisonnière des Sargasses – 1957, Selma Vaz Diaz adapte Good Morning Midnight, Bonjour Minuit pour la BBC – Francis Wyndham et Diana Athill de chez André Deutsch prennent une option sur son prochain roman en cours d’écriture – 1960, Jean et Max s’installent définitivement à Cheriton Fitz Paine, Devonshire – 1961, Mort de Jean Lenglet – 1964, Jean Rhys a une crise cardiaque en allant à Londres pour déposer ses épreuves de La Prisonnière des Sargasses – 1966, Max meurt, Jean est seule – 1966, André Deutsch publie Wide Sargasso Sea, La prisonnière des Sargasses, vif succés – Le roman obtient le W.H. Smith literary Award et elle devient membre de La Royal Society of literature – 1968, André Deutsch publie Tigers are better looking , Les tigres sont plus beaux à voir – 1969, première publication en France de Les tigres sont plus beaux à voir – suivie de la publication de Bonjour Minuit – 1971, parution en France de La prisonnière des Sargasses – 1973, parution en France de Quatuor – 1976, André Deutsch publie Sleep it off Lady, il ne faut pas tirer sur les oiseaux au repos – 1978, parution en France de il ne faut pas tirer sur les oiseaux au repos Jean Rhys est décorée par la reine du C.B.E Commander of the order of the British Empire, pour services rendus à la littérature 1979, le 14 mai, Jean décède à l’âge de 89 ans Entre 1939 et 1966, elle disparaît de la scène littéraire, du moins de l’accès à l’édition. Francis Wyndham, déclarait que la véritable qualité des œuvres de Jean n’avait pas su être appréciée parce qu’elle était en avance sur son temps, « aussi bien d’esprit que de style » A la lecture de sa correspondance notamment, je ne peux m’empêcher de penser que pour elle, écrire était l’essentiel, qu’elle accordait peu d’importance au succès médiatique, et préférait porter ses efforts sur la solitude nécessaire à son destin d’écrivain, plutôt qu’à sa reconnaissance Elle a orchestré sa vie autour de l’écriture, dans une sorte de discrétion, à ses dépens, confrontée souvent à une grande précarité. Le mystère de ses disparitions et réapparitions du monde littéraire peut être vu sous cet angle. A cela s’ajoute les épreuves de sa vie, qui témoignent du courage qu’il lui a fallu pour persévérer. Le passage d’une de ses œuvres à la BBC, (qui déclarait la croire morte !) la ramène au devant de la scène… Elle était au calme, au fin fond du Devon et travaillait à quelques nouvelles inédites et à son futur roman. Si elle semble s’être évaporée quelques temps, l’écriture ne l’a jamais quittée. Pendant presque 9 ans, ses éditeurs anglais attendront avidement qu’elle accepte de donner son aval pour l’édition de Wide Sargasso Sea, La Prisonnière de Sargasses, que son perfectionnisme l’incitait à parfaire. En France, où elle a, en quelque sorte débuté sa carrière d’écrivain dans les années 20, la réception du public a été tardive, elle n’est venue qu’en 1969 quand Pierre Leyris, un de ses traducteurs la fit découvrir avec Les Tigres sont plus beaux à voir. Pierre Leyris, écrit alors : « c’est en vérité une grande contemporaine, non seulement par une maîtrise elliptique du récit dont je ne vois guère d’exemple comparable aujourd’hui, mais par l’énergie, faite de souffrance et de compassion indignée, avec laquelle elle nous exhorte à cesser d’être des tigres puisque nous n’en avons pas la beauté. » Par la suite, dés que ses œuvres nous arrivaient elles étaient traduites et éditées. Un cercle d’admirateurs s’est révélé qui ne cesse de s’ét Après sa mort 1979 parution en France de Quai des Grands Augustins – 1979 André Deutsch publie Smile Please, Souriez s’il vous plaît, Une autobiographie inachevée – 1980, parution en France de Souriez s’il vous plaît, Une autobiographie inachevée – 1981 Rive Gauche, édition française de Left bank, – 1984 The letters of Jean Rhys – 1987 parution en France de Correspondance 1931/1966 2008, en France, L’oiseau moqueur et autres nouvelles, the Whistling Bird, (recueil de nouvelles écrites de 1960 à 1978) Sa carrière secrète ou discrète la place aux côtés des plus grands. La force de certains auteurs, les plus exigeants, les plus profonds, est de réapparaître par vagues, d’une époque à l’autre au mépris des modes. Elle est de ces écrivains, guides clairvoyants, de passage et éternels, au delà de tout tumulte.

Le Solstice d’Hiver directrice artistique Magali Montoya

le Colombier Bagnolet 20 rue Marie-Anne Colombier 93170 Bagnolet Bagnolet Dhuys Seine-Saint-Denis


Dates et horaires de début et de fin (année – mois – jour – heure) :
2021-10-01T20:30:00 2021-10-01T22:30:00;2021-10-02T20:30:00 2021-10-02T22:30:00;2021-10-03T17:00:00 2021-10-03T19:00:00;2021-10-04T20:30:00 2021-10-04T22:30:00;2021-10-05T20:30:00 2021-10-05T22:30:00;2021-10-06T20:30:00 2021-10-06T22:30:00;2021-10-08T20:30:00 2021-10-08T22:30:00;2021-10-09T20:30:00 2021-10-09T22:30:00