vigne bretagne
Vigne du mont Garot à St-Suliac sur les bords de la Rance - Photo : Guy Saindrenan

La vigne se (ré) déploie en Bretagne depuis quelques années. Une production de vins promise à se développer ? C’est la question posée à Valérie Bonnardot lors de notre dernière émission Voyages extraordinaires dans le monde des sciences sur Radio Laser en partenariat avec Unidivers. À vrai dire, ce n’était pas la seule question…

Valérie est enseignante-chercheure en géographie physique et environnement à l’Université de Rennes 2. Membre du Laboratoire Littoral Environnement Télédétection Géomatique (soit en résumé, LETG, UMR CNRS 6554, anciennement intitulé Costel), elle est passionnée depuis toujours par la climatologie et la météorologie. Originaire de Bourgogne, d’une famille d’agriculteurs et de viticulteurs, ce sont aussi des rencontres qui vont déterminer son chemin et l’amener à soutenir en 1996 sa thèse sur « Climat et vigne », un domaine qu’elle ne quittera plus. Ce chemin se prolonge avec une bourse Lavoisier par un post-doctorat en Afrique du sud à l’Institute for Soil Climate and Water de l’Agricultural Research Council à Pretoria puis comme chercheure à Stellenbosch jusqu’en 2004 (Institute for fruit, Vine and Wine). Des liens encore vivants aujourd’hui. Sa passion pour la vigne mais aussi pour l’enseignement et la recherche l’amène à intégrer le département de Géographie de Rennes 2 en 2012, département dont elle assure la direction depuis 2023. Vous l’aurez compris, ce n’est donc pas une surprise de la voir développer ses projets sur la vigne en Bretagne.

L’un de ses projets concerne la création d’un réseau de stations météorologiques et de capteurs dans les parcelles de vigne nouvellement plantées, ainsi que dans les parcelles de vignes plus anciennes sous statut associatif. Il s’agit là d’étudier le climat à l’échelle locale des parcelles, la variabilité interannuelle du climat afin de mieux comprendre la réponse de la vigne (stades de croissance et de maturité des différents cépages) aux conditions locales (exposition, altitude, sol, proximité de la mer) et saisonnière (température, pluviométrie, vents, gel, chaleur, sécheresse etc.). Le but est également d’étudier les évolutions climatiques. Cependant, et contrairement à ce que nous pouvons communément penser, le changement climatique n’est pas le seul facteur du développement de la vigne en Bretagne. Les plantations se multiplient en Bretagne en raison avant tout d’un décret relatif au régime d’autorisation de plantations de vignes intervenu en 2015, même si des parcelles de vignes sous statut juridique associatif ou privé ont été plantées avant cette date. Depuis ce décret, des vignes à but commercial peuvent être plantées dans des régions historiquement non viticoles. Or la Bretagne a un passé en viticulture qui ne pouvait qu’inciter certains acteurs à se lancer. Une manière aussi de diversifier l’économie Bretonne.

Alors quels lieux demain en Bretagne ? Le Morbihan est bien sûr le département qui historiquement avait le plus de vignes avant la crise du phylloxéra mais tous sont aujourd’hui concernés. Quels cépages ?  Pour les rouges, pinot noir, gamay, grolleau, cabernet … ? Pour les cépages blancs, Chardonnay, Chenin, Solaris, Muscaris ou Sauvignac ? Et pour quelles productions (vin effervescent, vin blanc, vin rouge…) ?

Ce sont tous ces sujets et bien d’autres encore que nous explorons avec Valérie. Une chose est sûre, les pionniers sont nombreux et les encouragements tout autant. Parions que les premiers vins, à ce stade encore confidentiels, seront bientôt plus généreusement servis sur nos tables.

Article connexe

Pour aller plus loin :

https://www.editions-apogee.com/le-savoir-boire/663-renouveau-des-vins-bretons.htmlhttps://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/vin-bientot-des-grands-crus-bretons_2970699.html

https://vigneronsbretons.bzh/

https://www.bretagne.bzh/le-haut-conseil-breton-pour-le-climat/ (Valérie est membre de ce Haut Conseil Breton pour le Climat, une instance initiée par la Région Bretagne)

https://climatology.edpsciences.org/articles/climat/full_html/2023/02/climat20232102/climat20232102.html

https://www.laciteduvin.com/fr/cite-en-ligne/le-vin-breton-la-renaissance-d-un-vignoble

https://www.quae.com/produit/1842/9782759237975/vigne-vin-et-changement-climatique

https://www.dunod.com/histoire-geographie-et-sciences-politiques/geographie-environnement-nature-au-temps-anthropocene-0

Article précédentChâteaugiron. Chlorophytum de Sébastien Preschoux, une exposition diaphane et colorée
Article suivantRennes. L’Hôtel-Dieu s’aménage entre le parc des Tanneurs, la place Saint-Anne et les prairies Saint-Martin
Jean-Louis Coatrieux
Jean-Louis Coatrieux est spécialiste de l’imagerie numérique médicale, écrivain et essayiste. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment aux éditions La Part Commune et Riveneuve éditions.

2 Commentaires

  1. bonjour
    pourquoi toujours ignorer que la Loire Atlantique est bretonne et que les vins du pays nantais sont bel et bien bretons
    c’est pénible de réviser l’histoire en permanance et de décreter faussement qu’un territoire n’appartient pas à son pays , je précise « pays » d’origine
    A G

    • Mais personne ne nie que la Loire-Atlantique est bretonne ! Si ce n’est que 99% des lecteurs comprennent, comme les personnes qui s’expriment, que Bretagne – hors précision – signifie dans l’usage courant : la région Bretagne actuel et non l’état de la Bretagne historique avant le découpage en départements.
      C’est à peu près la 20e qu’on fait cette mise au point.
      En effet, c’est pénible…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici