Exotic Immensity est la nouvelle exposition à découvrir aux Ateliers du vent jusqu’au 23 avril 2023. Présentée par Le Bon Accueil – REVERB, en partenariat avec Les Tombées de la Nuit, l’aventure artistique entraîne dans l’univers constellé des collages insolites et exotiques de l’artiste américain Evan Crankshaw, bercés par des bandes sonores du label Discrepant.

Comme à l’accoutumée, c’est à la croisée des arts visuels et de la musique que nous retrouvons Le Bon Accueil – REVERB. A travers l’exposition Exotic Immensity, l’association entraine le public des Ateliers du vent, 59 rue Alexandre Duval, dans un univers peuplé de sons et d’images familières, mais étrangement troublantes…

exotic immensity rennes
Damien Simon au milieu de la jungle Discrepant

« Déconstruire, distordre et réassembler les traditions des musiques (non) populaires du monde entier », telle est la devise du Portugais Gonçalo F. Cardoso, fondateur de Discrepant. Le travail de l’artiste américain Evan Crankshaw n’est pas sans rappeler ce fil rouge qui guide la ligne artistique du label de musique. Et pour cause, depuis 10 ans, c’est lui qui réalise les pochettes d’album. L’identité visuelle forte de l’artiste, collage de papiers et de dessins, sert une musique venue du monde entier que Gonçalo coupe, recoupe et rassemble. « Gonçalo ne cherche pas à faire une musique traditionnelle et fidèle ou de la prise de son ethnomusicologique », explique Damien Simon du Bon Accueil – REVERB. « C’est plutôt l’idée de remixer la matière en permanence, de tordre la réalité pour en faire autre chose. »

Fond sonore pendant sa relecture de l’ouvrage Au Cœur des ténèbres de Joseph Conrad (1899), les musiques du label donnent à Damien Simon l’idée d’une exposition autour de ce dernier. Avec Grégory Delauré, artiste associé des Ateliers du vent, le curateur imagine une exposition originale à la découverte des univers musicaux et visuels qui façonnent l’identité de Discrepant. « L’idée était de proposer à un musicien et à un artiste qui pratique plutôt le collage en deux dimensions de travailler ensemble sur la forme exposition. C’était nouveau pour eux et une expérience enrichissante. »

exotic immensity rennes

S’il s’agit d’une première collaboration avec pour objectif une exposition, les deux aventuriers d’Exotic Immensity ont procédé de la même façon qu’ils travaillent un disque : l’artiste a créé des collages en s’inspirant de l’ambiance moite et étrange propre à l’histoire du capitaine Marlow et de Krutz, le musicien a composé des sons en réaction. La musique est spécialement conçue afin d’être écoutée dans le cadre de l’exposition. « Il a recomposé toute une matière pour une diffusion multipiste dans l’espace d’exposition. »

C’est ainsi que le lieu est plongé dans un décor tropical rendu vivant par la bande sonore qui caresse l’oreille du public. Les visiteurs sont invités à s’immerger dans cet espace qui serait le cœur du projet Discrepant, son esprit. « Evan réagit à la musique pour réaliser les pochettes, mais il ne se définit pas comme graphiste, il prolonge son travail en tant qu’artiste », précise Damien. Les motifs végétaux, minéraux et animaux qui d’ordinaire fleurissent et habitent les pochettes d’album deviennent pour les Ateliers du vent des créations en deux dimensions dans lesquelles le public se balade.

  • exotic immensity rennes
  • exotic immensity rennes
  • exotic immensity rennes
  • exotic immensity rennes

Plus on s’attarde dans l’exposition, plus les détails accrochent le regard. Des éléments invisibles de prime abord apparaissent progressivement. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que des poufs sont à disposition des personnes qui souhaitent s’installer au milieu de cette jungle de papier…

Inspirée par la littérature post-coloniale, l’œuvre d’Evan Crankshaw questionne la définition de l’exotisme, et la construction des Occidentaux. Il reprend notre imaginaire collectif – palmiers, oiseaux tropicaux et cocotiers, – une vision biaisée que tout un chacun projette sur ces pays lointains, à l’instar du Moyen-Orient fantasmé dans le mouvement pictural de l’Orientalisme du XIXe siècle. « L’exotisme reflète souvent l’aventure et les vacances, mais c’est loin de la dure réalité », confirme le curateur. « Ce sont des pays où il n’y a aucun système de santé, de plus en plus de problèmes climatiques, dus justement en partie à la surconsommation des Occidentaux. »

Devant ces images connues, le public approche l’exposition avec une certaine familiarité, mais dans ce tableau idéalisé, au son de la musique à la fois calme et étrangement angoissante, un détail cloche et et percute l’évidence de cet imaginaire commun. « L’univers de Discrepant met en avant cette bizarrerie de la projection qui n’est qu’une construction mentale », commente Damien. « D’une certaine manière, la dimension d’étrangeté met aussi en avant la violence de cette projection sur un monde qu’on ne connaît pas forcément dont la réalité est totalement différente. »

Cerise sur l’expérience, trois artistes du label viendront jouer dimanche 23 avril, à partir de 16h30. La soirée est une invitation à voyager dans le monde de Discrepant en trois étapes.

– S’évader dans le paysage sonore aux abords de la Cordillère des Andes du Péruvien Tomás Tello. « Tomás mélange des instruments traditionnels du Pérou en les croisant avec d’autres musiques et de petits objets pour se réapproprier ses origines. »

– Puis un détour par le collage sonore de Pak Yan lau et son piano jouet et carillon d’horloge. La musicienne est invitée en avant-première avant une sortie d’album sur le label l’année prochaine.

– Dernier arrêt (ou station en ce jour de Pâque) : une plongée dans l’exotica des plantes synthétiques du Français Olivier Prieur de The Dead Mauriacs. « Il transforme des musiques exotica en des sons étranges, presque surréalistes, qui correspondent vraiment bien au label », nous apprend Damien avant d’ajouter : « Il est lui aussi très inspiré par la littérature du début du XXe siècle. »

Les Ateliers du Vent
Jusqu’au 23 avril, exposition ouverte du mercredi au dimanche
De 14h à 18h, les mercredis, vendredis et samedis. De 16h à 21h, les jeudis
De 15h à 18h, les dimanches
Entrée libre, gratuit

Renseignements sur Le Bon Accueil-REVERB et Les Ateliers du Vent

Evenement facebook 23 avril 2023

Parallèlement, le disquaire rennais Blindspot, 36 rue Poullain Duparc, accueillera une exposition rétrospective des plus belles pochettes du label, du 24 mars au 24 avril.

Article précédentRennes. Da Silva en concert au Vieux Saint-Étienne
Article suivantRennes Mama shelter est ouvert. Découvrez un hôtel bar resto spa bien à l’abri

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici