Take it easy : second opus du groupe rennais The Black Leaders qui confirme l’aisance des cinq musiciens à tailler des compositions pop-rock bien calibrées. Un album bien charpenté.

take it easyCiselé, bien taillé et charpenté ce sont bien les qualificatifs adéquats pour ce second essai des Black Leaders. Rien n’est bâclé. Les onze titres chantés en anglais s’enchaînent et passent tous seuls. La voix de Marie se déploie au fil des morceaux, fraîche et singulière, plus affirmée et grave lorsque sur Eagles le groupe rend hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015. A l’instar de My Best friend, leur premier album, Take it easy est entièrement produit par Arnaud Bascunana. Peut-être est-ce qui pêche un peu… Le manque de surprise. Take it easy ? une certaine facilité ?

black leadersC’est malheureusement la sensation qui suit la prestation du groupe lors de la soirée de lancement de l’album. Ce vendredi 28 octobre 2016, le public du Bar ‘Hic semblait pourtant conquis d’avance. Alternant les chansons de ses deux albums le groupe peine néanmoins à convaincre. La maîtrise et l’exécution des morceaux par des musiciens concentrés et chevronnés ne sont pas en cause. Les canons de la pop-rock efficace sont respectés. On frise la perfection. Mais justement : exécution ? Perfection ? Et si précisément tout ne tenait qu’à ça ? À l’image de l’album ? Moins d’impeccable doigté et plus de lâcher-prise, moins de perfection et plus de sincère déséquilibre ne nuiraient en rien aux compositions du groupe. La musique est une affaire de bien délicate alchimie. Le contrôle a du bon, mais le rock a besoin de fébrilité. Ceux qui sont déjà conquis seront confirmés, les autres diront que c’est bien fait… Take it easy !

Take it easy, nouvel album de The Black Leaders, produit par Arnaud Bascuñana. 10 €
sortie officielle le 7 novembre 2016

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Crédit photo : Erwan Cosyns

Take it easy : le second envoi de The Black Leaders was last modified: novembre 11th, 2016 by Thierry Jolif
La culture est une guerre contre le nivellement universel que représente la mort (P. Florensky) Journaliste, essayiste, musicien, a entre autres collaboré avec Alan Stivell à l'ouvrage "Sur la route des plus belles légendes celtes" (Arthaud, 2013) thierry.jolif [@] unidivers .fr

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom