Exposition de Virginie Transon, 5 juillet 2021-5 juillet 2021, Blaye,.

Exposition de Virginie Transon 2021-07-05 – 2021-07-18 Poudrière La citadelle
Blaye Gironde

  « Virginie Transon travaille sur le recyclage des matières, l’accumulation, le détournement. Ses œuvres se nourrissent de matériaux empruntés à la culture populaire, au quotidien féminin (magazines féminins, papiers, tissus, dentelle, canevas, broderie,…etc) ou investis d’une valeur esthétique féminine assemblés et collés à profusion afin de créer une nouvelle « peau » (matière). L’accumulation, la répétition, la profusion constituent mon process artistique comme autant d’abondance pointant du doigt notre hyper consumérisme. Cette profusion provoque un questionnement optique. Ainsi ordonnés, les matériaux compilés interrogent le spectateur sur notre rapport à la consommation, à la mode, au temps qui passe. Les objets ou matériaux superposés, accumulés sont également choisis pour l’effet d’optique qu’ils génèrent, pour leur couleur, ou leur translucidité. »

+33 5 57 42 12 09

« Virginie Transon travaille sur le recyclage des matières, l’accumulation, le détournement. Ses œuvres se nourrissent de matériaux empruntés à la culture populaire, au quotidien féminin (magazines féminins, papiers, tissus, dentelle, canevas, broderie,…etc) ou investis d’une valeur esthétique féminine assemblés et collés à profusion afin de créer une nouvelle « peau » (matière). L’accumulation, la répétition, la profusion constituent mon process artistique comme autant d’abondance pointant du doigt notre hyper consumérisme. Cette profusion provoque un questionnement optique. Ainsi ordonnés, les matériaux compilés interrogent le spectateur sur notre rapport à la consommation, à la mode, au temps qui passe. Les objets ou matériaux superposés, accumulés sont également choisis pour l’effet d’optique qu’ils génèrent, pour leur couleur, ou leur translucidité. »

« Virginie Transon travaille sur le recyclage des matières, l’accumulation, le détournement. Ses œuvres se nourrissent de matériaux empruntés à la culture populaire, au quotidien féminin (magazines féminins, papiers, tissus, dentelle, canevas, broderie,…etc) ou investis d’une valeur esthétique féminine assemblés et collés à profusion afin de créer une nouvelle « peau » (matière). L’accumulation, la répétition, la profusion constituent mon process artistique comme autant d’abondance pointant du doigt notre hyper consumérisme. Cette profusion provoque un questionnement optique. Ainsi ordonnés, les matériaux compilés interrogent le spectateur sur notre rapport à la consommation, à la mode, au temps qui passe. Les objets ou matériaux superposés, accumulés sont également choisis pour l’effet d’optique qu’ils génèrent, pour leur couleur, ou leur translucidité. »

Virgine-Transon