ven 1 juillet 2022

Rennes. Transat en ville 2022 : une grande plage de plaisirs !

Du mercredi 6 juillet au samedi 20 août 2022, chaussez vos tongs et direction la place de l’Hôtel de Ville de Rennes, mais pas seulement ! Avec la 18e édition de Transat en Ville, l’été n’est qu’à un pas ! Musique, spectacles, concerts, cinéma en plein air, théâtre, boums, contes et autres surprises : 30 dates gratuites (retrouvez le programme complet sur le site dédié) raviront petits et grands lors de ces deux mois de parenthèse détente made in Rennes concoctée par la Ville de Rennes et ses partenaires. Petite exploration de la programmation.

Transat en ville revient du 6 juillet au 21 août 2022 ! Un festival 100% gratuit organisé par la Ville de Rennes avec au programme : des concerts les jeudis dans les quartiers (20 h), le mercredi et le samedi place de la mairie (20 h), et des spectacles jeunesse chaque dimanche au parc du Thabor dans le théâtre de verdure (16 h). Et pour faire une pause, direction l’espace détente Transat en Ville, place de la Mairie. Il sera accessible de 12 h à 19 h, du lundi au samedi. Concerts surprises, ateliers avec les commerçant.es du Carré Rennais, actualité touristique avec Destination Rennes… On ne risque pas de s’y ennuyer.

Cette année pour Transat en Ville, la Ville de Rennes a fait le choix d’une programmation éclectique tant pour les petits que les grands. L’événement, fort d’un enracinement de quasi deux décennies, s’est imposé comme un rendez-vous incontournable et attendu de la saison estivale. 240 transats vont être installées par les équipes et, comme à chaque édition, l’organisation des scènes relève d’un véritable travail d’orfèvre.

Les différents acteurs de Transat qui ont rendu le projet possible, de gauche à droite : François Bazenet (Compagnie Primitif), Mathieu Gervais (programmateur des Transmusicales), Charles Songue (fondateur Dooinit), Sébastien Senerin (adjoint délégué à la communication et à l’événementiel), Shivedutt Rughoobur (en charge de la programmation) et Matthieu Rietzler (directeur Opéra de Rennes)

Pour le cru 2022, un petit côté rétro plane au dessus de Rennes. Les 29 rendez-vous proposés, dont 10 cartes blanches, ont pour objectif de créer une esthétique artistique tournée vers le grand public.

Les artistes, issus de la scène émergente, sont là pour rappeler la raison d’être de Transat : devenir un relais de transmission d’émotions fortes, mais aussi de diffusion de la musique d’où qu’elle vienne. Pour les Rennais qui ne peuvent pas partir en vacances, mais aussi pour les touristes, c’est l’occasion rêvée de rejoindre l’effervescence d’une ville qui laisse à de jeunes artistes, pour la plupart locaux, la possibilité d’exprimer leur créativité. D’autant plus après deux années de COVID qui ont laissé le secteur quelque peu groggy. Cette année encore, c’est Shivedutt Rughoobur, plus connu sous le surnom de « Bruno du Sablier » qui est aux commandes de la programmation. « Je suis parti sur une programmation festive, autour de la jeunesse locale mais aussi des chansons du monde. L’idée du cabaret burlesque, véritable satire de notre société, m’a paru intéressante comme proposition jeune public », souligne t-il en voulant réaffirmer les grand engagements de Transat.

Pour cette cuvée 2K22, dix cartes blanches ont été préparées en collaboration avec les acteurs de la culture locale (associations, structures) : 3 Regards Léo Lagrange, Clair Obscur, DMZ, Textures, Dooinit pour n’en citer que quelques-uns. Ces collaborations permettent une line-up variée, évoluant du jazz à l’électro en passant par les musiques du monde. D’ici quelques semaines, les rues de Rennes bougeront au son de la soul, du funk ou du jazz et du rap, pôle très représenté. C’était la volonté des organisateurs de calibrer l’événement autour des musiques du monde, mais aussi du hip-hop qui s’affirme comme une culture dominante dans l’industrie musicale française.

Comme un petit air old-school

Suivant cet ordre d’idée, l’association Dooinit, pilotée par Charles Songue, a mis en place trois temps forts sous la forme de DJ sets, d’inspiration hip-hop, jazz et funk. Mercredi 6 juillet à 14 h, le premier rendez-vous de la saison réitérera la collaboration avec le collectif Texture, déjà présent l’année dernière. Martin Rose, graphiste et performeur, va s’approprier la Place de la Mairie pour une session de collage. À 16 h, DJ West-Woo prendra ses quartiers pour un mix feel good transpirant les années 90, aux influences funk, soul et néo-soul. C’est sur les coups de 18 h que le Nantais d’adoption Dj Deheb fera résonner ses rythmes jazz et funky. Et en clôture de cette belle journée de musique urbaine, le quatuor NCY Milky Band viendra à 20 h proposer leurs mélodies entêtantes et traînantes teintées de jazz funk.


Il suffira d’attendre seulement une petite journée pour que la Compagnie Primitif prenne le relais de l’asso Dooinit et mette en avant la culture hip-hop au sein d’une carte blanche représentative des actions de l’année.

Vendredi 8 juillet, dès 12 h 30, le collectif rennais organisera un comic show d’une demi-heure, participatif et destiné à tous les âges. Créé en période de COVID, l’événement érige l’humour, la danse et la musique en véritable moyen d’expression. Le spectacle sera suivi d’une performance live de ELLE B & LEKI, deux sœurs rappeuses rennaises, aux sonorités drill, gospel, soul et rap. D’autre part, des ateliers d’initiation à la pratique du break dance seront mis en place tout l’après-midi par des danseurs de la compagnie. Ces manifestations traduisent la volonté de Primitif d’œuvrer pour le vivre ensemble et de fournir une culture accessible à tous. Ce sont d’ailleurs ces idées que reprendra le groupe rennais Khéta à travers ses textes sur des instrumentales métissées de jazz, de soul ou de funk. Rendez-vous à 20 h !

Le nouvel album de Elle B & Leki

Issue de la diversité, de la programmation pensée par Charles Songue se dégage un net pôle jazz/musiques urbaines. Cet enfant initié au hip-hop dès son plus jeune âge fonde en 2007 Dooinit, association de graffeurs, danseurs et MCs, afin de promouvoir la culture afro-américaine. Grandissant avec le festival des Trans Musicales, il s’inspire de leur travail en termes de mise en lumière et suivi d’artistes. « Je n’étais pas parti sur une programmation pointue, je me suis plutôt basé sur ce que j’aime et veux faire découvrir », explique-t-il. « Souvent, les gens se plaignent lorsqu’ils ne connaissent pas les noms affichés sur la programmation. Pour moi, c’est quelque chose de positif. Le public peut venir chercher des sonorités qu’il ne connaît pas, c’est ça aussi l’objectif d’un festival : donner accès et susciter une oreille attentive. » Lui qui organise chaque année son Dooinit Festival a fait le choix de l’initiation, de prendre les festivaliers par la main dans le but de les ouvrir à de nouveaux genres et artistes.

Charles Songue

« J’ai voulu faire quelque chose à l’image de Dooinit. Le rap est devenu une culture dominante et cela doit se ressentir. C’est un genre musical inspiré de beaucoup d’autres : jazz, rock, funk », complète-t-il. « Aujourd’hui, je reviens à ces styles qui ont fait du hip-hop ce qu’il est ; d’où ma volonté de programmer ces différents courants ». Grâce à un réseau entretenu depuis 2008, il a réussi le pari d’une programmation éclectique dotée d’artistes venus parfois de loin, malgré les difficultés de l’agenda. « Transat tombe en même temps que de nombreuses autres manifestations musicales, comme le festival de jazz de Montreux », précise-t-il. « J’ai fait le choix de laisser les artistes déjà influents de côté pour me concentrer sur certains talents qu’il est intéressant de faire venir à Rennes. Ça fait du bien d’avoir la confiance de la ville cette année encore ».

Voix angéliques et diable au corps !

Décloisonner les pratiques culturelles des Rennais·es et leur offrir une programmation à la croisée des chemins c’est tout l’objectif de Transat. Pour cela, la ville a notamment fait appel à son opéra, mais aussi à l’association Swinging in the Rennes.

La journée du mardi 12 juillet verra s’organiser des ateliers qui permettront aux intéressés d’apprendre à utiliser leur corps et leur voix. Pour échauffez vos cordes vocales, cela se passera à 13 h et 17 h 30 sur la place de la Mairie grâce à l’Opéra de Rennes et la choriste et cheffe de coeur, Eléonore Le Lamer.

Le lendemain, ce sera au tour de l’association Swinging in the Rennes, née en août 2018 sous l’impulsion de la danseuse Anna Stevens, de faire vivre le swing dans la ville. De 19 h à minuit sera organisé le Grand Bal charleston, Indy rock, où professionnels et amateurs pourront se joindre à la danse chorégraphique ou sociale, en solo ou en couple. Les amoureux des costumes et paillettes profiteront d’un voyage dans le temps direction les années 20 et 40 !

Faire le tour du monde en musique

Si les talents locaux sont à l’honneur de l’édition 2022, Transat en Ville invite également à un voyage dans les sonorités venues de loin. Du côté des Trans Musicales, c’est le groupe Jupiter & Okweiss, de retour pour un nouvel album, qui se produira au parc de Maurepas le 7 juillet à 20 h pour sa carte blanche. Les spectateurs pourront danser en suivant les rythmes funk, rock soul, rumba venus de Kinshasa.

Jeudi 28 juillet, dès 20 h, le parc du Berry de Villejean sera à son tour propice à l’évasion musicale, avec les Violons Barbares. Le trio de musiciens mélange les rythmes et sonorités balkaniques et orientales créant un mélange éclectique d’une richesse mélodique et rythmique inédite, au croisement du folk, du blues ou du rock.

Vous l’aurez compris : d’ici quelques jours, toute la ville de Rennes va vibrer à l’unisson au rythme de la musique de Transat, grâce à une programmation variée qui ravira tous les goûts et sensibilités ! N’attendez pas pour découvrir la programmation complète.

À vos claviers ! Vous pourrez vivre les coulisses du festival en suivant son compte Instagram @Festivaltransatenville

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rennes
couvert
19.3 ° C
20 °
18.1 °
55 %
3.6kmh
100 %
ven
20 °
sam
25 °
dim
23 °
lun
24 °
mar
24 °

Du mercredi 6 juillet au samedi 20 août 2022, chaussez vos tongs et direction la place de l’Hôtel de Ville de Rennes, mais pas seulement ! Avec la 18e édition de Transat en Ville, l’été n’est qu’à un pas ! Musique, spectacles, concerts, cinéma en plein air, théâtre, boums, contes et autres surprises : 30 dates gratuites (retrouvez le programme complet sur le site dédié) raviront petits et grands lors de ces deux mois de parenthèse détente made in Rennes concoctée par la Ville de Rennes et ses partenaires. Petite exploration de la programmation.

Transat en ville revient du 6 juillet au 21 août 2022 ! Un festival 100% gratuit organisé par la Ville de Rennes avec au programme : des concerts les jeudis dans les quartiers (20 h), le mercredi et le samedi place de la mairie (20 h), et des spectacles jeunesse chaque dimanche au parc du Thabor dans le théâtre de verdure (16 h). Et pour faire une pause, direction l'espace détente Transat en Ville, place de la Mairie. Il sera accessible de 12 h à 19 h, du lundi au samedi. Concerts surprises, ateliers avec les commerçant.es du Carré Rennais, actualité touristique avec Destination Rennes... On ne risque pas de s'y ennuyer.

Cette année pour Transat en Ville, la Ville de Rennes a fait le choix d'une programmation éclectique tant pour les petits que les grands. L’événement, fort d'un enracinement de quasi deux décennies, s'est imposé comme un rendez-vous incontournable et attendu de la saison estivale. 240 transats vont être installées par les équipes et, comme à chaque édition, l'organisation des scènes relève d'un véritable travail d'orfèvre.

Les différents acteurs de Transat qui ont rendu le projet possible, de gauche à droite : François Bazenet (Compagnie Primitif), Mathieu Gervais (programmateur des Transmusicales), Charles Songue (fondateur Dooinit), Sébastien Senerin (adjoint délégué à la communication et à l'événementiel), Shivedutt Rughoobur (en charge de la programmation) et Matthieu Rietzler (directeur Opéra de Rennes)

Pour le cru 2022, un petit côté rétro plane au dessus de Rennes. Les 29 rendez-vous proposés, dont 10 cartes blanches, ont pour objectif de créer une esthétique artistique tournée vers le grand public.

Les artistes, issus de la scène émergente, sont là pour rappeler la raison d'être de Transat : devenir un relais de transmission d'émotions fortes, mais aussi de diffusion de la musique d'où qu'elle vienne. Pour les Rennais qui ne peuvent pas partir en vacances, mais aussi pour les touristes, c'est l'occasion rêvée de rejoindre l'effervescence d'une ville qui laisse à de jeunes artistes, pour la plupart locaux, la possibilité d'exprimer leur créativité. D'autant plus après deux années de COVID qui ont laissé le secteur quelque peu groggy. Cette année encore, c'est Shivedutt Rughoobur, plus connu sous le surnom de "Bruno du Sablier" qui est aux commandes de la programmation. « Je suis parti sur une programmation festive, autour de la jeunesse locale mais aussi des chansons du monde. L'idée du cabaret burlesque, véritable satire de notre société, m'a paru intéressante comme proposition jeune public », souligne t-il en voulant réaffirmer les grand engagements de Transat.

Pour cette cuvée 2K22, dix cartes blanches ont été préparées en collaboration avec les acteurs de la culture locale (associations, structures) : 3 Regards Léo Lagrange, Clair Obscur, DMZ, Textures, Dooinit pour n'en citer que quelques-uns. Ces collaborations permettent une line-up variée, évoluant du jazz à l'électro en passant par les musiques du monde. D'ici quelques semaines, les rues de Rennes bougeront au son de la soul, du funk ou du jazz et du rap, pôle très représenté. C'était la volonté des organisateurs de calibrer l’événement autour des musiques du monde, mais aussi du hip-hop qui s'affirme comme une culture dominante dans l'industrie musicale française.

Comme un petit air old-school ...

Suivant cet ordre d'idée, l'association Dooinit, pilotée par Charles Songue, a mis en place trois temps forts sous la forme de DJ sets, d'inspiration hip-hop, jazz et funk. Mercredi 6 juillet à 14 h, le premier rendez-vous de la saison réitérera la collaboration avec le collectif Texture, déjà présent l'année dernière. Martin Rose, graphiste et performeur, va s'approprier la Place de la Mairie pour une session de collage. À 16 h, DJ West-Woo prendra ses quartiers pour un mix feel good transpirant les années 90, aux influences funk, soul et néo-soul. C'est sur les coups de 18 h que le Nantais d'adoption Dj Deheb fera résonner ses rythmes jazz et funky. Et en clôture de cette belle journée de musique urbaine, le quatuor NCY Milky Band viendra à 20 h proposer leurs mélodies entêtantes et traînantes teintées de jazz funk.


Il suffira d'attendre seulement une petite journée pour que la Compagnie Primitif prenne le relais de l'asso Dooinit et mette en avant la culture hip-hop au sein d'une carte blanche représentative des actions de l'année.

Vendredi 8 juillet, dès 12 h 30, le collectif rennais organisera un comic show d'une demi-heure, participatif et destiné à tous les âges. Créé en période de COVID, l'événement érige l'humour, la danse et la musique en véritable moyen d'expression. Le spectacle sera suivi d'une performance live de ELLE B & LEKI, deux sœurs rappeuses rennaises, aux sonorités drill, gospel, soul et rap. D'autre part, des ateliers d'initiation à la pratique du break dance seront mis en place tout l’après-midi par des danseurs de la compagnie. Ces manifestations traduisent la volonté de Primitif d'œuvrer pour le vivre ensemble et de fournir une culture accessible à tous. Ce sont d'ailleurs ces idées que reprendra le groupe rennais Khéta à travers ses textes sur des instrumentales métissées de jazz, de soul ou de funk. Rendez-vous à 20 h !

https://open.spotify.com/album/3RhiyL1QpVWxYcF9xqARy9?si=P2fgzg66R2-b53a3sohUmg
Le nouvel album de Elle B & Leki

Issue de la diversité, de la programmation pensée par Charles Songue se dégage un net pôle jazz/musiques urbaines. Cet enfant initié au hip-hop dès son plus jeune âge fonde en 2007 Dooinit, association de graffeurs, danseurs et MCs, afin de promouvoir la culture afro-américaine. Grandissant avec le festival des Trans Musicales, il s'inspire de leur travail en termes de mise en lumière et suivi d'artistes. « Je n'étais pas parti sur une programmation pointue, je me suis plutôt basé sur ce que j'aime et veux faire découvrir », explique-t-il. « Souvent, les gens se plaignent lorsqu'ils ne connaissent pas les noms affichés sur la programmation. Pour moi, c'est quelque chose de positif. Le public peut venir chercher des sonorités qu'il ne connaît pas, c'est ça aussi l'objectif d'un festival : donner accès et susciter une oreille attentive. » Lui qui organise chaque année son Dooinit Festival a fait le choix de l'initiation, de prendre les festivaliers par la main dans le but de les ouvrir à de nouveaux genres et artistes.

Charles Songue

« J'ai voulu faire quelque chose à l'image de Dooinit. Le rap est devenu une culture dominante et cela doit se ressentir. C'est un genre musical inspiré de beaucoup d'autres : jazz, rock, funk », complète-t-il. « Aujourd'hui, je reviens à ces styles qui ont fait du hip-hop ce qu'il est ; d'où ma volonté de programmer ces différents courants ». Grâce à un réseau entretenu depuis 2008, il a réussi le pari d'une programmation éclectique dotée d'artistes venus parfois de loin, malgré les difficultés de l'agenda. « Transat tombe en même temps que de nombreuses autres manifestations musicales, comme le festival de jazz de Montreux », précise-t-il. « J'ai fait le choix de laisser les artistes déjà influents de côté pour me concentrer sur certains talents qu'il est intéressant de faire venir à Rennes. Ça fait du bien d'avoir la confiance de la ville cette année encore ».

Voix angéliques et diable au corps !

Décloisonner les pratiques culturelles des Rennais·es et leur offrir une programmation à la croisée des chemins c'est tout l'objectif de Transat. Pour cela, la ville a notamment fait appel à son opéra, mais aussi à l'association Swinging in the Rennes.

La journée du mardi 12 juillet verra s'organiser des ateliers qui permettront aux intéressés d’apprendre à utiliser leur corps et leur voix. Pour échauffez vos cordes vocales, cela se passera à 13 h et 17 h 30 sur la place de la Mairie grâce à l'Opéra de Rennes et la choriste et cheffe de coeur, Eléonore Le Lamer.

Le lendemain, ce sera au tour de l'association Swinging in the Rennes, née en août 2018 sous l'impulsion de la danseuse Anna Stevens, de faire vivre le swing dans la ville. De 19 h à minuit sera organisé le Grand Bal charleston, Indy rock, où professionnels et amateurs pourront se joindre à la danse chorégraphique ou sociale, en solo ou en couple. Les amoureux des costumes et paillettes profiteront d'un voyage dans le temps direction les années 20 et 40 !

Faire le tour du monde en musique

Si les talents locaux sont à l'honneur de l'édition 2022, Transat en Ville invite également à un voyage dans les sonorités venues de loin. Du côté des Trans Musicales, c'est le groupe Jupiter & Okweiss, de retour pour un nouvel album, qui se produira au parc de Maurepas le 7 juillet à 20 h pour sa carte blanche. Les spectateurs pourront danser en suivant les rythmes funk, rock soul, rumba venus de Kinshasa.

https://youtu.be/oSzL8bpEYLE

Jeudi 28 juillet, dès 20 h, le parc du Berry de Villejean sera à son tour propice à l'évasion musicale, avec les Violons Barbares. Le trio de musiciens mélange les rythmes et sonorités balkaniques et orientales créant un mélange éclectique d'une richesse mélodique et rythmique inédite, au croisement du folk, du blues ou du rock.

https://open.spotify.com/album/2KusCveO1Jq9Mu8Ij8ZibZ?si=5OWO9ObgSICyRRBQik_zmA

Vous l'aurez compris : d'ici quelques jours, toute la ville de Rennes va vibrer à l'unisson au rythme de la musique de Transat, grâce à une programmation variée qui ravira tous les goûts et sensibilités ! N'attendez pas pour découvrir la programmation complète.

À vos claviers ! Vous pourrez vivre les coulisses du festival en suivant son compte Instagram @Festivaltransatenville