BD BLANC AUTOUR MAIS HAINE AU COEUR

Vouloir enseigner à de jeunes filles noires aux États-Unis en ce début du XIXe siècle est impensable pour la « bonne » société blanche. Et pourtant, une jeune professeure va leur ouvrir les portes de son école, déchaînant violence et racisme. Glaçant et instructif.

BD BLANC AUTOUR

Que la haine, la détestation de la couleur de l’autre, la misogynie peuvent être laides. Elles ont en l’occurrence la couleur blanche comme les dents dans les bouches grandes ouvertes d’hommes et de femmes qui, dans une double page magnifique, expriment leur colère et leur dédain de celui qui est différent. Blanches leurs dents car le blanc est leur religion. Un peau blanche seule capable de comprendre, de s’instruire, de s’éduquer.

BD BLANC AUTOUR

Alors lorsque l’une d’entre elle a la couleur adéquate, qui répond au nom de Prudence Grandall, décide de transformer son école en école pour filles de couleur, les dents blanches deviennent des crocs, les prières des hurlements, les moqueries des appels au meurtre. Nous sommes en 1832, dans une « charmante et pittoresque » école de Canterbury, dans le Connecticut, trente ans avant l’abolition de l’esclavage. Les noirs sont libres « mais n’ont aucun droit citoyen ».

BD BLANC AUTOUR

C’est cette société, trente ans avant la guerre de Sécession, que décrit le scénario de Lupano, beaucoup plus sombre que celui des Vieux Fourneaux notamment, dont il est un des co-auteurs. Des sourires, des moments de détente, le lecteur n’en connait guère, car la société patriarcale fondée sur la parole divine, méprise les gens de couleurs par idéologie, mais aussi et surtout par nécessité économique, ces hommes et femmes asservis souvent quatre fois plus nombreux que leurs « maîtres ». Le cynisme côtoie la bêtise basique autour d’une tasse de thé.

BD BLANC AUTOUR

Les dialogues ciselés, acérés font mal, empreints d’une ignominie totale. Lupano s’est inspiré d’une histoire réelle qu’éclaire la postface de Joanie DiMartino, conservatrice du musée Prudence Grandall qui, en retraçant par de courtes biographies les trajectoires des élèves de la professeure, démontre combien le récit colle au plus près avec les connaissances historiques. Toutes deviendront des militantes abolitionnistes et féministes, luttant au cours de leur vie pour permettre l’accès à une « éducation égalitaire et équitable ».

BD BLANC AUTOUR

Toutes pourtant sont différentes, athée comme Eliza, bourgeoise comme Jeruska, mais féministes avant les mouvements de la fin du siècle, elles bouleversent l’ordre des choses, remettant déjà en cause les fondements violents d’une nation encore balbutiante. Par leur éclectisme, leur savoir, leur intelligence, elles sont les personnages forts de la BD, attachantes et vivantes. Sauvage, petit garçon noir, vivant seul dans la nature, ne croit pas à cette libération par l’école. L’histoire de Lupano lui donnera tort.

BD BLANC AUTOUR

On est outrés, énervés, devant les propos, les actes de violence d’une minorité qui n’acceptent même pas les décisions fédérales, et on a beau ne pas vouloir faire de rapprochements faciles, on ne peut jamais extraire cette histoire, qui a presque deux siècles, des moments désespérants que les États-Unis viennent de nous proposer. Impossible. Heureusement le dessin de Stéphane Fert n’ajoute pas à la violence du récit. Au contraire, ses volutes, ses couleurs douces, ses illustrations réalisées à la palette graphique tempèrent le malaise, laissant vibrer un espoir, une lumière, comme le sentiment d’un progrès à venir irréversible. Des rêves, un enterrement, une « sorcière », qui bien entendu n’en est pas une, offrent parfois même un peu de poésie comme un conte pour adultes, laissant s’exprimer la venue d’un monde meilleur. À la fin de l’ouvrage, des photos de deux élèves de Prudence Grandall, devenues adultes, nous offrent leurs visages déterminés. Elles montrent que leurs combats, si anciens en apparence, ne sont pas encore définitivement achevés. Et que cette belle BD est bien indispensable au moment où le drapeau confédéré réinvestit le Capitole.

BD Blanc Autour, scénario : Wilfrid Lupano, dessin : Stéphane Fert. Éditions Dargaud. 144 pages. 19,99€. Parution 15 janvier 2021.

Le duel Anquetil Poulidor sur les pentes du Puy-de-Dôme en 1964, les photos de Gilles Caron dans le Quartier latin en Mai 68, la peur des images des Sept boules de cristal de Hergé, les Nus bleus de Matisse sur un timbre poste, Voyage au bout de la Nuit de Céline ont façonné mon enfance et mon amour du vélo, de la peinture, de la littérature, de la BD et de la photographie. Toutes ces passions furent réunies, pendant douze années, dans le cadre d’un poste de rédacteur puis rédacteur en chef de la revue de la Fédération française de Cyclotourisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici