La fin du monde est pour dimanche

concert

La fin du monde est pour dimanche, 4 juin 2016 21:00, Théâtre de la Ville de Saint-Malo

avec François Morel
Mise en scène Benjamin Guillard
Texte François Morel

– SPECTACLE COMPLET –

A propos du spectacle …

Mettons la jolie nappe blanche
Les fleurs coupées
Le vin au frais
Allons déjeuner sous les branches
Ça va tomber par où ça penche
La fin du monde est pour dimanche
Promettez-moi de ne pas rire : je rêve d’un spectacle existentiel. Oui, allons-y, ne nous
gênons pas, ne nous mouchons ni du pied, ni du coude, il s’agirait d’un spectacle traitant de
la vie, de la mort, autant dire que je deviens ambitieux avec l’âge. Justement, il y sera
question de l’âge et du temps qui passe, et aussi de la recherche du bonheur. Il y sera
forcément question de la déchéance, des amours impossibles et d’autres sujets aussi
délicieux. Oui, je rêve d’un spectacle existentiel : promettez-moi de rire !
S’imaginer encore un peu
Presque éternel
Presque immortel
Juste avant de se dire adieu
Ça va tomber par où ça penche
La fin du monde est pour dimanche

François Morel – Avril 2012

————————————-

Texte de Pierre NOTTE – mars 2014
Ça va tomber par où ça penche.
Le jour va se lever, le soleil avec. Un grand-père montre une aurore à son petit-fils, trésor insaisissable. « Profite, ça rend philosophe ». Les choses de la vie, vues par François Morel, réconcilient avec le moment présent. C’est l’inexorable fuite du temps qu’il attrape, épingle, observe avec le sourire en coin et l’oeil mélancolique. Janine sirote son vin cuit, parle à une photographie de Sheila, et remercie son idole d’avoir été là, à chaque instant de sa vie. Un figurant, hallebardier de fond de décor, dit sa carrière sans gloire et son blues en alexandrins. Un envoyé spécial de France Bleu Judée, journaliste mécréant, couvre en direct un 24 décembre la naissance à Bethléem du divin enfant.
Chroniqueur pour France Inter, ancien acteur des Deschiens, le comédien et poète réunit des textes écrits pour la radio. Seul en scène, narrateur et personnages, il s’entoure d’images mouvantes, d’effets sonores et d’apparitions magiques. François Morel fait vivre une galerie de gens simples aux joies extraordinaires. Un amour fou pour une huître, un regard dans le métro, la voix d’Anna Karina… Tous voyagent entre des cadeaux tombés du ciel, les saveurs perdues au fil des épreuves de l’existence, des bonheurs sans nom et quelques éclats de rire. La vie est là et la philosophie si simple. Si le monde tient encore jusqu’à dimanche, profitons-en pour exister.

La fin du monde est pour dimanche was last modified: mai 24th, 2016 by Unidivers Mag
@Théâtre de la Ville de Saint-Malo Saint-Malo