Radovan Karadzic a été reconnu coupable dans 10 des 11 chefs d’accusation pesant contre lui, dont celui de “génocide”. L’ancien chef politique des Serbes de Bosnie écope d’une peine de 40 ans de prison. Le jugement a été lu par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) de La Haye.

Plus de 20 ans après le massacre de Srebrenica et le sanglant siège de Sarajevo, les juges du tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) doivent rendre jeudi leur verdict contre l’ancien chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic, au terme d’un procès historique.

A 70 ans, Radovan Karadzic est inculpé de 11 chefs d’accusation pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis pendant la guerre en Bosnie, qui a fait plus de 100.000 morts et 2,2 millions de déplacés entre 1992 et 1995.

Il est notamment inculpé pour le massacre en juillet 1995 de près de 8.000 hommes et adolescents musulmans à Srebrenica, en Bosnie orientale, et pour le siège de Sarajevo où au moins 10.000 personnes ont péri entre 1992 et 1995.

M. Karadzic a déclaré mercredi s’attendre à être acquitté et assuré avoir oeuvré pour la paix.

« Mes attentes sont les mêmes. Je sais ce que je voulais, ce que j’ai fait et ce dont j’avais rêvé. Il n’existe pas un tribunal raisonnable qui me condamnerait », a déclaré l’ex-dirigeant dans une interview à BIRN, un réseau régional d’information sur des sujets de justice.

Il a ajouté qu’il n’entendait pas, dans ce cas d’aquittement, revenir à la politique et qu’il voulait se consacrer à la famille et à l’écriture.

Interrogé sur le massacre de Srebrenica, M. Karadzic a minimisé l’envergure de cette tuerie, la pire sur le sol européen depuis la Seconde guerre mondiale et déjà qualifiée de génocide par la justice internationale.

« Le meurtre inutile d’un seule être humain est terrifiant, sans parler d’assassinat certainement d’au moins plusieurs centaines de personnes, ce qui est, par exemple, le nombre incontestable de victimes avec des bandeaux (sur les yeux) », a-t-il dit.

Il a assuré que ses responsabilités de président de la République serbe de Bosnie pendant le conflit avaient des « limites » et souligné son « combat permanent pour préserver la paix, prévenir la guerre et réduire la souffrance des tous les gens, indépendamment de leur religion ».

M. Karadzic a également affirmé que « l’ingérence étrangère dans la crise » avait empêché un accord politique, avant que le conflit n’éclate, avec le leader politique des musulmans de Bosnie à l’époque, Alija Izetbegovic.

Radovan Karadzic prison

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom