sam 23 octobre 2021

RENNES. SET ME FREE, UN MINI FESTIVAL DES TIERS-LIEUX ET ARTISTES LOCAUX

Le festival Set Me Free met à l’honneur les tiers-lieux rennais et les artistes locaux pour la rentrée. Du 27 août au 2 octobre, ce sont quatre événements qui sont organisés par Fake Records et Organisme Texture dans ces lieux atypiques qui ont permis aux artistes et au public de retrouver un brin de liberté l’été passé. Le projet se poursuivra par une série de reportages vidéo tournés pendant les événements et mettant en avant les activités des lieux et l’actualité des artistes.

Set Me Free est un projet hybride présenté comme un mini festival des tiers-lieux rennais et mêlant événementiel, musique, et réalisation de reportages vidéo mettant en avant l’activité locale. Cette série de quatre rendez-vous se déroulant du 27 août au 2 octobre a été imaginée par Fake Records et l’Organisme Texture. Le premier est un promoteur d’événements animé par Ismaël Lefeuvre et en activité depuis 2003, ayant fait jouer de grands noms de la scène techno française et internationale (Electric Rescue, D’Julz, Andrew Weatherall ou Sascha Funke, pour ne citer qu’eux). Le second est un collectif rennais super actif depuis 2014 et à qui l’on doit certains des plus beaux événements rennais depuis lors.

  • SET ME FREE

L’aventure Set Me Free démarre grâce aux joies du réseautage culturel et du voisinage en bureaux partagés, quand Yann R., chargé de projet et de programmation pour l’Organisme Texture, également DJ résident du collectif et producteur sous l’alias Yann Polewka, rencontre Ismaël Lefeuvre dans les locaux de son entreprise d’édition musicale ILCM. Alors en plein confinement, le projet de départ est de proposer des livestreams depuis le studio Bas Village de ILCM, basé à Cesson. Mais, face à la perte d’intérêt grandissante du public pour les livestreams dont nous a abreuvés l’année passée, l’idée évolue pour prendre une tournure socioculturelle inédite. « On a voulu garder la dimension vidéo du projet, mais avec l’envie de mettre en lumière l’activité locale », précise Yann.

Après une première tentative dans les commerces rennais fermés durant les confinements, Set Me Free trouve sa dynamique finale en frappant à la porte des tiers-lieux rennais. Un domaine à la fois vaste et flou, en pleine expansion dans la capitale bretonne comme dans le reste de la France. À la suite du rapport de l’association France Tiers-Lieux remis en août 2021 et qui comptabilise 2200 tiers-lieux sur le territoire, l’État a d’ailleurs décidé d’injecter 130 millions d’euros dans cet écosystème. L’été passé, alors que les clubs et salles de spectacles n’avaient pas repris leur activité, ce sont les tiers-lieux qui ont fait vivre Rennes, « ce sont ces lieux qui ont permis aux artistes de se produire ces derniers mois », affirme Yann. ​​

  • SET ME FREE
  • SET ME FREE
  • SET ME FREE
  • SET ME FREE

Étant souvent le fruit d’initiatives citoyennes ou associatives, les tiers-lieux présentent aussi l’intérêt de proposer, voir d’inventer, de nouveaux usages à son public, notamment à travers les croisements d’activités et les ponts dressés entre pratique professionnelle et amatrice. Ainsi Fake Records et l’Organisme Texture invitent à découvrir en musique quatre lieux rennais. 

Le premier épisode, le 27 août, se tenait à la Garden Partie, un potager urbain dans le quartier Baud-Chardonnet, ouvert depuis 2020. Y sont proposés un marché de producteurs locaux tous les vendredis, des événements culturels ponctuels, une guinguette et des plats cuisinés à partir des produits cultivés sur place. 

Le deuxième épisode se déroulait à la ferme de Quincé, dans le quartier Beauregard, tout nouveau lieu “agriculturel” géré par le collectif 35 Volts, dont la programmation musicale impeccable a sauvé Rennes de l’ennui ce dernier été. Après avoir ouvert sa guinguette, l’activité agricole en permaculture devrait démarrer prochainement, ainsi que tout un programme d’activités à destination des habitants du quartier. 

  • SET ME FREE
  • SET ME FREE
  • SET ME FREE
  • SET ME FREE

Jeudi 23 septembre, c’est à l’Hôtel-Dieu dans le centre-ville de Rennes que Set Me Free viendra poser ses caméras. Bijou d’architecture, l’ancien hôpital accueille une micro-brasserie, une salle d’escalade et de fréquents événements musicaux. L’Organisme Texture avait justement eu la chance d’inaugurer le lieu en septembre 2019.

Le 2 octobre, Set Me Free se conclut à Comme un établi, dans le quartier Saint-Grégoire, à l’occasion de ses portes ouvertes. Tiers-lieu dédié à l’artisanat et ouvert en 2017, son atelier partagé accueille tout autant des professionnels que des particuliers en recherche d’espace et de matériel. Des stages y sont aussi proposés pour découvrir différentes activités manuelles ou métiers de l’artisanat.

À chaque épisode, le présentateur Thomas Guézou, animateur et programmateur de radio C Lab, mène des interviews pour mettre en avant les actions des lieux, devant les caméras attentives du collectif Voyons voir. Chaque événement est aussi l’occasion d’inviter des musicien.ne.s rennais.es et de faire un focus sur l’un ou l’une d’entre eux, parmi lesquels la DJ et illustratrice Blanca Brusci, et les DJs et producteurs Evenn, Blutch et Bubs. C’est la captation de leur performance qui servira de base sonore aux reportages vidéo qui seront réalisés par Léo “Céleste” Desmelay.

  • SET ME FREE

Ces reportages devraient voir le jour d’ici quelques mois, le temps peut-être de mûrir une prochaine saison de Set Me Free ? « Ce ne sont pas les lieux intéressants qui manquent à Rennes, ni les propositions pour aller au-delà, dans le bassin rennais, l’Ille-et-Vilaine, ou même le reste de la France », confie Yann.

Suivez Set Me Free sur Facebook

Jean Gueguenhttps://www.unidivers.fr
J'aime ma littérature télévisée, ma musique électronique, et ma culture festive !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rennes
ciel dégagé
9 ° C
9.2 °
8.4 °
76 %
0.5kmh
0 %
sam
8 °
dim
16 °
lun
17 °
mar
17 °
mer
18 °
- Advertisment -

Le festival Set Me Free met à l’honneur les tiers-lieux rennais et les artistes locaux pour la rentrée. Du 27 août au 2 octobre, ce sont quatre événements qui sont organisés par Fake Records et Organisme Texture dans ces lieux atypiques qui ont permis aux artistes et au public de retrouver un brin de liberté l’été passé. Le projet se poursuivra par une série de reportages vidéo tournés pendant les événements et mettant en avant les activités des lieux et l’actualité des artistes.

Set Me Free est un projet hybride présenté comme un mini festival des tiers-lieux rennais et mêlant événementiel, musique, et réalisation de reportages vidéo mettant en avant l’activité locale. Cette série de quatre rendez-vous se déroulant du 27 août au 2 octobre a été imaginée par Fake Records et l’Organisme Texture. Le premier est un promoteur d’événements animé par Ismaël Lefeuvre et en activité depuis 2003, ayant fait jouer de grands noms de la scène techno française et internationale (Electric Rescue, D’Julz, Andrew Weatherall ou Sascha Funke, pour ne citer qu’eux). Le second est un collectif rennais super actif depuis 2014 et à qui l’on doit certains des plus beaux événements rennais depuis lors.

  • SET ME FREE

L’aventure Set Me Free démarre grâce aux joies du réseautage culturel et du voisinage en bureaux partagés, quand Yann R., chargé de projet et de programmation pour l’Organisme Texture, également DJ résident du collectif et producteur sous l’alias Yann Polewka, rencontre Ismaël Lefeuvre dans les locaux de son entreprise d’édition musicale ILCM. Alors en plein confinement, le projet de départ est de proposer des livestreams depuis le studio Bas Village de ILCM, basé à Cesson. Mais, face à la perte d’intérêt grandissante du public pour les livestreams dont nous a abreuvés l’année passée, l’idée évolue pour prendre une tournure socioculturelle inédite. « On a voulu garder la dimension vidéo du projet, mais avec l’envie de mettre en lumière l’activité locale », précise Yann.

Après une première tentative dans les commerces rennais fermés durant les confinements, Set Me Free trouve sa dynamique finale en frappant à la porte des tiers-lieux rennais. Un domaine à la fois vaste et flou, en pleine expansion dans la capitale bretonne comme dans le reste de la France. À la suite du rapport de l’association France Tiers-Lieux remis en août 2021 et qui comptabilise 2200 tiers-lieux sur le territoire, l’État a d’ailleurs décidé d’injecter 130 millions d’euros dans cet écosystème. L’été passé, alors que les clubs et salles de spectacles n’avaient pas repris leur activité, ce sont les tiers-lieux qui ont fait vivre Rennes, « ce sont ces lieux qui ont permis aux artistes de se produire ces derniers mois », affirme Yann. ​​

  • SET ME FREE
  • SET ME FREE
  • SET ME FREE
  • SET ME FREE

Étant souvent le fruit d’initiatives citoyennes ou associatives, les tiers-lieux présentent aussi l’intérêt de proposer, voir d’inventer, de nouveaux usages à son public, notamment à travers les croisements d’activités et les ponts dressés entre pratique professionnelle et amatrice. Ainsi Fake Records et l’Organisme Texture invitent à découvrir en musique quatre lieux rennais. 

Le premier épisode, le 27 août, se tenait à la Garden Partie, un potager urbain dans le quartier Baud-Chardonnet, ouvert depuis 2020. Y sont proposés un marché de producteurs locaux tous les vendredis, des événements culturels ponctuels, une guinguette et des plats cuisinés à partir des produits cultivés sur place. 

Le deuxième épisode se déroulait à la ferme de Quincé, dans le quartier Beauregard, tout nouveau lieu “agriculturel” géré par le collectif 35 Volts, dont la programmation musicale impeccable a sauvé Rennes de l’ennui ce dernier été. Après avoir ouvert sa guinguette, l’activité agricole en permaculture devrait démarrer prochainement, ainsi que tout un programme d’activités à destination des habitants du quartier. 

  • SET ME FREE
  • SET ME FREE
  • SET ME FREE
  • SET ME FREE

Jeudi 23 septembre, c’est à l’Hôtel-Dieu dans le centre-ville de Rennes que Set Me Free viendra poser ses caméras. Bijou d’architecture, l’ancien hôpital accueille une micro-brasserie, une salle d’escalade et de fréquents événements musicaux. L’Organisme Texture avait justement eu la chance d’inaugurer le lieu en septembre 2019.

Le 2 octobre, Set Me Free se conclut à Comme un établi, dans le quartier Saint-Grégoire, à l’occasion de ses portes ouvertes. Tiers-lieu dédié à l’artisanat et ouvert en 2017, son atelier partagé accueille tout autant des professionnels que des particuliers en recherche d’espace et de matériel. Des stages y sont aussi proposés pour découvrir différentes activités manuelles ou métiers de l’artisanat.

À chaque épisode, le présentateur Thomas Guézou, animateur et programmateur de radio C Lab, mène des interviews pour mettre en avant les actions des lieux, devant les caméras attentives du collectif Voyons voir. Chaque événement est aussi l’occasion d’inviter des musicien.ne.s rennais.es et de faire un focus sur l’un ou l’une d’entre eux, parmi lesquels la DJ et illustratrice Blanca Brusci, et les DJs et producteurs Evenn, Blutch et Bubs. C’est la captation de leur performance qui servira de base sonore aux reportages vidéo qui seront réalisés par Léo “Céleste” Desmelay.

  • SET ME FREE

Ces reportages devraient voir le jour d’ici quelques mois, le temps peut-être de mûrir une prochaine saison de Set Me Free ? « Ce ne sont pas les lieux intéressants qui manquent à Rennes, ni les propositions pour aller au-delà, dans le bassin rennais, l’Ille-et-Vilaine, ou même le reste de la France », confie Yann.

Suivez Set Me Free sur Facebook