LA COULEUR CRUE S’EXPOSE AU MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE RENNES

couleur crue rennes
Jennifer Tee, Tampan Natural system of Souls, 2019 Courtoisie de l'artiste et de la Galerie Fons Welters, Amsterdam

Le temps d’un été, Rennes se pavoise aux couleurs de l’art contemporain du jeudi 25 juin au dimanche 13 septembre 2020. L’exposition La couleur crue sera présentée au Musée des beaux-arts de Rennes en écho à la Collection Pinault (voir notre article) qui investira de nouveau le Couvent des Jacobins afin de présenter un choix d’œuvres autour du noir et du blanc. Présentation du Musée des beaux-arts en vidéo puis de La couleur crue par son conservateur et directeur Jean-Roch Bouiller.

Les relations entre la couleur et la matière dans l’art

Traiter de la couleur en art peut sembler relever de la plus banale évidence, l’expérience de la couleur étant une donnée élémentaire de notre rapport aux œuvres. L’exposition La couleur crue qui sera présentée au Musée des beaux-arts se concentre sur une approche sensible de la matière des œuvres et sur l’expérience des visiteurs face à elles. Elle choisit de focaliser sur le lien qui unit matière et couleur lorsque la seconde n’éclipse pas la première.

Evariste Riche
Evariste Richer, CMYK, 2009 Courtoisie de l’artiste et SCHLEICHER/LANGE, Berlin/Paris Collection Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur

Le  terme de couleur crue renvoie aux éléments fournis en profusion par la nature, aux forces telluriques et aux socles communs d’une histoire de l’art plurimillénaire. Elle peut suggérer l’aspiration à une forme de simplicité, par opposition aux sophistications des sociétés matérialistes. Le choix de mettre en avant la matière brute pour sa couleur est ancien dans l’histoire de l’art. On le retrouve dans les incrustations de matières précieuses de la sculpture antique, les peintures sur pierres polies de la Renaissance, les jupes en tulle de la petite danseuse de Degas et toutes les expériences de collusion entre matière réelle et illusion d’optique dans l’art du XXe siècle.

Wolfgang Laib
Wolfgang Laib, Zikkurat, 2005 Black burma lacquer on wood 204 x 246 x 52 cm © Wolfgang Laib. Photo: Charles Duprat. Courtoise de la Galerie Thaddaeus Ropac, London Paris Salzburg

La couleur crue renvoie aussi à des procédés chimiques et des expérimentations menées par des cohortes d’artistes-alchimistes de plusieurs époques. La couleur crue évoque enfin l’emploi direct d’objets trouvés, de matériaux considérés comme non nobles et des techniques artisanales, abondamment remis au centre de la question artistique par plusieurs générations d’artistes des XXème et XXIème  siècles, de l’Art & Craft à l’Arte Povera, jusqu’à aujourd’hui.

Perrine Lievens
Perrine Lievens, Deux lignes, sd Perrine Lievens

La matière de la couleur aujourd’hui

Derrière ce lien étroit apparaît d’emblée la question de l’existence de la couleur à l’état naturel et de sa relation à la lumière. Comment les contrastes de matières donnent-ils naissance aux formes, comment la trace du vivant marque-t-elle l’empreinte d’un passage éphémère sur Terre ? Comment la couleur existe-t-elle dans la matière même ? Comment peut-on la capter, la figer, la transmettre ?

Dove Allouche
Dove Allouche Aspergillus chevalieri (Eurotium) myc 3, MA #24 2017 Photolithographie et cive en verre soufflé 48 x 48 cm Crédit photo : Aurélien Mole Courtoisie Dove Allouche et gb agency, Paris

L’exposition La couleur crue explore ainsi la couleur de la matière dans la variété des formes et des formats dont les artistes se sont saisis ces dernières années. Elle entre dans les profondeurs de la matière-couleur à travers des œuvres, des processus et des expérimentations aussi bien naturels que technologiques.

Michele Ciacciofera
Michele Ciacciofera, Janas Code, 2019 Courtoisie de l’artiste et Michel Rein, Paris/Brussels

Le parcours de l’exposition

L’exposition se déroule de manière progressive dans les espaces du Musée des beaux-arts de la matière la plus brute à la plus immatérielle. Le parcours débute avec des œuvres dont la couleur est celle de la matière qui les compose, dans son plus simple appareil. Elle se poursuit avec des artistes qui s’intéressent aux matériaux, et par là-même aux techniques et savoir-faire qu’ils activent et mettent en œuvre. Une troisième partie donne toute leur place aux « immatériels » qui constituent aussi les œuvres : toute matière-couleur renvoie à la réalité, aux objets qui la constituent et à la symbolique dont ils sont porteurs. Enfin, le parcours s’achève sur les questions de dématérialisation des œuvres : comment ces dernières se libèrent-elles de leur support, comment le processus de perception prend-il le pas sur la confrontation à un objet figé, comment le traitement de la lumière entre-t-il en jeu ?

Jennifer Tee
Jennifer Tee, Tampan Natural system of Souls, 2019 Courtoisie de l’artiste et de la Galerie Fons Welters, Amsterdam

Matière, matériaux, « immatériels », dématérialisation constituent ainsi le fil conducteur de La couleur crue. La matière-couleur y prend forme dans des mediums variés comme la peinture, la sculpture, l’objet, le texte, le son, l’installation mais aussi la vidéo, dans des œuvres matérielles et incarnées, immatérielles ou conceptuelles, immersives ou frontales.

Jean-Roch Bouiller, Sophie Kaplan, Anne Langlois Commissaires  de l’exposition

Michele Ciacciofera
Michele Ciacciofera, Janas Code, 2019 Courtoisie de l’artiste et Michel Rein, Paris/Brussels

Artistes exposés au Musée des Beaux-Arts

Caroline Achaintre, Dove Allouche, Michel Blazy, Ulla von Brandenburg, Michele Ciacciofera, Edith Dekyndt, Daniel Dewar et Grégory Gicquel, Dan Flavin, Gérard Gasiorowski, Katharina Grosse, Ann Veronica Janssens, Véronique Joumard, Anish Kapoor, Mike Kelley, Aglaïa Konrad, Wolfgang Laib, Perrine Lievens, Vincent Malassis, Flora Moscovici, Jean-Luc Moulène, Florian et Michael Quistrebert, Evariste Richer,  SARKIS, Lucy Skaer, Jennifer Tee, herman de vries, Remy Zaugg.

Musée des Beaux-Arts, 20, quai Emile Zola, 35000 Rennes mba.rennes.fr tel : 02 23 62 17 45. Ouvert tlj sf. lundi 10:00–17:00

Dove Allouche
Dove Allouche, Aspergillus ustus, myc 10 MA #32 2017 Photolithographie et cive en verre soufflé 48 x 48 cm Crédit photo : Aurélien Mole Courtoisie de Dove Allouche et gb agency, Paris

Autour de deux expositions majeures au Couvent des Jacobins et au Musée des beaux-arts, la Ville de Rennes et les acteurs locaux de l’art contemporain proposent durant l’été 2020 un rendez-vous de la création contemporaine, intitulé Le temps d’un été.

Les Rennaises, les Rennais et les visiteurs seront ainsi invités à découvrir de nombreuses propositions artistiques durant tout l’été, en partenariat avec Les Champs Libres, La Criée,  40mcube, le FRAC Bretagne, Lendroit Éditions, Le PHAKT… :

    • Couvent des Jacobins : Au-delà de la couleur : le noir et le blanc dans la Collection Pinault
    • Musée des Beaux-Arts : La couleur crue ;
    • Les Champs Libres : exposition de Stéphane Lavoué ;
    • La Criée : exposition de Jockum Nordström ;
    • L’orangerie du Thabor : Collection #8 : Exposition d’œuvres du fonds communal d’art contemporain.
    • 40mcube : exposition de Florian & Michael Quistrebert ;
    • FRAC Bretagne : exposition de Martin Parr (FRAC et Parc du Thabor) ;
    • Lendroit Éditions : exposition de Nina Childress (De l’art en 4×3) ;
    • PHAKT : exposition pratiques amateurs individuelles et collectives ;

    Au-delà de ces expositions, d’autres rendez-vous et de nombreuses surprises viendront  compléter ce parcours artistique, notamment en lien avec Les Tombées de la Nuit.

    Le Belvédère d’Erwan et Ronan Bouroullec, livré au printemps 2020, sera également une découverte incontournable au cœur de ce parcours.

    Comme en 2018, un billet unique permettra d’accéder aux deux expositions présentées au Couvent des Jacobins et au Musée des beaux-arts. Avec des tarifs réduits et un tarif spécial pour les titulaires de la carte Sortir!, les deux expositions seront accessibles à tous.

    Deux billets couplés seront proposés : le premier permettra d’accéder également au Fond pour la culture Hélène et Édouard Leclerc de Landerneau et le second à La Bourse de Commerce – Pinault Collection, le nouveau site de présentation de la collection Pinault, qui ouvrira début juin, à Paris.

    La billetterie ouvrira le jeudi 30 avril 2020. Il est possible de s’inscrire pour être informé du jour de la mise en vente des billets sur le site http://www.exposition-pinault-rennes.fr

    Détail des tarifs :

    •       Billetterie forfait individuel adulte : 10 €

    •       Tarif réduit pour les jeunes entre 10 et 26 ans, bénéficiaires des minima sociaux (RSA, ASS, minimum vieillesse, demandeurs d’emploi), handicapés civils et mutilés de guerre : 4 €

    •       Les titulaires de la Carte Sortir : 2 €

    •       Gratuit pour les enfants de moins de 10 ans

    •       Billetterie « Tribu » (2 adultes avec enfants – 18 ans) : 20 €

    •       Billetterie « groupes de 10 personnes (et +) » sur réservation obligatoire : 8 €

    •       Visite guidée : 16 € (réservation obligatoire)

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom