Gwenn Mérel

Ilta Studio investit, le temps d’un après-midi, le parc du Thabor de Rennes pour une carte blanche dans le cadre de Transat en ville, dimanche 16 juillet 2023. Un atelier de création en compagnie de la plasticienne Gwenn Mérel aux sons festifs de la Dj rennaise YaYaYaYa, suivi d’une boom pour enfants et un concert d’Estelle et Bertuf, deux bricoleurs sonores qui invitent à un voyage sur leur planète pop électronique.

Créé en 2018, Ilta Studio est un petit bureau de production d’accompagnement de projets artistiques dans l’espace public. « L’idée, c’était d’avoir des projets assez monumentaux qui se retrouvent dans l’espace public pour toucher le quotidien des gens », déclare Cyril Guillory, coordinateur général de l’association Electroni-K jusqu’en 2018. À destination d’un artiste ou d’une collectivité, à Rennes ou ailleurs, l’agence accompagne dans la production, les appels à projet et la partie administrative. De cette manière, l’artiste s’occupe uniquement de sa pratique artistique. Le premier artiste accompagné fut l’artiste aux fresques ornementales Arthur Louis Ignoré, dit ALI. En plus de quatre ans, l’agence a accompagné une quinzaine d’artistes.

Sans ligne artistique définie, Ilta Studio souhaite apporter de la couleur dans l’environnement urbain en portant des projets poétiques, qu’il est sympathique de croiser dans son quotidien. « L’objectif est de travailler avec les enfants et les habitants. » C’est de cette manière qu’a d’ailleurs été pensée la carte blanche donnée par Transat en ville, dimanche 16 juillet 2023.

transat en ville 2023
Atelier de Julien Billaudeau

Le studio a travaillé avec Transat en ville sur deux aspects. Le premier a consisté en l’accompagnement de l’artiste Julien Billaudeau, chargé de l’identité visuelle de l’événement, dans un projet avec des enfants. « Julien a réalisé un atelier avec des pochoirs dans lequel les enfants de classe de CE2 ont pu créer leur affiche de Transat en ville sur le modèle de l’identité visuelle qu’il a développé. » Les dessins seront présentés sur la place de l’Hôtel de ville autour de l’emplacement où sont les transats. 

La deuxième partie concernera la carte blanche. « L’ambiance de Transat en ville est de proposer des activités artistiques pendant l’été qui soient accessibles à tout le monde. » Cyril Guillory a ainsi imaginé une après-midi qui crée un pont entre l’artistique et l’accessibilité. « Ce ne sera pas de l’art contemporain, il n’y aura pas besoin de grande réflexion pour comprendre l’ensemble du projet », précise-t-il avec humour. Pas besoin, donc, d’avoir fait une dizaine d’années d’études en art contemporain pur et dur pour décrypter la carte blanche prochaine présentée, dont l’invitée est Gwenn Mérel, artiste plasticienne diplômée de l’École des Beaux-arts de Quimper et habituée des ateliers pour enfants. « Comme elle travaille le tissu, l’idée était de faire une activité artistique qui puisse aussi être manuelle. »

Gwenn Mérel proposera aux enfants un nouvel atelier de création de broches très colorées à paillettes. « On se situe entre animation et projet artistique puisqu’il y a quand même une réflexion sur le projet qu’elle mène en tant qu’artiste. » Ilta Studio vise la création de 150-200 broches dans l’après-midi. 

yayayaya
© YaYaYaYa

L’atelier se fera aux sons de la musique rythmée et festive de la Dj rennaise YaYaYaYa, à base de synthé à 50 balles et de mélodies chevalières, comme elle le décrit elle-même sur son compte Bandcamp. L’adepte des bruitages en tout genre clôturera l’après-midi barrettes et paillettes avec une boom pour les enfants. « On est sur une musicienne qui passerait très bien aux Ateliers du vent et dans les réseaux alternatifs artistiques. Le but est donc de la déplacer dans un lieu très grand public. » La notion de “déplacement” et de “décalage” semble le fil rouge de cette carte blanche puisqu’on la retrouvera également avec le duo Estelle et Bertuf qui clôturera la carte blanche au parc du Thabor. 

Issu du milieu expérimental, le duo est composé d’Estelle, artiste qui baigne dans les arts visuels et la photographie, et de Bertuf, musicien rennais et créateur d’instruments. Habitué à jouer aux Ateliers du vent, le duo sortira de l’ancienne usine de moutarde pour fouler la pelouse (autorisée) du parc du Thabor dans une invitation à (re)découvrir « Tondeuse », projet musical de musiques électroniques avec des machines créées par le musicien. Contrairement à ce que l’intitulé pourrait faire penser, aucune tondeuse ne viendra jouer un solo endiablé rempli de vrombissement (la direction des jardins et de la biodiversité de la ville ne dormirait pas sur ses deux oreilles si c’était le cas) et pas de guitare non plus, mais des synthés avec des fils entassés. « C’est aussi sympa à voir qu’à écouter. Il y a beaucoup de manipulation sur scène, il y a pleins de choses à triturer, à regarder. Et tous les deux ont un bon charisme. » 

Estelle et Bertuf
Estelle et Bertuf © Estelle Chaigne

À lire sur Unidivers.fr :

Article précédentPlourhan. Rendez-vous chez Rolland, un restaurant tout en élégante simplicité
Article suivantBaron, père et fils, le fils du gouverneur et l’appel du grand Large

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici