Le début est comme une entaille d’après Marie Darrieussecq / DAS PLATEAU

facebook_event_990527894338572

Le début est comme une entaille d’après Marie Darrieussecq / DAS PLATEAU, 17 novembre 2015 19:30, THEATRE OUVERT-CENTRE NATIONAL DES DRAMATURGIES CONTEMPORAINES

FOCUS – F.T.O#2
Temps fort sur les écritures contemporaines

Mardi 17 novembre à 19h30
Le début est comme une entaille
d’après le roman de Marie Darrieussecq Il faut beaucoup aimer les hommes

Lecture-performance
5€ – 3€ – entrée libre avec La Carte TO

Le début est comme une entaille
Conception et réalisation : DAS PLATEAU
Jacques Albert / Céleste Germe / Maëlys Ricordeau / Jacob Stambach
Mise en scène : Céleste Germe
Dramaturgie : Jacques Albert
Composition musicale et sonore : Jacob Stambach
Avec : Cyril Guei et Maëlys Ricordeau
Création vidéo : Robin Kobrynski
Régie son : Adrien Kanter

Il faut beaucoup aimer les hommes est une histoire d’amour. Solange est blanche, Kouhouesso est noir. C’est un roman sur un amour brûlant et douloureux : elle ne regarde que lui, lui regarde ailleurs. Il a un grand projet. Il veut réaliser l’adaptation cinématographique de Au coeur des ténèbres de Conrad. Et partir tourner le film en Afrique. La scène se passe à Los Angeles, ils sont acteurs tous les deux. Il veut sortir des studios d’Hollywood et plonger dans la forêt.
Das Plateau s’empare de l’écriture de Marie Darrieussecq et propose, un an avant la création du spectacle, une lecture-performance à partir de cette oeuvre qui parle d’amour et de racisme, du féminin et du masculin, de la manière dont l’histoire des peuples s’immisce à l’intérieur de l’histoire des hommes.
Le début est comme une entaille témoigne des premiers moments d’expérimentation autour de la narration, de la composition musicale et de la lumière, qui viendront irriguer le travail de création d’Il faut beaucoup aimer les hommes en septembre 2016.

Production Das Plateau.
Coproduction Théâtre Ouvert, Centre National des Dramaturgies Contemporaines, avec le soutien de la Région Ile-de-France
Un projet soutenu dans le cadre de L’Objet des mots du Festival Actoral, en collaboration avec la SACD.
Cette lecture performance fait suite à une résidence menée à Théâtre Ouvert dans le cadre de l’Ecole Pratique des Auteurs de Théâtre (EPAT) et au Pôle Culturel d’Alfortville.
Création du spectacle à Théâtre Ouvert en septembre 2016.

Le début est comme une entaille d’après Marie Darrieussecq / DAS PLATEAU was last modified: octobre 27th, 2015 by Unidivers Mag
@THEATRE OUVERT-CENTRE NATIONAL DES DRAMATURGIES CONTEMPORAINES Paris