Rennes : la manifestation du 9 mars contre le projet de loi travail El Khomri a bravé la pluie

dans la rubrique Rennes Bretagne, Société, Politique, Economie.

grève rennes

Publié le 09 Mar 2016

Malgré le vent et la pluie, le cortège n’en finissait pas à Rennes le 9 mars 2016. Le pourquoi de la mobilisation ? Le refus, total ou partiel, du projet de loi sur le travail de la ministre du Travail. Ce projet devait être présenté aujourd’hui au Conseil des ministres. Mais il a été reporté, en principe, au 24 mars. Ce report, selon plusieurs sources gouvernementales, devrait « permettre de faire bouger le texte sans revenir sur ses grands principes ». Cependant, un proche du chef de l’Etat aurait déclaré : « on ne change pas la philosophie générale du texte ».

 

grève générale el Khomri« Non au retour de Germinal, oui à la grève générale » pouvait-on entendre lors de la manifestation du 9 mars à Rennes. Le rassemblement a commencé au Parlement à 12h pour se terminer deux heures plus tard à l’esplanade Charles-de-Gaulle. Environ 200 rassemblements ont eu lieu en France. La grève de la SNCF a provoqué des perturbations sur le trafic. Plusieurs lycées ont été bloqués, des étudiants de l’université ont organisé plusieurs AG, notamment le mardi 8 mars. On dénombrerait entre 4000 et 5000 manifestants à Rennes.

L’e-mobilisation a battu des records. L’appel à la manifestation comptait sur Facebook 67 000 participants. La pétition en ligne contre l’avant-projet de loi, lancée par la féministe Caroline de Haas, a atteint le million de signatures. La grande question demeure : faut-il refuser totalement ou partiellement ce projet ? Est-ce la « philosophie générale du texte » qui dérange, ou seulement certains points ? L’intersyndicale a montré des fractures : ainsi, si FO, CGT ou encore UNEF refusent en bloc le projet, CFDT, UNSA ou CGC veulent revenir sur plusieurs points. Ces derniers organisent une manifestation le 12 mars. Les non-signataires proposent aussi le 31 mars.

grève générale el KhomriC’est aussi vers la jeunesse que le regard se tourne. Le spectre des 10 ans du CPE hante-t-il le gouvernement ? Pour Yann, étudiant de 20 à Rennes : « nous avons peur que la société française prenne le chemin du modèle anglo-saxon en accentuant la précarisation et l’ubérisation du travail ; à la fin des mes études, aucun travail ne m’attend, mais des stages et des services civiques à répétition ».

Parmi les nombreux points évoqués par les manifestants, deux reviennent en force :

1. Les indemnités prudhommales plafonnées : si le salarié est employé depuis moins de deux ans, il percevra au maximum trois mois de salaires, excepté pour une cause sérieuse comme le harcèlement moral et sexuel, le licenciement discriminatoire, etc.

2. Le licenciement économique simplifié : « une baisse des commandes ou du chiffre d’affaires pendant plusieurs trimestres consécutifs », « pertes d’exploitation pendant plusieurs mois » ou, encore une « réorganisation de l’entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité » seraient désormais des motifs de licenciements économiques.

Ce projet sera-t-il la goutte d’eau qui fait déborder le vase pour le gouvernement ? Réponse dans les prochaines semaines…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rennes : la manifestation du 9 mars contre le projet de loi travail El Khomri a bravé la pluie

Photos : Thibault Boixière
Vidéo : Alizée Malicot, Mélanie Vitry

Rennes : la manifestation du 9 mars contre le projet de loi travail El Khomri a bravé la pluie was last modified: mars 11th, 2016 by Thibault Boixiere