Yona Friedman développe depuis le milieu du XXe siècle le concept d’« architecture mobile ». c’est le fondement d’une théorie universelle selon laquelle habitat et urbanisme doivent être pensés, d’une part, directement par leurs utilisateurs et, d’autre part, en intégrant l’imprévisibilité du comportement futur de l’usager. Appliquée à l’échelon de la ville, cette réflexion sur l’architecture mobile  l’a conduit à son projet de « ville spatiale ». Ses propositions visionnaires ont des retombées pratiques indéniables sur l’urbanisme contemporain. Une vente de 14 de ses ‘plans-oeuvres’, de ses chefs-d’œuvre, a lieu à Drouot aujourd’hui.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom