Muz Yer – en breton « Maison à poules » ou « refuge à oiseaux » – est une exposition de nichoirs conçus par des architectes français et internationaux, dont Kengo Kuma. 1 parcours de 8 km à Rennes, 8 architectes, 8 nichoirs, 11 espèces, 8 sites : Parc des Gayeulles, Parc de la Tauvrais, Boulevard d’Armorique, Prairies Saint-Martin, ENSAB, Mail François-Mitterrand, Jardin de la Confluence, ZAC La Courrouze.

À terme, l’opération donnera à voir huit nichoirs commandés et produits pour l’occasion : deux seront implantés sur site à l’automne 2017, six à l’automne 2018. Au printemps 2019, un festival rendra compte de l’ensemble.

RENNES MUZ YER

Ces constructions pérennes seront installées sur un axe de 8 km, traversant la ville du nord-est au sud-ouest : principalement dans ces nouveaux territoires qui transforment aujourd’hui en profondeur la topographie et l’allure de la métropole et qui témoignent aussi de sa nouvelle ambition architecturale : Maurepas, Plaisance, le mail François-Mitterrand et le jardin de la Confluence, la Courrouze.
Ici, chaque nichoir constituera à la fois une réponse architecturale spécifique à un contexte urbain et un abri dédié à une espèce identifiée par la Ligue Protectrice des Oiseaux (LPO), partenaire scientifique de l’opération.

À travers une collection de « petites formes », Muz Yer vise à construire un point de vue original sur l’architecture contemporaine, ses tendances, ses orientations, ses relations à la nature. Le projet trouve naturellement sa place dans une ville remarquée pour l’attention qu’elle porte à l’environnement (Rennes, capitale française de la biodiversité en 2016). Et aux objets « exceptionnels et hors-normes » situés dans l’espace public : près de soixante œuvres d’art public installées depuis les années 80 ; sept « Mobiliers étonnants » implantés à l’occasion de la concertation ouverte autour du projet urbain « Rennes 2030 » ; en cours de développement : programme d’art public sur la ligne B du métro et projet des designers Ronan & Erwan Bouroullec.

Automne 2017 Livraison de 2 nichoirs d’architectes dont Kengo Kuma (Kengo Kuma & Associates)

Exposition des étudiants de l’École nationale supérieure d’architecture de Bretagne (ENSAB) ⁂ Conférence de Kengo Kuma (sous réserves)

Automne 2018
Livraison de 6 nichoirs d’architectes, dont Duncan Lewis (Scape Architecture) et Dominique Perrault (DPA)

Printemps 2019
Festival : présentation des 8 nichoirs d’architectes

Médiation : programme d’actions de sensibilisation à l’architecture contemporaine et à l’écologie urbaine

Parution du livre Muz Yer

À l’automne 2017, deux nichoirs seront produits et implantés. Dans le cadre d’un workshop dirigé par Hervé Perrin et Dorian Taburet, architectes, un groupe d’étudiants de l’ENSAB a produit ce printemps une vingtaine de propositions de nichoirs. À l’issue d’un concours, le projet de Marion Normand a été choisi pour être réalisé. Son projet prend la forme d’une skyline miniature : une trentaine de petites boites minimalistes en granit qui seront prochainement installées sur un mur d’enceinte de l’École d’architecture (réhabilitation 1989 : Patrick Berger). En 2017, un autre nichoir conçu par l’agence Kengo Kuma & Associates (Tokyo-Paris) sera livré et implanté quai Saint-Cyr : quelque part sur les berges de la Vilaine, entre Cap Mail (2015), un ensemble de logements conçu par Jean Nouvel et le Mabilais dessiné à la fin des années 70 par Louis Arretche. Le projet de l’agence Kengo Kuma & Associates est réalisé grâce au soutien du promoteur immobilier Bâti-Armor.

Kengo Kuma
Kengo Kuma

Biographie de Kengo Kuma
Kengo Kuma est né en 1954 à Yokohama (Japon). Il obtient sa maîtrise d’architecture à l’Université de Tokyo en 1979. De 1985 à 1986, il étudie à l’Université de Columbia en qualité de chercheur invité. Il crée Kengo Kuma & Associates en 1990. Il enseigne à l’Université Keio de 2001 à 2008 et en 2009, il est nommé en tant que professeur à l’École Supérieure d’architecture de l’Université de Tokyo. Parmi ces travaux majeurs, on peut citer le musée Bato-machi Hiroshige (2000, prix Murano), la maison « grande muraille » de bambou en Chine (2002). Au titre de ses travaux récents, on compte l’office culturel et du tourisme d’Asakuza (2012), le 5e Kabukiza à Tokyo (2013). À l’international, les projets achevés sont la Cité des Arts et de la culture de Besançon (2012), le Fonds régional d’art contemporain (Frac PACA) à Marseille (2013), le Conservatoire Darius Milhaud d’Aix-en-Provence (2013), le complexe multi-équipements des entrepôts Mac Donald à Paris (2014), l’ensemble HIKARI à Lyon Confluence (2015).
Un nombre important de projets sont aussi en cours de réalisation à l’étranger, tels que le Victoria and Albert Museum à Dundee (Écosse), le musée Albert Kahn à Boulogne-Billancourt (France), le centre des congrès de Padoue (Italie). Kengo Kuma réalisera la nouvelle gare de Saint-Denis Pleyel (dans le cadre du Grand Paris Express) et le New National Stadium de Tokyo pour les JO 2020.
Kengo Kuma a reçu le prix international « Esprit de la Nature » — catégorie architecture en bois en 2002 (Finlande), le prix d’architecture international « best new global design » pour la place et l’abri Chokkura en 2007, et le prix Energy Performance + Architecture Award en 2008 (France). Il est membre international de la RIBA (Institut royal des archi- tectes britanniques) au Royaume-Uni, membre honoraire de l’AIA (Institut américain des architectes) aux États-Unis.
Il a également écrit de nombreux ouvrages et dont la plupart a été traduit en chinois, en coréen. La majeure partie de ses écrits a été publiée en anglais chez Architectural Association Publications, le département Éditions de l’AA School, la prestigieuse institution d’architecture du Royaume-Uni.

Kengo Kuma

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom