RENNES. JEAN-ROCH BOUILLER PRÉSENTE SON MUSÉE DES BEAUX-ARTS

Le musée des Beaux-arts de Rennes est dirigé depuis janvier 2019 par Jean-Roch Bouiller qui succède à Anne Dary. Comment s’installe-t-il dans les lieux et quelles sont ses orientations ? Les étudiants du DN MADE* du Lycée Bréquigny l’ont questionné pour les lecteurs d’Unidivers dans le cadre d’un projet interdisciplinaire porté par les enseignants de Lettres et de Design Tifenn Gargam et Gaël Le Guillerm.

musée beaux-arts rennes

Jean-Roch Bouiller, 44 ans, est docteur en Histoire de l’art contemporain. Conservateur en chef, il était de 2011 à 2018  responsable du secteur art contemporain au Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) de Marseille. Il a participé à la création du nouvel établissement, contribué à la conception des expositions permanentes et réalisé de nombreux commissariats d’expositions. Auparavant, il a été conservateur des Monuments historiques à la Direction des affaires culturelles (Drac) de Provence-Alpes-Côte d’Azur et conservateur chargé des collections contemporaines à la Cité de la céramique à Sèvres.

musée beaux-arts rennes

Il a commencé en janvier à mettre ses compétences au service du Musée des Beaux-arts de Rennes. Très attaché à l’ouverture du musée à différentes disciplines et formes artistiques, Jean-Roch Bouiller entend contribuer à placer le musée au cœur de la vie de la cité. Il entend développer un programme d’expositions d’envergure. Depuis son arrivée, il a su en quelques semaines restaurer une ambiance de collaboration paisible, à l’opposé des dernières années qui furent traversées par une profonde crise humaine.

Le musée des beaux-arts de Rennes est, comme la plupart des musées de France, une création révolutionnaire. Constitué en 1794 à partir des œuvres saisies dans les édifices religieux et civils de la ville, le musée des beaux-arts tire cependant la plus grande partie de ses richesses du fabuleux cabinet de curiosités de Christophe-Paul de Robien (1698-1756), président au Parlement de Bretagne. C’est en son sein qu’est tourné l’entretien avec Jean-Roch Bouiller. Cette collection encyclopédique était l’une des plus riches d’Europe.

cabinet curiosités robien

Depuis trente ans, la collection d’art contemporain s’est développée selon plusieurs axes : tout d’abord l’abstraction lyrique avec Sam Francis, Nicolas de Staël, Jean-Paul Riopelle, Joan Mitchell, ainsi que l’abstraction géométrique autour du Groupe Mesure avec Marcelle Cahn et Francis Pellerin entre autres ; l’art construit avec Aurelie Nemours, François Morellet, Véra Molnar. La peinture figurative est également présente avec la figure tutélaire de Jean Hélion puis Gilles Aillaud et Ming ; de nombreux dépôts du Frac viennent enrichir ces deux sections, avec les générations suivantes, de Shirley Jaffe à Bernard Piffaretti, de Farah Atassi à Kirsten Everberg.

musée beaux-arts rennes

musée beaux-arts rennes

Si son architecture solennelle impressionne le visiteur, c’est parce que le musée était initialement conçu pour abriter un palais universitaire. Aujourd’hui, le musée des beaux-arts tente de faire oublier cette atmosphère très officielle par une présentation de ses collections plus intimiste, où les couleurs vives des murs réchauffent l’espace. Parallèlement, de grandes salles aux plafonds très hauts permettent de montrer des œuvres de grands formats. Le visiteur est conduit de l’Antiquité égyptienne à l’art contemporain par une succession de salles où les chefs-d’œuvre succèdent à d’autres œuvres plus discrètes qui savent pourtant dire leur beauté à l’amateur attentif.

musée beaux-arts rennes

musée des beaux-arts

Jean-Roch Bouiller poursuivra l’ouverture du musée à l’art contemporain. L’enjeu est de renforcer le rayonnement culturel de Rennes et de contribuer à faire de la Bretagne une destination autour de l’art contemporain.

musée beaux-arts rennes

dn made bréquigny

De g. à d. : Nollevalle Léonie, Menard Claire, Toury Yuna, Maunaye Lucie, Guedon Juliette, Quénéhervé Zoé, Guillerm Eline, Deguine Sandra, Manotte Louis, Denoual Simon, Pouliquen Camille, Chuinard Envel, Gloro Maëlys, Gouriou Emma, Lemaitre Lucie, Guillemot Mona, Laurans Anais, Vigneron Annabelle, Wozniak Mathilde, Maudire Lucie, Carrez Diane, Hardy Emma, Pigeon Clara, Adam Camille. Au premier rang à d. : Hardy Océane, Gomez Linot Carla, Trinh Van Caroline.

* Au lycée BRÉQUIGNY de Rennes, le DN MADe « Design Graphique animé » (double mention graphisme et Numérique) est une formation articulée autour du Motion Design comprenant deux spécialités complémentaires : design d’identité et design d’interface. A l’issue de la formation, les étudiants peuvent poursuivre leur études et leur spécialisation (DSAA, DNSEP, MASTER); ou intégrer le marché du travail soit comme motion designer, soit comme designer graphique d’identité ou éditorial.Pour tout renseignement, contactez le Pôle Industriel et Arts Appliqués.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom