Cette année, la Fédération française des Usagers de la Bicyclette a choisi Rennes pour accueillir son 23e congrès annuel les 9 et 10 mars 2023. Au menu roulant et déroulant : la promotion de l’utilisation du vélo comme alternative crédible à la voiture individuelle.

Chaque année, la FUB invite l’ensemble des acteurs vélo à se réunir lors de son congrès annuel.En partenariat avec Rayons d’Action, association rennaise de promotion du vélo et membre de la FUB, son 23e congrès se tiendra à Rennes, les 9 et 10 mars 2023. Tables rondes, ateliers, salon des exposants… Cet évènement sera l’occasion de débattre et d’échanger autour de la thématique « Le vélo, incontournable dans l’après tout-voiture » !

En effet, la lutte contre le changement climatique doit s’accélérer. Si la France fait partie des pays qui ont entamé leur baisse d’émissions de gaz à effet de serre, le transport reste le secteur émetteur prédominant qui, lui, ne dimi- nue pas, et notamment le transport des particuliers. Il est grand temps de considérer le vélo comme une solution pleinement alternative au tout voiture.

Le congrès de la FUB et les 2es rencontres nationales de l’écosystème vélo laisseront une large place aux réponses à apporter tant sur le plan du changement de pratique de mobilité que sur les modalités pratiques de mise en place d’un vrai système vélo performant.

Jeudi 9 mars

À partir de 15h15 : Visite du chantier de la piste cyclable entre La Mézière et La Chapelle-des-Fougeretz

En présence de Schirel Lemonne, Conseillère départementale déléguée au plan vélo départemental et aux liaisons vertes.

Conçue pour assurer la sécurité et le confort des cyclistes, une piste cyclable express de 4 kilomètres est en cours de création entre La Mézière et La Chapelle-des-Fougeretz. Les travaux ont commencé le 20 juin 2022 pour une livraison de la piste au 2ème semestre 2023.

L’objectif est de renforcer et faciliter la pratique cyclable et l’intermodalité sur ces territoires, tout en sécurisant les accès au collège de La Mézière pour les élèves cyclistes.

Ce projet est financé à hauteur de 77% par le Département, qui bénéficie pour ce projet d’un soutien de l’Etat de plus de 560 000 euros, et à 23 % par Rennes Métropole, pour un montant de 1,63 million d’euros. Le budget pour la réalisation de cette piste cyclable à « haut niveau de service » est estimé à 6,95 millions d’euros.

19h – 20h Plénière #1 – De l’auto au vélo, penser la transition des emplois

Le respect des engagements climatiques appelle une décarbonation complète des transports à l’horizon 2050. Face à l’enjeu de la transformation profonde du secteur automobile, la diversité des activités économiques liées au vélo (production, réparation, services, apprentissage…) présente un potentiel important de création d’emplois durables et attractifs dans tous les territoires. Quels sont les défis à relever pour adapter les formations et orienter les com- pétences vers ces activités ? Quels rôles pour les acteurs de l’ESS et les associations vélo ?

Intervenant·es :

• Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région Bretagne (sous réserve) • Lucile Cousin, vice-Présidente de la FUB
• Franck Daoût, secrétaire fédéral de la CFDT métallurgie
• Antoine Détourné, délégué général d’ESS France

• Yannick Saleman, chef de projet emploi et politique industrielle au Shift Project

20h – 20h30 – Cérémonie de remise des labels Employeurs Pro-Vélo

Vendredi 10 mars

9h30 – 10h30 Plénière #2 – Adapter nos routes au vélo, un investissement prioritaire pour le climat

Si les investissements favorables au climat progressent dans leur ensemble, les pouvoirs publics peinent à sortir du paradigme du tout-voiture en matière de budget transports. Pourtant, en stoppant la construction de nouvelles routes, ce ne sont pas moins de 12 milliards d’euros d’argent public qui pourraient être redirigés vers les transports collectifs, la marche et le vélo. Quels sont les obstacles à cette bifurcation ? Quels rôles respectifs doivent jouer l’Etat et les collectivités territoriales ? Les arbitrages financiers du Plan Vélo sont déterminants pour la réalisation sur le quinquennat des 50 000 kilomètres de pistes cyclables demandés par les acteurs du vélo, étape indispensable pour atteindre la neutralité carbone en 2050.

Intervenant·es :

• Jean-Luc Chenut, Président du Département d’Ille-et-Vilaine (sous réserve)
• Morgane Nicol, directrice du Programme Territoires de l’I4CE
• Lionel Fournier, Harmonie Mutuelle, vice-président de l’association Dirigeants Responsable • David Valence, député des Vosges, Président du Conseil d’Orientation des Infrastructures

Matin 11h15 – 12h30

Atelier #1 – Vous avez dit « vehicule intermédiaire » ?

Augmenter la portée, la vitesse et la capacité d’emport du vélo apparaît comme une condition indispensable à la conquête des modes actifs sur les mobilités du quotidien. Les innovations techniques amènent sur le marché un large spectre de véhicules, entre le vélo et la voiture. Quelles opportunités portent ces « véhicules intermédiaires », en particulier pour les zones peu denses ? Quelles sont les conditions de leur succès et les enjeux qu’ils soulèvent, notamment en matière d’infrastructures et de sobriété ? Quelles lignes rouges le mouvement vélo doit-il défendre pour que ces nouveaux véhicules contribuent à un système de mobilité centré sur le vélo ?

Intervenant·es :

• Frédéric Héran, économiste, Université de Lille
• Hélène Jacquemin, association In’VD (Innovation Véhicules Doux)
• Nicolas Le Douarec, AVELI (Association des Acteurs des Véhicules légers intermédiaires)

Atelier #2 – Stationnement vélo : vers la bataille des parkings ?

Les usagers du vélo ne veulent plus se contenter d’un poteau. Alors que la voiture occupe une place prépondérante dans l’espace public, que ce soit en circulation ou en stationnement, peu de places sont dédiées aux vélos. C’est le cas également dans les logements collectifs et les lieux de travail où il est souvent plus facile de stationner sa voi- ture que son vélo. Une situation aberrante lorsqu’on sait qu’une place de stationnement automobile peut accueillir jusqu’à 10 emplacements vélo. Quels leviers, outils et bonnes pratiques peuvent être mis en place pour imposer un rééquilibrage drastique des espaces de stationnement à la faveur du vélo ?

Intervenants :

• Julien Viste, chargé de concertation, Droit au Vélo Lille (ADAV)

• Julien Cavaille, ingénieur d’études – référent stationnement vélos, SARECO Bureau d’études Mobilité et Stationne- ment

• Nicolas Mercat, Maire du Bourget-du-Lac et Conseiller délégué aux écomobilités de la Communauté d’agglomé- ration du Grand Lac

Atelier #3 – Tax the car : repenser les outils fiscaux pour favoriser le vélo

La fiscalité et les incitations financières sont aujourd’hui très favorables à l’usage de la voiture. La mobilité domi- cile-travail constitue un enjeu tout particulier. Barème kilométrique, remboursement des frais réels, flottes automo- biles d’entreprises : chaque année, plusieurs milliards d’euros sont dépensés par l’Etat au travers de ces niches fis- cales pour financer l’usage de la voiture, le plus souvent thermique. À contrario, le vélo est peu soutenu et les outils financiers mis en place par l’Etat ne sont pas généralisés. Zoom sur un enjeu essentiel pour les finances publiques.

Intervenants :

• Louis-Pierre Geffray, expert « Plateforme Mobilité en Transition » à l’IDDRI • Antoine Lévêque, chargé de recherche au Lab’Urba

Atelier #4 – Hors des agglos, point de vélo ?

Les trente dernières années ont connu une inversion rapide et brutale des espaces de pratiques du vélo au quoti- dien : alors qu’elle était maximale dans les espaces ruraux, ce sont désormais dans ces territoires que la part modale du vélo est la plus faible et continue de baisser. Les impasses de la dépendance à la voiture et l’éveil du mouvement associatif vélo en milieu rural portent l’espoir d’un retour du vélo dans ces espaces : quelles solutions concrètes dé- fendre en matière d’infrastructures, d’accompagnement des publics et d’intermodalité avec les transports collectifs? Quel potentiel de redynamisation et de valorisation de la qualité de vie dans ces territoires, pour le tourisme, les personnes âgées et les familles ?

Intervenantes :

• Alice Peycheraud, doctorante au Laboratoire Aménagement Economie et Transports et au Laboratoire d’Etudes Rurales (Lyon 2)
• Camille Boceno, chargée de mission mobilités à la Communauté de Communes d’Erdre&Gesvres
• Isabelle Pages, Association Vélo d’Vie Cognac (FUB)

Après-midi 14h – 15h15

Atelier #5 – Le vélo, la seule chaîne qui nous émancipe

Pédaler, c’est simple comme bonjour ! Malgré les idées reçues, apprendre à faire du vélo n’est pas accessible de la même manière pour chacun et chacune d’entre nous. A bien y regarder, la voiture occupe souvent nos dépla- cements dès le plus jeune âge (aller à l’école) et infuse dans nos imaginaires tout au long de la vie, jalonnant les grandes étapes : études, emplois, voyages…Une éducation à la mobilité à vélo est nécessaire pour se réapproprier ses manières de se déplacer et se défaire de l’hégémonie de la voiture. Pour ce faire, c’est tout une culture vélo transmise par les associations qui amènent les individu-es vers des pratiques émancipatrices. À l’aide du concept de vélonomie, nous verrons en quoi l’éducation au vélo est une condition sine qua none aux changements de comportements et qui en sont les prescripteurs.

Intervenants :

• Cyril Vernay, chargé de mission « Mobilité scolaire », Maison du Vélo de Lyon
• Romain Chabanel, chargé de mission « Projets de mobilité », Mobil’idées à Gap

Atelier #6 – Employeurs : préparez-vous à la fin de la voiture

Dans un contexte d’accroissement de l’étalement urbain, la distance domicile-travail des salariés ne cesse de croitre. La réduction de cette distance est un facteur déterminant de la réduction de l’empreinte carbone du secteur des transports. A l’origine de ces flux, les employeurs ont un rôle déterminant à jouer pour organiser, optimiser la mo- bilité de leurs collaborateurs en particulier en favorisant l’usage du vélo. Dans quelle mesure un employeur peut-il générer de la proximité entre domicile et lieu de travail ? Sur quels interlocuteurs un employeur peut-il s’appuyer ? Comment accompagner le changement de comportements du personnel d’un employeur ?

Intervenant·es :

• Julie Sadaka Ertringer, Directrice des Opérations et Plaidoyer, 1km à Pied • Isabelle Bailleul, Cheffe de projet Mobilités, La roue Libre

• Lionel Fournier, Directeur Santé & Ecologies de Harmonie Mutuelle et Directeur du Développement Durable du groupe VYV

Atelier #7 – Le vélo pour toutes et tous : liberté, égalité et mobilité !

À ce jour, la promesse républicaine d’un égal accès à la mobilité n’est pas respectée, notamment pour les ménages modestes ou n’ayant pas accès à la motorisation. Le système de mobilité actuel, en créant la dépendance à la voiture individuelle, renforce les inégalités socio-économiques. À contrario, l’utilisation d’un vélo révèle un poten- tiel d’intégration sociale pour les publics défavorisés, qui aujourd’hui n’ont pas un accès facile à la mobilité et par conséquent à des droits fondamentaux : l’éducation, l’emploi, la santé, la vie sociale, les loisirs… Quelles sont les conséquences du système actuel « tout-voiture » ? Quels leviers pour renforcer l’usage du vélo au quotidien auprès des populations économiquement fragilisées ?

Intervenant·es :

• Daphné Chamart-Terlinck, chargée de mission Mobilité Inclusive et Durable, Secours Catholique • Nicolas Juste, chargé d’études et de recherche, CEREMA Hauts-de-France

Atelier #8 – Vélos et gares : « je t’aime moi non plus »

Les cyclistes aiment les gares et les trains, la réciproque n’est pas toujours vraie. Réconcilier ces deux modes – écologiques et performants – est pourtant une des rares solutions crédibles pour la sortie du tout-voiture. Maillon central de ce système, les gares et pôles d’échanges sont au centre de l’attention des autorités organisatrices et des associations de défense du vélo. Stationnements, services, emports dans les trains, location de vélo dans les gares… Quelles solutions privilégier pour basculer vers un système vélo-transports collectifs efficace et attractif ?

Intervenant·es :

• Sylvain Gouillet, chef de projet gares et plan vélo de la région Bretagne
• Marie Wehner, chargée de plaidoyer au Collectif Vélo Ile-de-France
• Fannie Bellanger, experte intermodalité à l’Académie des Mobilités Actives (ADMA)

16h – 17h Plénière #3 : Le vélo à la conquête des imaginaires

La voiture individuelle a façonné les modes de vie contemporains, les territoires, les habitudes et les représentations en matière de déplacements. Des mouvements citoyens sont depuis les années 70 à l’avant-garde de la production d’un nouvel imaginaire autour de la mobilité durable, dont le vélo est une figure de proue. Comment lutter contre les formes actuelles de l’hégémonie des véhicules motorisés ? Quelle vision d’un futur inclusif et désirable peuvent construire les associations vélo ?

Intervenant·es :

• Un·e représentant·e de la collectivité hôte
• Sonia Boury, administratrice de la FUB et Présidente de Bicycode
• Renaud Fossard, cofondateur et délégué général de l’association Communication & Démocratie • Camille Péchoux, co-gérante de Praxie Design
• Hélène Jacquemin, co-Présidente d’In’VD (Innovation Véhicules Doux)

17h15 – 17h30 Clôture et remerciements par Olivier Schneider, Président de la FUB
17h30 – Départ des visites techniques des aménagements cyclables de la Ville de Rennes à vélo

• Construire un réseau express vélo (7 km) : itinéraire qui met en avant les linéaires permettant de rejoindre de bout en bout les communes voisines.

• Rendre son centre-ville cyclable (5 km) : itinéraire qui met l’accent sur les efforts de réaménagements pour laisser plus de place au vélo (plans de circulation, aménagements transitoires…)

• Itinéraires cyclables en zones de circulation apaisée (7 km) : itinéraire qui met en avant les facilités d’usage offertes aux cycles (DSC, M12, zone de rencontre) dans des rues où la cohabitation avec les autres usagers de la voirie est la règle.

20h – Festival « Tous en selle » – Cinéma d’Arvor

Article précédentIlle-et-Vilaine. Le plan social de la Barre-Thomas sur les planches
Article suivantUne danse techno synthwave, c’est la priorité de DjREÏNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici