Un étrange frisson souffle sur la Maison Internationale de Rennes (MIR) du 9 au 19 octobre 2018. Le Naïa Museum de Rochefort-en-Terre (56), musée d’art fantastique et visionnaire (unique en France), y inaugure ce mardi l’exposition UN RÊVE JAUNE. L’occasion pour les Rennais de (re)découvrir un genre artistique souvent marginalisé. Plongeon dans l’imaginaire et le bizarre…

stefan gesell mir

Chimères italiennes

L’exposition « Un rêve jaune » s’est créée dans le cadre de Court-Métrange, festival de cinéma Horreur & Fantastique de Rennes (15e édition. 16-21 oct. 2018). Il développe cette année une thématique autour du Giallo à l’italienne. Le Giallo, sous-genre du cinéma d’exploitation italien d’après guerre, à mi-chemin entre l’horreur, l’érotisme et le thriller, est reconnu par beaucoup pour son excentricité et sa violence, souvent inspirées par le climat social ou politique dans lequel il s’ancre.

L’exposition du Naia Museum y trouve son nom (Giallo signifie jaune) ainsi que ses thématiques. Elle reprend en effet les grands questionnements de l’art italien de la seconde moitié du XXème siècle, à savoir : la représentation du corps, la place de la femme, la révolte sociale ou encore la violence politique. Les artistes exposés sont français, belges ou encore allemands, tous contemporains, sélectionnés pour la concordance de leurs œuvres avec les thématiques du festival.

stefan gesell mir

Des Hommes et des Dieux

Difficile de ne pas être troublé par ce parcours énigmatique et spectaculaire. Dès l’entrée dans la cour intérieure du MIR, entre les vieilles briques couleur sang, les hauts formats photographiques de Stefan Gesell et l’installation de Patrice « Pit » Hubert viennent engouffrer le spectateur dans une ambiance douceâtre et morbide, où règnent main dans la main le sensuel et le cadavérique.

Le spectateur de poursuivre son chemin à l’intérieur et de s’étonner devant le « Grand Cantabile » de Michel Levy. Idole sculptée d’inspiration classique, Levy traite sans vergogne et avec panache de la condition animale bafouée et de l’humain dans sa folie aveugle. Un peu plus loin, on retrouve l’artiste français avec ses bustes où la Vie et la Mort révèlent leurs connivences sous apparence humaine.

expo reve jaune

Passage au fantastique avec les illustrations et peinture d’Olivier Ledroit. Entrant en résonance avec les questionnements de nos voisins italiens sur la civilisation – à reconstruire, suite à la guerre – sensiblement inspirées par le peplum et l’art futuriste, ses œuvres nous invitent à découvrir (ou imaginer) la civilisation perdue de l’Atlandide. Portraits divins façon heroic fantasy, incrustés de bijoux dorés et arborant des textes en langues obscures : tout un univers dans un cadre.

Des crânes encasqués, des visages ligaturés dans du métal. A mi-chemin entre le fétichisme BDSM et les fantasmes futuristes de l’homme-machine, les sculptures du Belge Tim Roosen mêlent un aspect lisse et doux avec la violence de la sensation qu’il accompagne. Sa série baptisée Asylum nous expose à un onirisme sensuel, froid et morbide.

tim roosen mir rennes

Le Festival Court-Métrange s’est bâti sur le constat que le cinéma de genre ne se trouvait pas de place au sein des festivals de cinéma européens. De la même manière c’est une chance rare que cette mise en valeur de l’art fantastique. Le genre est globalement laissé sur la touche des galeries et expositions traditionnelles. L’occasion donc de tordre le coup à certains préjugés sur la portée artistique du genre et de se surprendre soi-même face à des œuvres qu’on ne voit pas d’ordinaire en arpentant les expositions.

Une visite… familiale

Patrice et Emmanuelle Hubert, directeurs du Naia museum, sont les directeurs de cette exposition en marge du Festival Court-Métrange pour la troisième année consécutive. Une coopération qui fonctionne au regard du succès grandissant que connaît le festival. Mais à qui s’adresse l’exposition ?

On pourrait penser d’après l’image que véhicule le genre et les thématiques à l’honneur que ce « rêve jaune » n’est destiné qu’aux adultes avertis. Bien au contraire, le festival encourage vivement à en faire un rendez-vous familial ! Pour preuve, la première semaine d’exposition est consacrée uniquement aux visites scolaires. Le tout-public n’accédera aux œuvres qu’entre 16h et 19h. La deuxième semaine d’exposition sera, elle, ouverte à tous.

A des fins d’accessibilité, l’exposition met à disposition de petits livrets ludiques sur l’oeuvre d’Art, écrit grâce à la participation de travailleurs de l’ESAT Belle Lande de Dol de Bretagne : Qu’est-ce qu’une oeuvre d’Art ? Quelle peut-être son utilité ? Qu’est-ce que l’Art contemporain ? etc…

 

art fantastique

 

Maison Internationale de Rennes
7 quai Chateaubriand, 35000 Rennes

Entrée gratuite.
Du mardi 9 au vendredi 12 octobre : 16h – 19h
Du samedi 13 au dimanche 14 octobre : 12h – 19h
Du lundi 15 au mardi 16 octobre : 16h – 19h
Du mercredi 17 au vendredi 19 octobre : 12h – 19h

 

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom