Les prairies Saint-Martin désignent un ensemble de 28 hectares situé entre le canal homonyme à l’ouest et la rue d’Antrain. Bien que proche du centre-ville, les jardinets fleuris qui l’émaillent ont fait la réputation de ce petit îlot de verdure en les inscrivant dans l’histoire collective de Rennes.

Une réunion de Conseil de quartier le 10 novembre 2011 a dévoilé une première approche du Parc Naturel Urbain des Prairies Saint-Martin programmé en 2012. L’objectif est de circonscrire une zone susceptible de recevoir plus de 50 000 m3 d’eau en provenance d’éventuelles crues.

Pour l’entretien de ces prairies, Frédéric Bourcier, adjoint à l’urbanisme, a trouvé une solution qui ravira les petits : quelques poneys pâtureront en paix non loin d’un abri destiné au repos des mignons équidés en cas de crue. Bien sûr, quelques questions subalternes restent à trancher : clôture, entretien, gardiennage, etc.

Cette réponse technique et esthétique à ce dossier ne saurait pourtant faire oublier le versant humain. Dans ce cadre, il semblerait qu’une tension se développe entre certains usagers des prairies et des membres de la communauté des gens du voyage. Les premiers reprochent au second, installés derrière le cimetière Saint-Martin, de mettre à mal le travail de dépollution du site, notamment en brûlant des matières plastifiées.

Malgré les réponses apportées par la mairie de Rennes, le dossier semble loin d’être bouclé et les oppositions de connaître une… décrue.

 

.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom