En février 1992, l’artiste internationalement reconnu Gottfried Honegger est sollicité par la Société anonyme d’économie mixte de gestion d’équipements publics de l’agglomération pour concevoir  le parking Chatillon, au sud de la gare. Il a pour mission d’en aménager l’intérieur par la mise en oeuvre d’une signalétique originale. Sous les conseils artistiques de l’association Art public contemporain, il peint l’endroit en beige, colore des bandeaux sur les piliers, dessine des carrés monochromes et des mots choisis par lui-même (prudence, tolérance). Sa philosophie est résumée par une petite phrase écrite sur une plaque au niveau moins deux. « La laideur, c’est l’agression. La beauté, c’est l’harmonie. J’ai voulu rendre ce parking vivant. » Vingt ans plus tard, un plaisantin y a ajouté : » Il fallait plutôt dire où est l’ascenseur !?! » Décidément, les artistes sont vraiment des incompris…

Un commentaire

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom