parc expo rennes foire cuba

Dimanche 3 juillet 2016, le Radeau utopique largue les amarres sur le canal Saint Martin, direction Saint-Malo. Son équipage part découvrir la société idéale, cachée sur l’île d’Utopie ou rêvée par les habitants du territoire.

radeau utopique
Le radeau est constitué de 4 plateformes flottantes de 5 mètres

Rennes, 16 h, au canal Saint Martin face au Bon Accueil : c’est l’heure du grand départ pour l’équipage du Radeau utopique. Malgré la pluie, une petite centaine de curieux sont venus faire leurs adieux aux aventuriers qui partent à la recherche de l’île d’Utopie.

radeau utopique
Simon Gauchet fait son discours d’adieu

Même l’adjoint à la Culture de Rennes, Benoît Careil, a fait le déplacement et n’hésite pas à grimper sur le toit du bateau pour prononcer un discours aux côtés de Simon Gauchet, créateur du projet dans le cadre de l’École Parallèle Imaginaire (une scène qui sera gentiment parodiée, quelques heures plus tard, de l’autre côté du canal, par un Pascal Bouaziz en verve, introduisant le concert de son projet Bruit Noir).

L’Utopie de Thomas More

À l’origine de cette folle odyssée, un livre : L’Utopie de Thomas More. Au XVIe siècle, cet intellectuel britannique imagine une île nommée Utopia, où vit la société idéale, la meilleure forme de communauté politique.

radeau utopique

«Depuis 500 ans, personne n’est parti à la recherche de cette île. La chercher nous permettra de retrouver des capacités d’imagination, pour repenser la réalité» explique Simon Gauchet. Il embarque pour un périple de quarante jours sur le canal de la Rance, de Rennes à Saint-Malo, entouré d’un équipage pluridisciplinaire. Artistes, architectes, scientifiques… ces onze aventuriers ont chacun « leur spécialité qui permet d’appréhender le territoire d’une manière différente, pour découvrir l’île sous toutes ses facettes ».

L’imagination pour penser le réel

Leur péril sera ponctué d’escales de quelques jours dans 10 communes : Betton, Saint-Germain-sur-Ille, Guipel… Par des « dispositifs festifs », comme le Jeu de société pour inventer la société, la Tablée utopique (grand buffet participatif) ou la Chorale intercommunale (chants traditionnels), ils comptent « permettre à chaque territoire de formuler son utopie ». L’utopie, « ce n’est pas l’irréalisable mais l’irréalisé. Ce qui peut devenir réalité s’il y a des personnes pour y croire ».

radeau utopique
Le mat, quand il est dressé, permet à l’équipage d’émettre en direct à la radio sur le 107.6 MZH, tous les jours à 19 h

Il s’agit de « se projeter dans l’imaginaire pour trouver les solutions dont on a besoin dans le réel ». Des solutions aux crises politique, économique, écologique… qui sont selon Simon Gauchet une « crise de l’imaginaire » qui empêche de penser une alternative au système actuel. Sans militer politiquement, il juge que la société idéale, c’est « sortir du système néolibéral, recréer des lieux de convivialité où la pensée peut se former autrement que devant un écran ».

Un départ mouvementé

radeau-utopique_rennes

Finalement, leur voyage « très poétique devient politique ». Le mode de déplacement, un radeau tiré par un cheval puis propulsé à la rame, constitue déjà une « révolution » : le refus de la vitesse ambiante. Tracté par le cheval de trait Prima, les aventuriers atteindront 3-4 km/h, alors qu’à la force de leurs bras, ils ne voyageront qu’à 1 km/h. « Une vitesse propice à la réflexion et à la contemplation, dans un monde qui va de plus en plus vite ».

Le départ de cette lente épopée s’avère toutefois mouvementé ! Le rondin où est accrochée la corde tirée par le cheval cède… Mais le problème est vite résolu et le radeau s’élance sur le canal. L’aventure continue pour les rêveurs « prêts à braver toutes les tempêtes ! » Leur voyage sera restitué sous forme d’un livre, d’un film et d’un spectacle.

 

Le Radeau Utopique est un projet de l’Ecole Parallèle Imaginaire

Le Radeau utopique, Les Tombées de la Nuit, Rennes, École Parallèle imaginaire, juillet 2016

Le Radeau utopique : départ pluvieux, voyage heureux ? was last modified: juillet 6th, 2016 by Auriane Loizeau

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom