Alors que se déroule le procès de l’ex-père Preynat, sort en édition de poche Sodoma, l’enquête incontournable de Frédéric Martel sur le Vatican. Un ouvrage indispensable pour comprendre.

SODOMA FREDERIC MARTEL

Invraisemblable. Inimaginable. La lecture de Sodoma vous laisse pantois et groggy. Et sans aucun doute, car l’enquête menée pendant quatre année par le journaliste, sociologue, Frédéric Martel est implacable et incontestable. Il ne s’agit pas, comme souvent, d’une ou deux révélations agrémentées d’anecdotes et d’extrapolations. C’est ici, à travers des centaines de témoignages recoupés, la description méthodique et chirurgicale, d’une institution, d’un pouvoir politique. Sodoma, le titre est clair et explicite : l’enquête démontre la place exorbitante qu’occupe l’homosexualité au sein de l’Eglise catholique. Ce qui n’est après tout qu’une exception sociologique n’est pas en soi un problème. L’anomalie réside dans le fait que cette homosexualité est niée et combattue farouchement par l’Église, même très violemment, dans une hypocrisie et une schizophrénie incommensurable. L’auteur énumère au long de son ouvrage quatorze règles de Sodoma dont une qui domine sur toutes les autres : plus un membre de la hiérarchie catholique est actif dans sa pratique homosexuelle, plus il est publiquement homophobe.

BIBLE
Photo : Marco Verch

À partir de ce constat majeur, la politique vaticane depuis Paul VI prend tout son sens. Obnubilé par cette lutte paradoxale, le gouvernement de l’Église va s’éloigner de plus en plus de son temps et devenir une forteresse assiégée. Sans donnée statistique scientifique, reviennent souvent les pourcentages de 50% d’homosexuels chez les prêtres et de 75% dans la hiérarchie. C’est que pour se hisser aux fonctions supérieures il faut faire partie du sérail et bénéficier d’appuis où l’affectif et la pratique sexuelle jouent un rôle primordial. L’auteur démontre comment dans les années cinquante, en Italie notamment, le sort le plus enviable pour un jeune qui se découvre homosexuel est de rentrer dans l’Eglise. De moqué à réprouvé, l’adolescent devient respecté, protégé. Commence alors un double jeu imposé par une institution qui nie contre toute réalité, la naissance et l’existence d’une libido qui s’impose à tous.

Les prêtres, pour leur immense majorité, vont vivre ainsi dans un conflit permanent, conflit qui est exacerbé au maximum avec Benoit XVI, le pape le plus anti homosexuel de tous les papes modernes, pour qui Frédéric Martel démontre le conflit intérieur qui l’habite, et dont il sort probablement vainqueur selon ses propres critères, faisant triompher « l’amour amitié » sur un amour actif sexuellement. Une victoire intérieure personnelle mais un désastre pour l’institution qu’il dirige.

Cette homophobie interne écrase tout et monopolise l’action vaticane. Elle est avec l’anti-communisme, cher plus particulièrement à Jean Paul II, la ligne directrice du Vatican depuis Paul VI. On découvre alors avec effarement, et des exemples mondiaux à l’appui, comment la hiérarchie catholique s’acoquine avec des dictateurs d’extrême-droite et lutte jusqu’à la nausée contre l’homosexualité perçue comme plus grave que la pédophilie ou l’hétérosexualité qui n’importent aux papes que si leur révélation devient publique.

Marcial Maciel Degollado
Marcial Maciel Degollado est un prêtre mexicain (1920-2008), fondateur de la Légion du Christ en 1941 (une congrégation de prêtres catholiques). En 1948 il est accusé de graves abus sexuels sur mineurs.

Pris dans leur système de pensée, ces hommes qui dirigent le Vatican vivent dans une schizophrénie poussée jusqu’à la caricature. Leurs exigences vestimentaires extravagantes, leurs portraits omniprésents dans leurs palais, les cérémonies grandioses mises en place pour nommer un collaborateur particulier, sont les manifestations les plus légères de comportements qui peuvent atteindre des sommets de perversité et de gravité. Les portraits des cardinaux Lopez Trujillo, Marcial Maciel, protégés et même parfois vénérés par les papes, sont terrifiants. Le refus du préservatif est un autre marqueur de cette violence. Pédophilie, prostitution, sont les conséquences d’une sexualité bridée et niée.

Au fur et à mesure de la démonstration, l’éloignement de l’Église catholique des réalités de notre monde s’explique. Tous les combats à contre-courant menés par trois papes successifs, sont perdus d’avance. Alors que les ordinations de prêtres n’ont jamais été aussi faibles, la pratique religieuse aussi minoritaire, l’auteur athée, accorde une volonté réformatrice réelle au pape François, conscient des travers immenses du gouvernement qu’il dirige. Là est la force de l’ouvrage qui ne tombe jamais dans la caricature ou l’inquisition. On peut même trouver dans des pages de la bienveillance et des tentatives de compréhension d’hommes perdus entre leur idéal de vie et de chasteté et la réalité de leurs pulsions, la réalité de la vie.

Alfonso Lopez Trujillo
Alfonso Lopez Trujillo (1935 – 2008) est un cardinal colombien, archevêque émérite de Medellín et président du Conseil pontifical pour la famille. Selon Martel, il aurait eu une double vie : homophobe le jour, homosexuel la nuit.

L’enquête, qui explique comment dans le monde entier les prêtres hétérosexuels vivent majoritairement en couples, délivre finalement pour les croyants, un espoir qui peut amener à remettre en cause le célibat des prêtres (exigence formulée au XIe siècle sans fondement textuel), à accepter la reconnaissance des exigences sexuelles individuelles. Le pape François aura-t-il suffisamment de force et de pouvoir pour remettre en cause cette politique en place jusqu’à l’aveuglement depuis plus de 60 ans ? La survie de l’Église catholique dépend probablement de la réponse qui sera donnée à cette question.

Sodoma de Frédéric Martel. Édition de poche Pocket. 9,40€. 976 pages. 16 janvier 2020.

 

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom