Après le succès de Ma vie de courgette, film d’animation adapté d’un de ses romans, Gilles Paris revient avec une histoire d’enfance tourmentée. Dans Le Vertige des falaises, nous faisons la connaissance de Marnie, une adolescente sauvage et rebelle perdue dans l’ambiance ténébreuse de son Île.

Marnie vit avec sa grand-mère, Olivia Mortemer et sa mère, Rose dans une maison de verre et d’acier construite par Aristide, le grand-père architecte. Les Mortemer règnent sur cette île et tiennent à distance tous les curieux du Continent. Rien ne peut atteindre un Mortemer et les secrets y sont bien gardés. Marnie n’a qu’une seule amie, Jane, fille aveugle de Prudence l’intendante et voisine. À part Geraud, le médecin et Côme le curé, les hommes ne viennent plus à Glass. Aristide, le grand-père est mort d’une attaque cardiaque et Luc, le fils d’Olivia et mari de Rose s’est tué dans son bolide un soir d’orage : « Les garçons sont de mauvaises herbes qu’il faut arracher et jeter au fumier. »

GILLES PARISSi l’on ne dit rien à une enfant de quatorze ans, Marnie sait bien plus de choses qu’il ne faudrait. Et la violence cachée du monde des adultes entaille l’innocence fragile de la jeune fille. Pour échapper à la douleur d’Olivia, femme battue pendant des années par son mari « aussi coupant que le verre et plus dur que l’acier de son œuvre », pour oublier le cancer de sa mère abandonnée par un mari attiré par tout ce qui brille, les belles voitures, l’argent et les femmes, Marnie s’enivre du vertige des falaises avec Jane, cherche l’amour auprès de Vincy et s’invente un monde intérieur.

Dans ce roman choral, les confessions d’Olivia, les errements de Marnie s’entrecroisent laissant aussi la place aux récits de Rose et aux ressentis de personnages secondaires. Tous les personnages sont construits, la plupart traînent des drames d’enfance expliquant peut-être leur condition entre cette Île sombre et le Continent. Olivia et Marnie restent toutefois les deux personnages forts. Olivia est « l’arbre centenaire sur qui tous les orages se sont abattus sans arracher la moindre écorce ». Elle était prête à tout pour donner un avenir à son fils auprès de la tendre Rose. Mais Marnie connaîtra peu son père. Elle ne pourra que suivre sa trace dans les rues du Continent.

GILLES PARISAu-delà du prénom de l’héroïne, l’inspiration hitchcockienne est bien présente. Dans le décor avec cette île en proie aux orages, cette maison de verre et d’acier, ces personnages énigmatiques. Et l’auteur n’en finit pas de nous surprendre. En peaufinant sa construction, Gilles Paris délivre intelligemment les secrets des uns et des autres.

Alors certes, Le vertige des falaises est le roman tendresse du mois, mais Gilles Paris ne se contente pas de rester dans sa zone de confort et crée avec cette Île personnifiée un climat sombre où chaque personnage évoluant au bord de la falaise peut à chaque instant perdre l’équilibre.

Le Vertige des falaises de Gilles Paris est paru chez Plon le 6 avril 2017, 256 pages, 16,90 €

Nos autres conseils de lecture pour le mois d’avril 2017, c’est ici

***

Gilles Paris travaille dans l’édition depuis trente ans. Puis il crée et dirige la société APS, un argus de la presse spécialisée dans le spectacle, agence qu’il déplace chaque année au Festival de Cannes. Il est l’auteur de Papa et maman sont morts (Seuil, 1991), d’Autobiographie d’une Courgette (Plon, 2002), best-seller traduit dans une douzaine de langues, d’Au Pays des kangourous (Don Quichotte, 2012, récompensé par six prix littéraires) et de L’Été des lucioles (Héloïse d’Ormesson, 2014).

Actualité de Gilles Paris :

Ma vie de Courgette – Rencontre avec Gilles Paris Cinéma Pathé Levallois 15 avril 2017 14:3018:00

 

Lectrice boulimique et rédactrice de blog, je ne conçois pas un jour sans lecture. Au plaisir de partager mes découvertes.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom