SOIREE EN HOMMAGE A P.O.L. AU TNB DE RENNES LE 13 NOVEMBRE

L’éditeur Paul Otchakovsky-Laurens, est mort le 2 janvier 2018 dans un accident de voiture. Avec plusieurs des artistes associés proches du fondateur des éditions P.O.L., le TNB et Les Champs Libres souhaitent lui rendre hommage. P.O.L a publié des textes marquants signés Marguerite Duras, Emmanuel Carrère, Marie Darrieussecq ou Martin Winckler notamment. Rendez-vous le mardi 13 novembre à partir de 19h au Cinéma TNB.

Lycéen, Paul Otchakovsky-Laurens rêve de cinéma. Mais il entre comme lecteur chez Christian Bourgois, avant de travailler chez Flammarion, dont il est  parti pour Hachette, qu’il a quitté pour créer la maison qui porte ses initiales, P.O.L., en 1983. L’édition a fini par le ramener au cinéma : ce parcours, il le retrace dans son deuxième film, Éditeur. Ce long-métrage offre une occasion de revenir sur la trajectoire de l’homme qui a publié Georges Perec, Marguerite Duras, Emmanuel Carrère, Marie Darrieussecq, Valérie Mréjen, Martin Winckler, Leslie Kaplan, Olivier Cadiot parmi beaucoup d’autres, constituant un catalogue de plus de 200 auteurs.

Je pense que je n’aurais jamais créé cette maison d’édition si Georges Perec n’était pas mort. Je l’avais en quelque sorte attiré chez Hachette et je ne me serais pas senti le droit de le laisser tomber en allant créer ma maison d’édition. Je n’ai pu prendre cette décision que parce qu’il venait de mourir Et je pense aussi que sa mort m’avait mis dans une position plus fragile chez Hachette.

p.o.l.
Poupée crée par Gisèle Vienne pour incarner P.O.L. dans son film Editeur © Norte Productions

Élève qui se dira rétrospectivement « rêveur » mais qu’on disait « paresseux« , Paul Otchakovsky-Laurens raconte avoir fait à l’Université d’Assas à Paris puis à la Sorbonne des études de droit, « ne sachant pas quoi faire« . Il devient docteur en droit, aime les analyses de textes juridiques mais fait un stage à 25 ans chez l’éditeur Christian Bourgois et plonge dans l’édition. Il continuera comme lecteur pour Bourgois durant son service militaire, et trouvera là une vocation :

Ce que j’aimais dans cette pratique de la lecture professionnelle, c’était la découverte. Etre le premier à lire quelque chose qui venait de quelqu’un, qui était très intime, très précieux pour cette personne. Je raconte souvent cette histoire : il y a eu Jean Frémon, qui a joué un rôle en me parlant littérature, mais aussi une émission de télévision que j’avais vue, alors que j’étais étudiant, de Pierre Dumayet. Jean Cayrol m’avait beaucoup impressionné. Je crois que c’est là que j’ai vraiment formalisé le désir de faire de l’édition, parce que Jean Cayrol avait dit le plaisir qu’il ressentait à ouvrir des manuscrits. Qu’il avait l’impression d’entrer chez les gens en lisant des manuscrits. Et c’est vrai, c’est une impression que j’ai tout le temps, moi aussi.

 

AU PROGRAMME

19h Projection de Éditeur, 2017 de Paul Otchakovsky-Laurens

20h30 Rencontre avec Valérie Mréjen, auteure ; Gisèle Vienne, chorégraphe ; Frédérique Berthet, auteure et universitaire

21h30 projection de Sablé-sur-Sarthe, Sarthe, 2009 de Paul Otchakovsky-Laurens

Cinéma du TNB

Tarif unique 5€

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom