la reverdie bambini
La Réverdie (Bambini), Pauline Bigot et Steven Hervouet, Compagnie AmieAmi © Jihye Jung

Dans le cadre du festival Waterproof, Pauline Bigot et Steven Hervouet de la compagnie AmieAmi investissent le Théâtre Guy Ropartz, à Rennes, pour plusieurs représentations de La Réverdie et un atelier à destination des grands et des petits à partir de 6 ans. Du Du 11 au 14 février 2024, mélange de couleurs et observation d’une rencontre déteignante sont au programme !

En entrant dans la salle, au théâtre Guy Ropartz, on est accueillis par des chuchotements. Dans le public, une voix se fait entendre : « il y a un gros œuf qui va nous tomber sur la tête ». Ambiance familiale. Petit à petit, le public se tait et l’on distingue ces mots : « petit bleu » et « petit jaune ». Et revient en tête cette histoire pour enfants de l’École des loisirs de Léo Lionni.

Un amas de papier en aluminium est suspendu au-dessus de nos têtes, en forme d’abat-jour froissé. Au sol, le même papier brillant sur un espace rond central. Et ces chuchotements d’enfants qui commentent l’histoire. Ce sont des variations sur tous ces êtres et ces objets qui sont bleus ou jaunes. Et ils s’imaginent multicolores, avec les yeux rouges et les bras bleus. Et il paraît que Petit-Bleu serait un garçon, sinon il s’appellerait Petite-Bleue, au fé-mi-nin ! Et puis Petit-Bleu a beaucoup d’ami(e)s, mais son meilleur ami c’est Petit-Jaune.

la reverdie bambini
La Réverdie (Bambini), Pauline Bigot et Steven Hervouet, Compagnie AmieAmi © Jihye Jung

Sur le papier froissé, un être jaune et un être bleu, chacun sa place. Les yeux cloués dans le public, l’un et l’autre semblent nés sur la planète bleue et la planète jaune, là où les animaux aux yeux curieux et les végétaux aux lignes élancées font des bébés. Ils arrivent là, plantés dans un sol brouillon et bruyant. Ils effectuent des mouvements en spirale, comme des plantes qui pousseraient vers le haut, grâce à l’alimentation riche du sol, ce rond de papier crépitant et lumineux. Ils s’amusent à naviguer sur place et dansent.

Petit à petit, les deux Ami(e)s trouvent un unisson. Mais chacun reste à sa place, bien planté avec ses racines. Les spirales deviennent postures, arrêts sur image. Il se passe quelque chose. Puis, c’est le tout schuss, le va-et-vient des bras qui s’élancent vers le bas de la piste. Ils semblent voguer vers un jeu plus complice, mais lequel ?

Il se regardent enfin. Main dans la main, ils se touchent, la rencontre a lieu. Le vent les amène à s’entraider pour rester debout. Nouvel événement : un oiseau passe et le duo en vient à se soutenir, se protéger d’un danger éventuel venant du dehors. À force de jouer ensemble, ils s’influencent, se rapprochent, et déteignent l’un sur l’autre ! L’être bleu étale sa couleur sur l’être jaune et l’être jaune barbouille l’être bleu de sa couleur à lui. Chose étrange, ils deviennent tout verts ! Il y a parfois des petits combats, des bras de fer. On ne se laisse pas toujours faire lorsque l’on rencontre quelqu’un. Pourquoi faudrait-il laisser l’autre toucher à son identité, intervenir dans son monde à soi ?

Après l’oiseau, un bruit de crépitement de feu se fait entendre. Désormais, ils sont proches, ils se regardent, se connaissent et font ensemble. C’est une relation chaleureuse. Les éléments vent, feu, oiseau viennent environner leur petit cercle d’amis. Devenus vert ensemble, ils sortent enfin du sol duquel ils étaient liés. La rencontre entre ces deux êtres a permis de s’évader de leur espace familier. Ils peuvent à deux s’éloigner de la matrice et construire un monde plus grand.

Le public voit passer le sol froissé devenu grande aile légère au-dessus d’eux. Les bras des enfants s’élèvent pour toucher ce matériau si mystérieux. Reste à présent « le gros œuf » fait de ce même papier frisson. Comme une luminosité toute neuve apparue dans cette relation naissante.

La relation de Petit-Bleu et Petit-Jaune nous rappelle toutes les différences au départ entre tous les êtres, même ceux qui vivent tous près les uns des autres. On a chacun nos racines, nos forces, nos références, nos repères. Avant de se connaître et de croître, on commence par vivre à côté les uns des autres, sans se gêner. Puis on se regarde, on s’observe, on se teste, on s’oppose, on se rapproche doucement. On est curieux les uns des autres. Pourquoi ? Parce qu’on a besoin les uns des autres. On est inter-dépendants. On pourrait retenir ce message : si on veut grandir et devenir libres, forts et fertiles, sachons, nous toutes et tous, amies et amis, trouver, dans le lien avec les autres, un peu de confiance mutuelle. Soyons nous-mêmes, mêlons-nous et devenons plus verts.

La Réverdie de la compagnie AmieAmi, mercredi 14 février 2024 au Théâtre Guy Ropartz de Rennes, 14 rue Guy Ropartz, à 15h.

Plein : 9€ | Waterpass : 7€ | SORTIR! : 3,5€

Chorégraphie et interprétation : Pauline Bigot & Steven Hervouet
Création lumière : Léa Maris
Création sonore : Jonathan Lefèvre Reich
Regards extérieurs : Éva Assayas & Christophe Bigot

Programmation du festival Waterproof

Article précédentLes Villes de Rennes et d’Erlangen célèbrent leur 60e anniversaire de jumelage et renforcent leur coopération
Article suivantLes mauvaises herbes, la bd coup de poing de Keum Suk Gendry-Kim
Léna Moriceau
Originaire de Rennes, Léna Moriceau exerce dans les domaines du spectacle puis de la fonction publique. A compter de 2024, elle débute une activité professionnelle en tant que guide accompagnatrice de voyages. Passionnée de spectacle vivant et de création artistique, elle s'investit dans différentes associations et développe sa propre pratique en danse contemporaine, clown, chant, écriture et dessin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici