Le TNB, Théâtre National de Bretagne, de Rennes, dirigé par l’artiste et metteur en scène Arthur Nauzyciel, présentait mercredi 6 juin 2018 sa programmation pour l’année 2018/2019. L’événement, qui a fait salle comble, a réuni un public habitué à l’âge assez avancé. Reste que la programmation originale et éclectique présentée hier soir confirme la volonté du Centre National Dramatique breton d’affirmer sa mission de service public : « proposer une offre artistique de qualité et accessible à tous sur l’ensemble du territoire national ». Un cocktail d’émotions et de réflexions qui s’annonce passionnant.

Le TNB occupe une place particulière parmi les 38 Centres Dramatiques Nationaux. Il propose – en sus du théâtre, des spectacles et animations de danse et de musique – un festival et une École Supérieure d’Art Dramatique. Ces différentes composantes se conjuguent dans le projet mené par Arthur Nauzyciel arrivé en 2017 (voir notre article) et l’équipe du TNB qui s’appuient sur le triptyque « Partager, Transmettre, Rencontrer ».

PROGRAMMATION 2018/2019 DU TNBAprès une première saison réussie pour Arthur Nauzyciel – la moyenne annuelle de 200 000 spectateurs n’ayant pas ou peu diminuée –, le public était au rendez-vous pour cette seconde saison le 6 juin. Malgré un retard au démarrage de la soirée, des longueurs évitables et une tendance superflue à l’autosatisfaction, le programme de la saison 2018/2019 constitue un appel à la découverte d’artistes au-delà de leurs spectacles : en partageant avec eux des moments d’échanges centrés sur leur parcours, leur travail ou des thématiques sociétales tendancielles et/ou déclinées autour des minorités. Des soirées hors formats donneront la possibilité d’échanger dans un cadre intimiste comme dans Conversation entre Mohamed El Khatib et Alain Cavalier ou lors de duos de lectures et performances.

Rapport aux parents (Marie Darrieussecq, Célie Pauthe), aux migrants (Rachid Ouramdane) à l’amour (Pascal Greggory, Patrice Chéreau), à l’animal (Pascal Rambert, Arthur Nauzyciel, Keren Ann, Laetitia Dosch), à la religion (Éric Vigner), au handicap (Madeleine Louarn, Jean-François Auguste), à la mort d’un enfant (Mohamed El Khatib), à la radicalisation (Jean-Pierre Baro)…la prochaine saison foisonne de problématiques sociétales – où la dimension des minorités et de leur défense constitue le fil directeur – traitées de façon sensible et singulière. 

« Comment la société fabrique le crime qu’elle aime condamner ? ». Comment un adolescent en arrive-t-il à se radicaliser ? Comment la transparence des réseaux sociaux ventée lors de leur arrivée se transforme-t-elle en espace de mensonges et de manipulation ? Comment être heureux dans une société qui va mal ? Les questions seront multiples et les propositions de réponses approfondies et esthétiques.

PROGRAMMATION 2018/2019 AU TNB
L’art du théâtre/De mes propres mains. Pascal Rambert et Arthur Nauzyciel
© Pauline Roussille

Artistes connus et moins connus se côtoient dans la programmation de cette nouvelle saison. Christophe Honoré, en sélection officielle à Cannes (2018) pour Plaire, aimer et courir vite, viendra présenter sa pièce de théâtre Les Idoles qui met en scène des artistes morts du sida à l’époque de François Mitterrand. Zaï Zaï Zaï Zaï de Paul Moulin avec Blanche Gardin (Molière de l’humour 2018) livrera une critique du « fonctionnement sécuritaire et administratif de la société française ».

Hofesh Shechter présentera Grand Finale durant lequel dix danseurs et musiciens expriment soumission et révolte, en alliant danses traditionnelles israéliennes et irlandaises, musiques classiques et électro. La musique s’invitera également tout au long de la saison avec, notamment, un concert acoustique et intimiste de Dominique A. Françoise Fabian viendra, à 84 ans, présenter sa nouvelle passion pour la musique avec son premier album sorti cette année.

La journaliste et productrice de France Culture, Aurélie Charon proposera la restitution de récits de vie radiophoniques réalisés avec des jeunes entre 20 et 30 ans en France, à Sarajevo, Istanbul, Beyrouth, Tel Aviv, Téhéran, Gaza, Moscou, New Delhi, Dakar et Casablanca. Les enfants et adolescents ne seront pas oubliés durant cette saison 2018/2019 ni le public souffrant de handicap sensoriel. Le TNB mène également des actions avec les établissements pénitentiaires et la PJJ ; il se veut, dans la continuité avec la saison 2017/2018, ouvert à tous les publics.

Abonnements en ligne à partir du jeudi 7 juin 2018.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom