Avec son sweat stylé « Rennaise » et« Bretonne » en toutes lettres, Morgane Suignard cartonne. Loin de vouloir submerger le monde de la sape street-wear, avec Rennaise Born and Breizh elle surfe sur la vague de l’identité heureuse avec un enthousiasme tout sourire. Parcours d’une Rennaise créative et dynamique.

 

rennaise born breathUnidivers : Êtes-vous une vraie Rennaise ?…

Morgane Suignard : Ouille ! Je n’y suis pas née. Mais arrivée dans la capitale bretonne à l’âge d’un an, j’ai quand même une petite légitimité pour m’approprier le titre et me dire Rennaise, non ?

U. : Faut voir (rires). Vos papiers siouplait !

Morgane Suignard : Primaire aux Gantelles. Collège aux Gayeulles. Lycée Jean Macé : c’est bon ?

Morgane Suignard
Morgane Suignard

U. : C’est bon, vous pouvez circuler.

Morgane Suignard : Je ne m’en prive pas ! Deux séjours aux États-Unis, une année en Caroline du Sud et une autre en Californie, entrecoupés d’études à la fac de Droit de Rennes. Des stages en Égypte et au Maroc, je connais le sentiment du déracinement.

U. : Cela contribue à éprouver sa « rennitude » ou sa « bretonnitude » ?
rennaise mode

Morgane Suignard : Ah oui ! Alors, contrainte au silence, j’ai décidé de faire parler mon t-shirt en écrivant dessus « Rennaise » – tâche confiée à un artisan de ma rue qui fait de l’impression sur tissus. Quand elle l’a vu, une de mes amies de Rennes qui s’apprêtait à ouvrir un pop up store (avec 80 créateurs) a accepté mon souhait de le vendre et m’a alors demandé d’en confectionner plusieurs. Prudente, j’en commande cinq… qui partent dans la journée. On a du faire quatre réassorts.

U. : Vous étiez aussi présente au Brunch des créateurs

Morgane Suignard : C’était la première fois que je vendais quelque chose créé par moi. Fierté ! J’y présentais mes nouveautés: Breton, Bretonne. Depuis j’ai lancé « Grand Breton » et « Grande Bretonne », des modèles pour les petits.
grand breton

U. : Où trouvez-vous les articles de base ?

>Morgane Suignard : Dans les filières coton et lin classiques, donc importés. Mais avec le souci du respect du travailleur. Je bénéficie du label Fair Wear.

U. : Comment écoulez-vous vos produits ?

Morgane Suignard : Pour l’instant uniquement via internet mais je démarche des points de vente en boutique. Ça avance ! Vous savez, j’ai conservé mon « vrai » travail. Tout ce qui concerne « Rennaise », je le fais le matin avant de partir au boulot et le soir quand j’en reviens.

U. : Des horaires facilités par la e-économie. On imagine que votre communication passe par là aussi ?

rennaise condateMorgane Suignard : Bien sûr ! Instagram est une mine d’or. Par ailleurs je suis présente sur Facebook, un bon relais.

U. : Pas de pub classique ?

Morgane Suignard : Que du réseau ! Je dois mentionner un événement sympa. Mon sweat est passé dans C à vous sur France 5 le 19 mai, porté par le chanteur Broken Back. Le Malouin a 40 000 fans sur Facebook, ça fait une belle pub ! Sylvain Wiltord, ancien joueur de Rennes et d’équipe de France l’a porté aussi. Ce qui me fait le plus plaisir c’est la manière dont chacun se l’approprie et la créativité des photos que je reçois, prises à New York, au Canada ou ailleurs !

rennaise born breizh
de g. à d. Yani Drider, Kahina Drider, Alice Harmonic, Armand Guyon et Morgane Suignard

U. : Et après ? Allez-vous lancer des « Française » ? « Auvergnate » ? « Normande » ?

Morgane Suignard : Non. Je n’ai ni la vocation ni la légitimité pour cela ! Se proclamer Rennaise, ça a commencé comme un cri du cœur et je tiens à cet esprit.

Tous les modèles de Rennaise Born and Breizh sur Condate Online

mc.biet [@] unidivers .fr Architecte de formation, Marie-Christine Biet a fait le tour du monde avant de revenir à Rennes où elle a travaillé à la radio, presse écrite et télé. Elle se consacre actuellement à l'écriture (presse et édition), à l'enseignement (culture générale à l'ESRA, journalisme à Rennes 2) et au conseil artistique. Elle a été présidente du Club de la Presse de Rennes.

Laisser un commentaire