Le 6 avril 2014, l’Orchestre Symphonique de Bretagne (OSB) était le temps d’un après-midi (d’un faune) l’hôte des Premiers dimanches. Concerts, conférences, documentaires, mais aussi sonorités classiques et contemporaines ont investi les murs des Champs libres. Davantage que les visiteurs…

 

La musique contemporaine inspire-t-elle une certaine réticence ? Est-elle ressentie comme élitaire ? Malgré le temps mitigé, les Rennais ne se sont malheureusement pas pressés en foule à l’image de certaines éditions précédentes. Tant pis ou… tant mieux ! – se sont réjouis certains. De fait, l’événement gardait taille humaine, l’air des Champs était respirable et le personnel… détendu. Un succès quantitatif n’est pas nécessairement gage de succès qualitatif (cf. notre article)… Hier, le succès a résonné dans toutes les oreilles. Petites et grandes.

premiers dimanches, champs libres, OSB, rennesSi l’OSB a pris la clé des Champs en troquant son sol privé pour un hall public, ce n’est guère comme un roi en territoire conquis. Au contraire, toute l’après-midi, il s’est laissé mener à la baguette par… des amateurs enchantés. Quiconque se sentait le courage était invité à endosser le rôle de chef d’orchestre et à diriger la formation qui interprétait Les Noces de Figaro. De jeunes têtes blondes à l’instar de têtes chenues ont emprunté avec un plaisir évident la baguette du chef afin de tester leurs talents. À l’issue de la démonstration, c’est avec une certitude amusée que le public a noté que le métier de chef d’orchestre ne s’improvisait pas…

Des concerts ou des conférences étaient répartis en différents Champs (plus ou moins libres en fonction des jauges). Guillaume Saint-James, compositeur de jazz actuellement en résidence à l’OSB, a efficacement expliqué avec sa pièce en production, Brothers in Arts, comment l’écriture de sa partition avait bénéficié des apports des logiciels numériques. « L’informatique ne fait pas de nous de meilleurs musiciens, mais il offre des outils nouveaux. Désormais, on peut même travailler dans le train, c’est merveilleux ! »

premiers dimanches, champs libres, OSB, rennesDans cette camera obscura qu’est la salle Bretagne des 1001 images, le clarinettiste Giovanni Punzi a offert à un public restreint un classique Hommage à Manuel de Falla de Bela Kowacs et Clarinettologia de Gaspare Tiricanti. Breizh bass, le quintette de cuivre de l’OSB, a trouvé une place ad hoc dans le café transformé en brasserie éclatante. Au Musée, le contrebasson de Pascal Thorot a, avec Deep d’Alex Shapiro, entraîné les spectateurs dans des abysses sous-marins où le milieu liquide miroite en vaste échos peu ou prou océaniques…

premiers dimanches, champs libres, OSB, rennesDans la bibliothèque, à la place de Ravel et Rachmaninov prévus au programme, Laurent Dhoosche (hautbois) et Christelle Uccelli (harpe) ont composé un florilège où leurs deux instruments se sont mariés dans une intimité équilibrée malgré une dominante du bois. L’interprétation de Piazolla était séduisante, quant à celle de Children song n°4 de Chick Cora une merveille !

premiers dimanches, champs libres, OSB, rennes

Côté performance, nous avons assisté uniquement à la seconde intitulée Aire de jeux dans la salle Hubert Curien. Réalisée par Olivier Lacour (violoncelle) et Marc Veh (danse), l’interprétation corporelle printanière (voire stravinskienne) d’une composition sonore plutôt automnale a produit un décalage convaincant. Les petits étaient, quant à eux, loin d’être oubliés. Ils ont trouvé leur compte durant cette journée grâce à l’association Regards de mômes et son labyrinthe musical. En outre, un duo sympathique déclinait le conte La princesse qui avait un petit pois au son de la harpe.

Comme tous les dimanches, l’association Comptoir du doc a fait ses gammes dans la salle de conférence. Pour entrer en résonance avec l’OSB, le documentaire projeté s’intitulait Harmonie. Cette réalisation de Blaise Harisson peignait par petites touches intimistes la vie d’une harmonie municipale dans un petit village jurassien. Philosophique et poétique, l’ensemble ne tentait pas d’apporter de certitudes factuelles, mais interrogeait habilement notre rapport à la musique, au collectif et à la nature.

premiers dimanches, champs libres, OSB, rennes

Très attendu, Vermont Counterpoint de Steve Reich a trouvé un temple adapté dans cette petite cathédrale des Champs. Écrit pour flutes et bandes magnétiques, cette pièce explore la forme du canon, les répétitions et les changements de rythme. Éric Bescond a su lui conférer toute la vivacité qu’elle requiert, voire lui a insufflé une touche de tonicité quasi jazzy des plus réussies.

Pour clore cette riche journée, l’OSB au complet et l’ensemble Ars Nova dirigé par Philippe Nahon ont interprété avec une résonnante clarté une pièce d’Edgar Varèse, pour le moins avant-gardiste à l’époque de sa création, intitulée Intégrales pour ensemble à vent et percussion. premiers dimanches, champs libres, OSB, rennesMais le passage au XXe siècle, comme à l’atonalité, n’aura pas su retenir tout le public. Quelques centaines de mélomanes sont toutefois restés vibrer à l’écoute de la création de Bernard Cavanna intitulée Karl Koop Konzert. Dans cette Comédie pompière, sociale et réaliste pour accordéon et orchestre, l’instrumentation s’accompagne de la présence rare d’une cornemuse et de deux trompes (de chasse). Chaque mouvement ou, pourrait-on dire, chaque chronique musicale enchaîne des séquences de quintes en un seul tenant et vaste miroir pentatonique. Une toile sonore d’un expressionnisme haletant, chargé de loin en loin d’hypertrophies formelles.

L’OSB a su composer pour son Premier dimanche un temps à la fois diversifié, exigeant et grand public. Une bonne démonstration de médiation culturelle de qualité en faveur de la musique classique et contemporaine.

Nicolas Roberti et Chloé Rébillard

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom