mer4 août 2021

JUST DO PAINT 2021. LA NATURE GRAFFÉE DE KAZ

Just do paint, festival de graffiti et street art, revient à Saint-Brieuc du 1er au 4 juillet 2021. Covid oblige, la quatrième édition se concentrera sur la scène française, et particulièrement les artistes bretons. Parmi eux, le Lorientais Kaz se lance dans une performance artistique qui matérialisera, place de la Grille, une créature faite d’objets de récup’. Unidivers vous propose de découvrir l’univers végétal et animal de ce passionné de graffiti.

Des déchets jonchent probablement déjà une partie de la Place de la Grille de Saint-Brieuc, « the Central Place ». La créature du graffeur lorientais Michael Oliver, plus connu sous le blase de Kaz, s’apprête à naître des profondeurs des carrosseries de Saint-Brieuc. Morceaux par morceaux, elle sera assemblée d’une main de maître en direct, mais quelle forme prendra-t-elle ? Habitué du festival, Kaz propose, pour cette quatrième édition, une extension de sa pratique et de ce que peut-être le street-art, avec une pointe d’écologie, cause qui lui est chère depuis sa plus tendre enfance.

kaz graff
Fresque à Saint-Nazaire avec le Diaspora Crew,2021.

Comme beaucoup, le dessin, Kaz est tombé dedans quand il était petit. À la maison, les tubes de peinture et les pinceaux laissés par un père amateur d’art pictural ne pouvaient être qu’une influence pour lui. « Quand les parents laissent la liberté aux enfants de s’exprimer, ça change tout », précise le graffeur de 41 ans.

Résidant à proximité de bâtiments inhabités, Michael s’est fait la main comme beaucoup de jeunes graffeurs des années 90. « On a commencé à aménager les lieux pour que les jeunes puissent se réunir. J’ai décidé de décorer les murs », se rappelle-t-il. « Au début, j’utilisais le pinceau, mais la peinture n’adhérait pas donc je suis passé à la bombe. » Et une fois qu’on a mis les pied dedans, dur de passer outre l’excitation de la création : le virus du graffiti vous colle à la peau. « L’univers et la sensation qu’on a quand on tient une bombe m’a tout de suite plu. Graffer avec une bombe c’est autre chose que d’utiliser le pinceau. C’est une autre approche. »

Cependant, chauffagiste pendant 15 ans et judoka de haut niveau, il décide tardivement de plonger tête la première dans ce mode d’expression qui le passionne, eu égard aux multiples commandes qu’il recevait alors en tant que graffeur. « J’adore la spontanéité dans l’expression libre. Quand vous créez, une émulation naît en vous… C’est jouissif. »

  • kaz graff
  • kaz graff
  • kaz graff
  • kaz graff

Curieux et explorateur de nature, cette exploration artistique dure depuis 25 ans et n’est pas prête de s’arrêter. La passion n’a jamais faibli et, à l’écouter, elle semble plus flamboyante que jamais, « il existe tellement de techniques différentes à la bombe ».

Ne privilégiant aucune technique, le réalisme de ses graffs est le résultat d’un travail de longue haleine. Après ses premiers dessins d’enfant, « je recopiais les animaux dans les livres », l’artiste s’est imposé des règles strictes afin d’acquérir une grande liberté artistique et développer son imagination. « Je me suis interdit de copier et de faire des recherches de photos pendant une dizaine d’années. Je me suis obligé à imaginer. » Passionné par le monde animal et végétal, élevé dans un univers familial propice à cette sensibilité, il était peut-être écrit que son travail serait baigné de cet halo végétal et animal, caractéristique à son univers figuratif. « Le monde animal m’a toujours passionné. J’ai commencé à dessiner en recopiant des animaux dans les livres. Et pareil pour le végétal, j’adore les plantes, ma maison en est truffée. »

Sans parler de travail engagé, sa pratique se fait le reflet d’un fort intérêt pour la cause environnementale. « Je n’ai pas réponse à tout, mais j’ai un regard et une façon de voir les choses. J’aime quand les peintures font sens, qu’elles créent une émotion, mais aussi une interrogation », explique-t-il. « L’idée est aussi de ramener la nature en ville. Je graffe beaucoup de transformateurs électriques, ça donne un peu de couleur et de nature dans un quartier où on ne trouve qu’un simple mur gris sans âme. »

kaz graff
Peinture d’une cabine dans une carrosserie, Lorient Carrosserie. Kaz, mars 2021

Aux côtés de ses amis du Diaspora Crew, créé en 2015 avec François Kernen, alias Ezra, est un des seuls à graffer du figuratif. « Le collectif compte beaucoup de lettreurs, ma patte figurative crée le lien entre les artistes. » Actifs dans toute la Bretagne, de Saint-Brieuc à Lorient, de Brest à Nantes, le collectif rassemble une quinzaine de graffeurs bretons et une trentaine de membres, tous plus passionnés les uns que les autres. « Les rencontres amènent les connexions et des liens d’amitié se créent jusqu’à vouloir une identité propre. Le Diaspora Crew est beaucoup plus vieux que 2015, mais arrivé à un moment, on a voulu donner une identité propre à ce que l’on faisait. »

kaz graff

« Pour moi, La définition du graff c’est le partage. Quand on travaille et qu’on peint ensemble, une connexion se crée. On travaille à plusieurs dès qu’on peut. »

Avec les années, les animaux de Kaz se sont émancipés des murs et ont pris du volume. De petites sculptures, ses animaux de récup ont fini par grandir. « C’est mon côté fouille tout. Depuis des années, je récupère tout en étant sûr qu’on peut en faire quelque chose. Ces pièces sont créées par des ingénieurs et ont déjà une certaine esthétique », souligne Kaz. « À force d’accumuler, j’ai commencé à créer de petits objets, des insectes, des dragons, etc. »

Grand habitué du Just do Paint et ses façades colorées, le graffeur ne colorera aucune façade de la ville de Saint-Brieuc, mais une véritable métamorphose est attendue place de la Grille. Kaz fabriquera en live une créature dont on ne connaît pas encore la forme, à l’instar des créations monumentales exposées lors de la carte blanche donnée à Ezra et lui-même à la galerie d’art éphémère Wood Street de Lorient, en 2020. « Au début, le but du jeu était de récupérer les objets et de les revaloriser. Wood Street a été l’occasion de réaliser à grande échelle mon idée initiale. » Parmi les créations, des dragons de fer, dignes de la série Games of thrones, étaient nés de cet événement. « En science, on apprend que rien ne se perd, tout se transforme. En tant qu’humain, on peut aussi tenter de résoudre ces problèmes de pollution plutôt que d’attendre que le gouvernement s’en occupe pour nous. »

La légende du colibri telle que la raconte le philosophe Pierre Rabhi prend tout son sens en écoutant parler Mickael. Plutôt que de ne rien faire, on peut agir avec ces compétences, à son niveau et faire sa part. « Les artistes sont souvent le reflet de la société. Ils créent avec leur environnement, leurs idées. Si on prend l’histoire, et les anciennes peintures, chacun passait également des messages qui lui importait aussi, comme la religion. Mais ces questions ne sont pas réservées à l’artiste. »

  • kaz graff
  • kaz graff
  • kaz graff
  • kaz graff

Jeudi matin, premier jour de festival, Kaz s’est mis en marche et a fait le tour des carrosseries de Saint-Brieuc pour trouver son bonheur, et surtout, la pièce qui déclenchera son inspiration. « J’ai de petites idées d’orientation, mais je fonctionne beaucoup à l’improvisation. » Une fois la pièce qui le guidera vers la forme que sa sculpture prendra, l’artiste se laisse la liberté de ne pas trop se préparer et de laisser une part de spontanéité, pour ne pas se retreindre. « Je ferais de l’écologie à Saint-Brieuc comme ça », conclut-il.

Just do paint festival, du 1er au 4 juillet 2021.

Lieu: Place de la Grille « The Central Place »
Horaire d’ouverture: Jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 10hà 20h.

Télécharger la brochure du Just do paint festival 2021

Carte des murs et façades à (re)découvrir :

just do paint st brieuc

À lire également sur Unidivers.fr :

JUST DO PAINT 2021. L’IMAGINAIRE ENFANTIN DE TRAK
JUST DO PAINT 2021. LES BONSHOMMES TOTÉMIQUES DE DEUXBEN DE RENNES
JUST DO PAINT 2021. L’UNIVERS MARIN DE I SEA YOU À LA MAISON DE L’AGGLO DE SAINT-BRIEUC
SAINT-BRIEUC. JUST DO PAINT INVITE DES GRAFFEURS A PEINDRE LES MURS DE LA VILLE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -

Just do paint, festival de graffiti et street art, revient à Saint-Brieuc du 1er au 4 juillet 2021. Covid oblige, la quatrième édition se concentrera sur la scène française, et particulièrement les artistes bretons. Parmi eux, le Lorientais Kaz se lance dans une performance artistique qui matérialisera, place de la Grille, une créature faite d’objets de récup’. Unidivers vous propose de découvrir l’univers végétal et animal de ce passionné de graffiti.

Des déchets jonchent probablement déjà une partie de la Place de la Grille de Saint-Brieuc, « the Central Place ». La créature du graffeur lorientais Michael Oliver, plus connu sous le blase de Kaz, s’apprête à naître des profondeurs des carrosseries de Saint-Brieuc. Morceaux par morceaux, elle sera assemblée d’une main de maître en direct, mais quelle forme prendra-t-elle ? Habitué du festival, Kaz propose, pour cette quatrième édition, une extension de sa pratique et de ce que peut-être le street-art, avec une pointe d’écologie, cause qui lui est chère depuis sa plus tendre enfance.

kaz graff
Fresque à Saint-Nazaire avec le Diaspora Crew,2021.

Comme beaucoup, le dessin, Kaz est tombé dedans quand il était petit. À la maison, les tubes de peinture et les pinceaux laissés par un père amateur d’art pictural ne pouvaient être qu’une influence pour lui. « Quand les parents laissent la liberté aux enfants de s’exprimer, ça change tout », précise le graffeur de 41 ans.

Résidant à proximité de bâtiments inhabités, Michael s’est fait la main comme beaucoup de jeunes graffeurs des années 90. « On a commencé à aménager les lieux pour que les jeunes puissent se réunir. J’ai décidé de décorer les murs », se rappelle-t-il. « Au début, j’utilisais le pinceau, mais la peinture n’adhérait pas donc je suis passé à la bombe. » Et une fois qu’on a mis les pied dedans, dur de passer outre l’excitation de la création : le virus du graffiti vous colle à la peau. « L’univers et la sensation qu’on a quand on tient une bombe m’a tout de suite plu. Graffer avec une bombe c’est autre chose que d’utiliser le pinceau. C’est une autre approche. »

Cependant, chauffagiste pendant 15 ans et judoka de haut niveau, il décide tardivement de plonger tête la première dans ce mode d’expression qui le passionne, eu égard aux multiples commandes qu’il recevait alors en tant que graffeur. « J’adore la spontanéité dans l’expression libre. Quand vous créez, une émulation naît en vous… C’est jouissif. »

  • kaz graff
  • kaz graff
  • kaz graff
  • kaz graff

Curieux et explorateur de nature, cette exploration artistique dure depuis 25 ans et n’est pas prête de s’arrêter. La passion n’a jamais faibli et, à l’écouter, elle semble plus flamboyante que jamais, « il existe tellement de techniques différentes à la bombe ».

Ne privilégiant aucune technique, le réalisme de ses graffs est le résultat d’un travail de longue haleine. Après ses premiers dessins d’enfant, « je recopiais les animaux dans les livres », l’artiste s’est imposé des règles strictes afin d’acquérir une grande liberté artistique et développer son imagination. « Je me suis interdit de copier et de faire des recherches de photos pendant une dizaine d’années. Je me suis obligé à imaginer. » Passionné par le monde animal et végétal, élevé dans un univers familial propice à cette sensibilité, il était peut-être écrit que son travail serait baigné de cet halo végétal et animal, caractéristique à son univers figuratif. « Le monde animal m’a toujours passionné. J’ai commencé à dessiner en recopiant des animaux dans les livres. Et pareil pour le végétal, j’adore les plantes, ma maison en est truffée. »

Sans parler de travail engagé, sa pratique se fait le reflet d’un fort intérêt pour la cause environnementale. « Je n’ai pas réponse à tout, mais j’ai un regard et une façon de voir les choses. J’aime quand les peintures font sens, qu’elles créent une émotion, mais aussi une interrogation », explique-t-il. « L’idée est aussi de ramener la nature en ville. Je graffe beaucoup de transformateurs électriques, ça donne un peu de couleur et de nature dans un quartier où on ne trouve qu’un simple mur gris sans âme. »

kaz graff
Peinture d’une cabine dans une carrosserie, Lorient Carrosserie. Kaz, mars 2021

Aux côtés de ses amis du Diaspora Crew, créé en 2015 avec François Kernen, alias Ezra, est un des seuls à graffer du figuratif. « Le collectif compte beaucoup de lettreurs, ma patte figurative crée le lien entre les artistes. » Actifs dans toute la Bretagne, de Saint-Brieuc à Lorient, de Brest à Nantes, le collectif rassemble une quinzaine de graffeurs bretons et une trentaine de membres, tous plus passionnés les uns que les autres. « Les rencontres amènent les connexions et des liens d’amitié se créent jusqu’à vouloir une identité propre. Le Diaspora Crew est beaucoup plus vieux que 2015, mais arrivé à un moment, on a voulu donner une identité propre à ce que l’on faisait. »

kaz graff

« Pour moi, La définition du graff c’est le partage. Quand on travaille et qu’on peint ensemble, une connexion se crée. On travaille à plusieurs dès qu’on peut. »

Avec les années, les animaux de Kaz se sont émancipés des murs et ont pris du volume. De petites sculptures, ses animaux de récup ont fini par grandir. « C’est mon côté fouille tout. Depuis des années, je récupère tout en étant sûr qu’on peut en faire quelque chose. Ces pièces sont créées par des ingénieurs et ont déjà une certaine esthétique », souligne Kaz. « À force d’accumuler, j’ai commencé à créer de petits objets, des insectes, des dragons, etc. »

Grand habitué du Just do Paint et ses façades colorées, le graffeur ne colorera aucune façade de la ville de Saint-Brieuc, mais une véritable métamorphose est attendue place de la Grille. Kaz fabriquera en live une créature dont on ne connaît pas encore la forme, à l’instar des créations monumentales exposées lors de la carte blanche donnée à Ezra et lui-même à la galerie d’art éphémère Wood Street de Lorient, en 2020. « Au début, le but du jeu était de récupérer les objets et de les revaloriser. Wood Street a été l’occasion de réaliser à grande échelle mon idée initiale. » Parmi les créations, des dragons de fer, dignes de la série Games of thrones, étaient nés de cet événement. « En science, on apprend que rien ne se perd, tout se transforme. En tant qu’humain, on peut aussi tenter de résoudre ces problèmes de pollution plutôt que d’attendre que le gouvernement s’en occupe pour nous. »

La légende du colibri telle que la raconte le philosophe Pierre Rabhi prend tout son sens en écoutant parler Mickael. Plutôt que de ne rien faire, on peut agir avec ces compétences, à son niveau et faire sa part. « Les artistes sont souvent le reflet de la société. Ils créent avec leur environnement, leurs idées. Si on prend l’histoire, et les anciennes peintures, chacun passait également des messages qui lui importait aussi, comme la religion. Mais ces questions ne sont pas réservées à l’artiste. »

  • kaz graff
  • kaz graff
  • kaz graff
  • kaz graff

Jeudi matin, premier jour de festival, Kaz s’est mis en marche et a fait le tour des carrosseries de Saint-Brieuc pour trouver son bonheur, et surtout, la pièce qui déclenchera son inspiration. « J’ai de petites idées d’orientation, mais je fonctionne beaucoup à l’improvisation. » Une fois la pièce qui le guidera vers la forme que sa sculpture prendra, l’artiste se laisse la liberté de ne pas trop se préparer et de laisser une part de spontanéité, pour ne pas se retreindre. « Je ferais de l’écologie à Saint-Brieuc comme ça », conclut-il.

Just do paint festival, du 1er au 4 juillet 2021.

Lieu: Place de la Grille « The Central Place »
Horaire d’ouverture: Jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 10hà 20h.

Télécharger la brochure du Just do paint festival 2021

Carte des murs et façades à (re)découvrir :

just do paint st brieuc

À lire également sur Unidivers.fr :

JUST DO PAINT 2021. L’IMAGINAIRE ENFANTIN DE TRAK
JUST DO PAINT 2021. LES BONSHOMMES TOTÉMIQUES DE DEUXBEN DE RENNES
JUST DO PAINT 2021. L’UNIVERS MARIN DE I SEA YOU À LA MAISON DE L’AGGLO DE SAINT-BRIEUC
SAINT-BRIEUC. JUST DO PAINT INVITE DES GRAFFEURS A PEINDRE LES MURS DE LA VILLE