Les financiers étaient en apnée : un défaut de paiement de la Grèce aurait signé le départ d’une montagne russe en culbuto ! La zone euro y aurait sans doute perdu l’existence, tout au moins, sa crédibilité. Après des semaines de tergiversations, ce beau monde de la finance s’est mis d’accord in fine sur une réduction de la dette grecque de… 95 %.  Le calcul est simple : une liquidation, c’est 100 % de perdu ; là, il reste 5 % à faire fructifier. Hourra, la Grèce est sauvée ! Heu, oui, mais jusqu’à quand ? Dans une semaine, la dette du pays s’établira à plus de 100 milliards d’euros…

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom