Raymond Depardon Lee Evans
Un athlète américain lève le poing en symbole de la lutte contre la discrimination raciale aux États-Unis. Mexico, Mexique. L'athlète Lee Evans, vainqueur du 400m en 43,86 sec. 1968. Raymond Depardon.

Exporama revient pour une quatrième édition à Rennes. Trois expositions phares sont prévues : Aérosol. Une histoire du graffiti au Musée des Beaux-Arts du 15 juin au 22 septembre 2024 et deux expositions consacrées au travail du grand photographe français Raymond Depardon : Les Jeux Olympiques, 1964-1980 au Frac Bretagne (dans le cadre de l’Olympiade culturelle, programmation officielle des JO de Paris 2024) et Son œil dans ma main – Algérie 1961 & 2019 aux Champs Libres, réalisée avec Kamel Daoud. Ces deux dernières expositions seront présentées du 15 juin au 5 janvier 2025.

Exporama, le parcours annuel de l’art contemporain à Rennes, posera ses valises dans les musées, l’espace public, les galeries et lieux d’exposition de la capitale bretonne durant tout l’été 2024. Mis en œuvre par la Ville et la Métropole depuis 2021, cet événement met en valeur les multiples initiatives rennaises en matière d’art contemporain, sous toutes ses formes. Les acteurs locaux de l’art contemporain offriront par ailleurs aux publics une pluralité de propositions culturelles ouvertes à toutes: et tous, avec comme fil rouge l’art urbain, la photographie et le sport.

L’exposition Aérosol. Une histoire du graffiti au Musée des Beaux-Arts de Rennes (15 juin au 22 septembre 2025) propose une plongée dans l’univers du graffiti, des années 1960 à nos jours, à travers le prisme de l’usage de la bombe aérosol à des fins artistiques. Bombages à main levée, pochoirs, writings : le graffiti s’impose comme une forme d’expression artistique plurielle, riche de plus d’un demi-siècle de pratique, que la création soit vandale ou licite, qu’elle se développe sur des palissades, des rames de métro ou sur une toile.

Epsylon Point Graffiti Bando
Graffiti de Bando sur la palissade du chantier de Beaubourg, 1984. Photographie : Epsylon Point

Né dans la rue, c’est un art par nature éphémère : lui consacrer une exposition dans un musée est un défi. Le projet part du constat que l’art du graffiti est à la fois très populaire et néanmoins largement méconnu : dans la première partie de l’exposition, les visiteurs pourront donc retracer précisément l’histoire de l’émergence de la pratique du graffiti en France, des années 1960 à 1986, avec des œuvres rares et inédites (Blek le rat, Jef Aérosol, Miss.Tic, Bando, Futura2000, Blitz, Dee Nasty…) ainsi que de nombreux documents, photographies et témoignages.

Afin de prolonger cette approche historique et témoigner de la vitalité exponentielle du graffiti à partir de la fin des années 1980, l’espace du patio du musée proposera quant à lui un focus sur le thème du train et du métro, support privilégié des graffeurs, à partir des collections du Mucem, premier musée européen à avoir constitué un fond dédié au graffiti au tout début des années 2000. L’exposition dans le patio présentera œuvres, objets, photographies retraçant l’activité des « trainistes » européens. L’exposition est issue de la coopération étroite entre le Musée des Beaux-Arts de Rennes, le Musée des Beaux-Arts de Nancy, le Mucem à Marseille, et l’association Teenage Kicks à Rennes. Le Musée des Beaux-Arts de Nancy accueillera au printemps 2025 le volet de l’exposition portant sur l’émergence du graffiti des années 1960 aux années 1980. Le Mucem (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) prête un nombre important d’œuvres de ses collections, en permettant d’aborder la question de la patrimonialisation du graffiti dans des collections muséales.

Ce projet est aussi le résultat d’une collaboration entre les professionnels des musées et les protagonistes de l’art urbain, qui ont également une démarche d’étude, de recherche historique et de collecte archivistique sur le mouvement. Le commissariat est ainsi mené par une équipe pluridisciplinaire, composée de deux artistes du graffiti (Nicolas Gzeley et Patrice Poch, ce dernier bien connu de la population de Rennes comme co-fondateur de l’association Teenage Kicks), une ethnologue spécialisée dans les cultures urbaines (Claire Calogirou) et deux professionnels de musée (Jean-Roch Bouiller, Claire Lignereux). Cette pluralité de regards montre la diversité des approches du graffiti.

  • Rosine Klatzmann Claude Costa r
  • Futura 2000 New York City Rap Tour

Deux lieux d’exposition offriront l’opportunité de contempler les photographies de Raymond Depardon consacrées à l’Algérie, au sport et à la ruralité. Du 15 juin 2024 au 5 janvier 2025, le Frac Bretagne et les Champs Libres décident d’unir leurs forces pour faire la part belle à une des plus importantes figures de la photographie documentaire en France : Raymond Depardon. Inscrites à la fois dans le parcours estival Exporama et l’Olympiade Culturelle, programmation officielle des JO de Paris 2024, les deux expositions, consacrées aux Jeux Olympiques (entre 1964 et 1980) et à l’Algérie (en 1961 et 2019), explorent deux champs de recherche aussi différents que complémentaires, représentatifs de la pluralité de sujets que le photographe a abordés au long de sa carrière. Une programmation de films et de conférences, pensées conjointement, est également proposée.

L’exposition Les Jeux Olympiques, 1964-1980 aura lieu au Frac Bretagne. En 1964, Raymond Depardon est depuis quatre ans salarié en tant que photographe reporter pour l’agence Dalmas. Il est alors envoyé à Tokyo pour couvrir les Jeux Olympiques d’été et fait ainsi ses premiers pas de photographe de sport. Essai gagnant puisqu’il officiera finalement durant 6 olympiades, jusqu’aux Jeux de Moscou en 1980. Lors de ces événements, le célèbre photographe apprend que, pour saisir la beauté du moment, il faut le devancer. Ainsi parvient-il à immobiliser l’exploit, la force et l’émotion extrême : le désespoir de Michel Jazy après sa défaite à l’épreuve du 5 000 m à Tokyo (1964), la joie éclatante de Colette Besson remportant le 400 m à Mexico (1968), le légendaire triplé olympique de Jean-Claude Killy à Grenoble (1968), la grâce et la perfection de la gymnaste roumaine Nadia Comaneci à Montréal (1976)… des images désormais gravées dans l’histoire du sport. Mais, porté par son expertise de grand reporter, Raymond Depardon fige d’autres instants, des faits historiques et dépassant largement le champ sportif : en 1968, il immortalise le poing levé des athlètes afro-américains à Mexico, puis en 1972, lors des Jeux Olympiques de Munich, il est le témoin de la prise d’otage de la délégation israélienne. Six Olympiades seront à découvrir en 165 photographies.

  • Raymond Depardon Tokyo Japon
  • Raymond Depardon Nadia Comaneci

L’exposition Son œil dans ma main – Algérie 1961 & 2019 aura lieu, pour sa part, aux Champs Libres, (salle Anita Conti). En 1961, Raymond Depardon, à peine 19 ans, est envoyé comme reporter-photographe en Algérie. Là, il capte la fin du temps colonial, tandis que, pendant les négociations des accords d’Évian, côtoyant la délégation algérienne, il en saisit l’intimité avec une rare délicatesse.

Alors que, près de soixante ans plus tard, il souhaite publier pour la première fois ces photographies de 1961, l’idée germe que Raymond Depardon fasse un nouveau voyage en Algérie pour compléter celles-ci avec un « post-scriptum ». En 2019, il photographie Alger, toujours en noir et blanc, dans sa foisonnante contemporanéité. Il se rend également 5 jours à Oran, où il retrouve l’écrivain Kamel Daoud pour de longues déambulations dans la ville.  Au fil de celles-ci naît non seulement une amitié, mais aussi un projet d’ouvrage à quatre mains, où se mêlent, aux clichés de 1961 et de 2019, les textes libres et sauvages de l’auteur algérien.

  • Raymond Depardon Alger
  • Raymond Depardon Villa du Bois d'Avault

Un accrochage comprenant une vingtaine de photographies de Raymond Depardon sera également proposé dans le parcours permanent du Musée de Bretagne : Rural. Au cours des années 1990 et 2000, Raymond Depardon sillonne la France paysanne avec sa chambre photographique 6 x 9. De cette exploration du monde rural, il réalise des photographies en noir et blanc qui racontent la terre, les hommes, le travail manuel, l’isolement et la fragilité des petites exploitations agricoles mais aussi la beauté des paysages français.

« Ces hommes et ces femmes qui habitaient et persistaient à cultiver ces territoires désolés étaient des sages, des philosophes, des héros, en avance sur l’indispensable décroissance à venir. Ce choc politique et idéologique a été un moteur pour mon projet. » 

Raymond Depardon

Exporama donne à voir le rapport constant qu’entretient Rennes à l’art contemporain, et son engagement en faveur de la création artistique et de sa diffusion, à travers une mosaïque d’acteurs et d’offres culturelles ouvertes à toutes et tous. Tout au long de l’été, une offre complémentaire aux expositions présentées ci-dessus célèbrera l’art contemporain sous toutes ses formes : sculpture, installation, peinture, graffiti, photographie, etc. à retrouver à travers des expositions, performances ou réalisations in situ. Les publics pourront découvrir les œuvres récemment acquises pour le Fonds Communal d’art contemporain de la Ville de Rennes à la Chapelle Saint-Yves à travers l’exposition Collection 12, ainsi que les projets portés par les partenaires d’Exporama dans différents lieux d’exposition et sur l’espace public : la Criée centre d’art contemporain, 40mcube, les Ateliers du Vent, le Parc du Thabor, Lendroit éditions, l’Orangerie du Thabor, l’Institut franco-américain, l’ex-église Saint-Laurent et le quartier Colombier.

Raymond Depardon Alger
Raymond Depardon. Inscription de l’OAS. Casbah d’Alger. 1961

Afin de faciliter l’accès à un large public, la Ville de Rennes et Rennes Métropole proposeront une entrée gratuite aux expositions Aérosol. Une histoire du graffiti et Raymond Depardon (Son œil dans ma main – Algérie 1961 & 2019 et Les Jeux Olympiques, 1964-1980) pour les jeunes de moins de 26 ans, les personnes en situation de handicap (carte invalidité) et leur accompagnant, les titulaires de la carte Sortir! et les titulaires des minima sociaux.

Aérosol. Une histoire du graffiti au Musée des Beaux-Arts du 15 juin au 22 septembre 2024

Tarif plein : 4 € / Tarif réduit : 2 €

Son œil dans ma main – Algérie 1961 & 2019 aux Champs Libres (salle Anita Conti) du 15 juin 2024 au 5 janvier 2025

Les Jeux Olympiques, 1964-1980 au Frac Bretagne du 15 juin 2024 au 5 janvier 2025

Un billet couplé donnant accès aux expositions Algérie 1961 & 2019 (Champs Libres) et Les Jeux Olympiques, 1964-1980 (Frac Bretagne) sera mis en vente. Plein tarif : 5 € / tarif réduit : 3 €.

Le tarif réduit s’applique sur présentation du billet d’entrée d’une des expositions.

Article précédentAvec l’album C’est à moi ça, Gwendoline rit du fait qu’on est complètement désespérés
Article suivantOuessant. Le festival de Littérature Insulaire sur l’île du 29 mars au 2 avril 2024
Rennes
Unidivers, la culture à Rennes, en Bretagne et en France !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici