Projet démarré en 2014, le groupe rennais The Black Leaders aura vu se pencher sur son berceau les bonnes fées Rock & Roll, toujours un peu speed, toujours à l’affût des bons sons. Septembre 2015, le jeune groupe, composé de musiciens aguerris, lance sa première galette : My Best friend, 11 titres d’une pop-rock efficace, un peu cold mais bien entraînante, un brin nostalgique mais savamment trépidante.

 

the black leadersLoin des modes revivals, psyché, garage ou (trop) stoner The Black Leaders aligne dans son premier album My Best friend onze chansons, en anglais, qui s’enchaînent sans s’essouffler, surfant sur des humeurs profondes et des arrangements imparables. S’en est déconcertant. Seul bémol, peut-être, une production un peu trop calibrée qui aurait surement gagné à oser plus de sauvagerie afin de mettre en avant, par contraste, la voix claire et posée de la chanteuse Marie… Mais ne boudons pas notre plaisir et lisons ce que cette dernière a à nous dire sur l’histoire de The Black Leaders et des bonnes fées Rock & Roll :

Unidivers : The Black Leaders est un groupe tout jeune… Mais
les musiciens qui le composent n’en sont pas à leurs débuts ? Pouvez-vous nous raconter l’histoire de ce groupe et nous présenter ses membres ?

Marie Laurent : La formation du groupe a débuté un peu par hasard quand j’ai rencontré Alex le guitariste via l’amie d’une amie début 2014. J’avais envie de former un groupe depuis longtemps les choses se sont donc faites naturellement. J’ai posé ma voix sur les compos d’Alex et ça a fonctionné tout de suite. On a cherché des musiciens sur Rennes. Gilduin (basse) et Fx (batterie) nous ont rejoints assez rapidement et le groupe était né ! Oliv au clavier nous a rejoint juste après l’enregistrement de l’album en mars dernier. On a commencé à jouer dans des bars de Rennes en septembre 2014 ( La Trinquette, L’Avant Scène, le Gazoline, ou encore l’Anti-seiche ou le Chat noir à Nantes).

U : Pourquoi ce nom un brin puissant, massif et imposant ?

Marie : The Black Leaders… un nom anglais à l’image de notre dialecte musical ! Et trouvé dans l’urgence, sur un coin de table, 5 minutes avant notre premier concert ! On est pas Black et pas non plus des Leaders mais ça ne nous empêche pas de porter ce nom de groupe.

IMGP3208U : Nous l’avons dit, The Black Leaders, est tout jeune, pourquoi et comment est né si rapidement votre
premier album ? Une osmose et une inspiration particulière ? Des rencontres particulières… ?

Marie : L’opportunité de jouer en concert est arrivée assez vite. Le public appréciait, on se faisait plaisir, Alex continuait à nous sortir de nouvelles compos.. La motivation et l’envie d’aller plus loin étaient là avec une matière qui nous plaisait à tous et nous correspondait malgré les styles musicaux différents de chacun. Et puis une complicité musicale et humaine entre nous, petit ingrédient magique qui fait la différence et qui apporte ce petit grain de folie rendant toutes choses possibles… Alors on s’est lancé. On a eu la chance de pouvoir s’entourer de personnes géniales et douées, comme Arnaud Bascunana (Deportivo, M…) qui a accepté d’enregistrer nos 11 titres en un minimum de 7 jours au studio du Faune à Montauban-De-Bretagne.
The Black Leaders c’est une histoire de rencontres aux bon moments avec les bonnes personnes.. et d’un peu de hasard, qui n’en est surement pas…

The Black Leaders

En concert le samedi 26 septembre 2015 à Rennes 

The Black Leaders My Best Friend en écoute 

Crédit photo : Gwénaël Moreau

La culture est une guerre contre le nivellement universel que représente la mort (P. Florensky) Journaliste, essayiste, musicien, a entre autres collaboré avec Alan Stivell à l’ouvrage « Sur la route des plus belles légendes celtes » (Arthaud, 2013)
thierry.jolif [@] unidivers .fr

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom