emotion modelisation

Ce voyage extraordinaire dans les sciences est consacré aux émotions ou plus précisément à la capture et à la compréhension des émotions. C’est le thème de recherche de Renaud Séguier, professeur à l’école d’ingénieurs CentraleSupélec et chercheur à l’IETR à Rennes (équipe AIMAC, Artificial Intelligence for Multimodal Affective Computing).

Cette école Supélec (ou École Supérieure d’électricité), avant son mariage avec Centrale Paris en 2015, a joué un grand rôle dans la formation et la recherche dans le domaine de l’électronique, de l’automatique et du traitement du signal à partir des années 70 pour la Bretagne. Grande école parisienne au même titre que les Mines et les Télécoms (récemment mariées elles aussi), elle était alors dirigée par André Blanc-Lapierre, académicien, père fondateur du traitement du signal en France. Cette émission est l’occasion pour nous de rendre hommage à tous ceux qui ont joué un rôle décisif dans la création ou l’accompagnement de son premier campus en région dont les amis Yves Quenech’du et Pierre-Yves Arques.

Renaud Séguier
Renaud Séguier

Venons-en à Renaud. Il nous raconte son parcours et il est passionnant, lui qui aurait pu à l’origine faire de la danse à l’Opéra de Paris. Or il a trouvé une autre passion, la recherche, et pas n’importe laquelle car il s’intéresse de longue date aux émotions. Celles-ci s’expriment, selonAlbert Mehrabian, en grande partie à travers les expressions faciales et le langage du corps (n’est-ce pas là revenir aussi à sa jeunesse ?) et, par ordre décroissant d’importance, grâce au ton et à la voix, et enfin par les mots utilisés, la structure de la phrase…

IETR Rennes
IETR Rennes

Mais comment capter et reconnaître ces émotions ? Par l’analyse d’image vidéo du visage et de la posture bien entendu, par la reconnaissance de la parole aussi (l’insistance mise sur certains mots, la ponctuation et les temps de silence), la mesure de signaux physiologiques (les battements de cœur par exemple), le suivi du regard… ou encore, mais il s’agit alors d’expérimentations plus complexes, par le recueil et l’analyse des activités cérébrales. C’est cette histoire dont nous parle Renaud, une histoire qui l’aura amené avec ses collaborateurs à cofonder plusieurs entreprises sur le Technopole de Rennes : Dynamixyz en 2010 centrée sur la reconnaissance faciale pour le cinéma et les jeux vidéo ; 3D sound labs en 2015 produisant des casques audio 3D ; Immersive therapy créée en 2017, pour une thérapie sonore visant les acouphènes chroniques ; et enfin, Emobot lancée en 2022 sur le suivi de la dépression. Des entreprises souvent lauréates de prix internationaux !

emitions Renaud Séguier

L’IA dans toutes ces applications a un rôle clé aujourd’hui mais rassurez-vous, il reste du chemin à parcourir pour savoir si vous êtes un peu, beaucoup…  heureux ou simplement content, si vous êtes très serein, inquiet, légèrement endormi ou au contraire très excité… et pour les rendre au cinéma, dans les jeux ou utiles pour une meilleure analyse de symptômes et de soins en médecine. D’ailleurs et pour anticiper, Renaud mimera les passages dans tous ces états d’émotion au cours de l’émission et ceci avec la seule aide de la voix !

Quelques liens pour aller plus loin et visualiser quelques animations :

https://www.citedia-deveco.com/actualites/que-sont-ils-devenus-retour-sur-dynamixyz/

https://actu.fr/societe/rennes-start-up-immersive-therapy-developpe-une-application-traiter-acouphenes_15319664.html

https://www.emobot.fr/

Article précédentRennes. Comptoir du doc déroule le festival Ré-Elles du 3 au 15 mars
Article suivantLocminé. Festival du rire à la Maillette du 14 au 17 mars 2024
Jean-Louis Coatrieux
Jean-Louis Coatrieux est spécialiste de l’imagerie numérique médicale, écrivain et essayiste. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment aux éditions La Part Commune et Riveneuve éditions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici