COMMUNITY ESTELLE NOLLET : RENDEZ-VOUS SUR L’ÎLE DE NEW ABERDEEN

New Aberdeen, ça vous dit quelque chose ? La petite île de New Aberdeen, peut-être davantage ? Non ? Eh bien moi non plus avant de me plonger dans ce roman remarquable d’Estelle Nollet Community.

 

Quand une expédition scientifique tournée vers la nature, l’observation des otaries, des oiseaux, de la biodiversité, à destination de New Aberdeen, en plein océan austral, se prépare, on se dit pourquoi pas un tel voyage, une telle expérience… Après tout, cela nous changera du quotidien ouaté,  – en bons sédentaires, statut auquel nous demeurons attachés… (nos petites habitudes si rassurantes…) Et si on embarquait à bord du Baron Dufresne, le bateau porte-conteneurs qui va emmener l’aréopage vers ce caillou volcanique au milieu de nulle part équipé de vivres pour six mois puisque l’expédition Mission 66 est prévue pour durer une année avec un ravitaillement, un et un seul. A mi-parcours.

Les huit hommes et deux femmes qui embarquent ne se connaissent pas et vont devoir travailler, apprendre à vivre ensemble, se découvrir pour le meilleur mais également pour le pire. Car les choses ne vont pas nécessairement se dérouler comme planifiées sur la feuille de route. Car les acteurs de ce roman très visuel, très sensitif va les emmener de la vie à la survie. Qui s’en sortira ? Qui résistera ? Qui quittera l’aventure ? Mais qui pouvait s’attendre à devenir un Robinson Crusoé du XXIe siècle ? Le suspense dans ce roman est aussi permanent et aussi changeant que les ciels ou les ambiances.

Au fil des mois, au fil des saisons, les rebondissements vont se succéder et via le prisme du narrateur, Cookers, le cuisinier néo-zélandais, nous allons accompagner cette grande mise à l’épreuve que sera Community. Chacune, chacun, est venu(e) sur cet îlot avec sa propre histoire, des instants heureux, des douleurs enfouies, des secrets parfois inavouables. Et chacun sera soumis à ses propres aspirations, ses propres attentes, ses propres fantasmes. Et chacune tombera le masque, les masques au fur à mesure des coups durs, de la peur de l’abandon, du comportement de l’autre, de ses propres frustrations. De manière souvent inattendue. Ce huis clos dramatique est un reflet glaçant parfois de nos propres personnalités, rassurant souvent de nos propres élans d’empathie. Le tout souligné par une écriture sans concession, qui va droit à l’essentiel. Tendue. Comme la vie, comme la mort avec lesquelles chacun doit se battre sinon se débattre voire jongler.

C’est tonique, vivifiant autant que l’écume des vagues qui vient taper les rochers anthracite de l’îlot. C’est tonique, vivifiant autant que les défis auxquels nos protagonistes vont être confrontés. C’est magique et grandiose parce qu’écrit avec passion et justesse comme un journal, comme un roman, comme un carnet de voyage.

 

Community Estelle nollet 

Community – Éditions Albin Michel – 265 pages, janvier 2018 Couverture : © Vincent Lesné – Photo Estelle NOLLET – © DR, Prix : 19,00 € – www.albin-michel.fr

 

Un commentaire

  1. Très bel article pour ce très bon roman : rien à ajouter sauf que sans doute il faut avoir la sensibilité d’un écrivain pour une analyse aussi fine et une synthèse aussi poétique.
    Ces romans qui se concluent sur une question, qui ouvrent sur des interrogations vitales après avoir promené le lecteur dans des ailleurs inconnus de beaucoup sont parmi les plus intéressants et cette auteure sait magistralement à travers toutes ses créations (ses quatre romans) ouvrir, mine de rien, le champ de la réflexion ; le lecteur y est piégé pour son plus grand plaisir.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom