dim25 juillet 2021

L’OUEST HURLANT. UN FESTIVAL DES CULTURES DE L’IMAGINAIRE À RENNES

L’Ouest Hurlant est un festival consacré aux cultures de l’imaginaire. La première édition se tiendra au printemps 2022, se déroulera du 28 avril au 1er mai 2022.

Le terme de « cultures de l’imaginaire » englobe les genres de la science-fiction, de la fantasy et du fantas- tique. Les œuvres relevant de cet imaginaire occupent aujourd’hui une place centrale dans LE paysage culturel.

Au-delà de succès commerciaux comme Star Wars ou Le Seigneur des Anneaux, les exemples tels que L’Anomalie de Hervé Le Tellier (Goncourt 2020 et roman de science-fiction), ou Civilizations de Laurent Binet (grand prix de l’Académie française 2019 et roman dystopique), se multiplient de- puis une vingtaine d’années, là où ils étaient auparavant relégués aux marges.

L’émergence de nouveaux médias a favorisé la trans- médialité de ces productions culturelles ; une œuvre peut ainsi commencer au travers d’un cycle littéraire, puis se faire série-télé, avant d’être adaptée en jeu de rôle, ou en- core, en jeu vidéo.

Ces œuvres issues des cultures de l’imaginaire font aujourd’hui l’objet d’études universitaires, d’essais poli- tiques, scientifiques ou philosophiques, quand ce n’est pas le grand public qui s’en saisit dans un processus d’identification fort. Ainsi, les univers-mondes prennent forme : des univers de fiction qui nourrissent un imaginaire collectif, où les places de la création et de la réception sont de plus en plus questionnées.

L’Ouest Hurlant se veut un espace-temps d’exploration, où l’on peut s’abandonner au plaisir de l’évasion, tout en questionnant les univers-monde évoqués plus tôt. Les enjeux fondamentaux du festival sont l’accessi- bilité à tou·te·s, et la transmission des savoirs et du plaisir de la découverte. Il se veut donc ouvert au grand public et a pour objectif d’être en accès libre et gratuit. Les formes d’expression créative y sont aussi variées (spectacles, ateliers, prix littéraire, jeux) que les moyens d’interroger et d’analyser les en- jeux de ces nouveaux divertissements (cafés-débats, conférences, tables rondes).

La place des publics scolaires est centrale dans notre projet. Le festival étant porté par une as- sociation de jeunes chercheur·euse·s de l’Université de Rennes 2 et associé au collège Rosa Parks, l’offre à ces publics scolaires y est pensée en lien avec les universités et le rectorat. Pour ce faire, le festival souhaite s’inscrire dans le cadre de dispositifs pédagogiques tels que les Cordées de la réussite, et s’appuyer sur des cursus universitaires ou des asso- ciations étudiantes des universités rennaises.

Ce festival cherche également à faire découvrir le monde des professionnels qui orbitent autour des cultures de l’imaginaire sous toutes ses formes : littéraires (auteur·rice·s, maisons d’édition de

littératures de l’imaginaire, librairies spécialisées), lu- diques (formations liées aux jeux vidéo, associations de jeu de rôle), audiovisuelles (associations dédiées au cinéma, aux courts-métrages, aux séries télé…) et artistiques (arts graphiques, conte, théâtre ou musique…). L’écosystème de la région Bretagne est riche et varié : Rennes et ses alentours, tout particu- lièrement, nous semble être un terreau idéal pour implanter un festival ambitieux et rassembler les acteur·rice·s de toute la région.

Les cultures de l’imaginaire reposent sur une diversité de formes d’expression, mais également d’origines. Nous souhaitons ainsi mettre en avant les productions d’imaginaire françaises et européennes face aux productions anglo-américaines, qui ont tendance à monopoliser ce paysage culturel. Chaque année verra la mise en avant d’une œuvre d’un pays différent de l’Union européenne, créant ainsi l’occa- sion, pour le festival, de promouvoir la culture, les contes et les légendes de ce pays.

Quel contenu ?

La pluralité des événements pensés dans le cadre du festival s’appuie sur la diversité des fu-turs partenaires.

Des formats traditionnels (conférences et tables rondes), des formes plus intimistes, favorisant l’échange (ren-contres en petit comité avec un ou une auteur·ice, promenades littéraires…). Le public pourra ainsi être acteur de certains événe-ments avec des formes plus participatives : café-débat, atelier d’écriture, concours de nouvelles, table de jeu de rôle pour s’y initier…

Un prix littéraire sera assuré par des scolaires, tout comme une radio temporaire.

Un prix L’Ouest Hurlant sera remis dans le cadre du festival autour de sept catégories :

– prix collégien
– prix lycéen
– prix étudiant
– prix poche
– prix bande-dessinée
– prix univers ludique (consacré au jeu de rôle)
– prix essai & revue

Librairie(s), stands de maisons d’édition et de créations de l’imaginaire accueilleront le public, ainsi qu’une restauration-buvette afin de faire du festival un lieu de convivialité.

Suivez l’actualité du festival sur FacebookTwitter et Instagram.

ouest hurlant

Direction artistique : Xavier Dollo

À l’initiative de la rencontre entre Axel Lenouvel et le Laboratoire des Imaginaires, Xavier Dollo peut prétendre à une expérience diverse et riche dans le milieu du livre : éditeur et fondateur des éditions Ad Astra, aujourd’hui éteintes, il a également travaillé comme éditeur et libraire chez Critic, et au Forum du Livre. Sous le nom de Thomas Geha, il est également auteur de littérature de l’imaginaire, et récemment scéna- riste de la bande dessinée L’Histoire de la Science-Fiction, copubliée par les Humanoïdes Associés et les éditions Critic. Plus récemment il a lancé, en partenariat avec d’autres acteurs rennais, le projet Argyll : une maison d’édition, une librairie coopérative et un incubateur de projets liés au livre et à l’imaginaire.

Librairie(s), stands de maisons d’édition et de créateurs, mais aussi expositions diverses et espaces de restaurations seront également présents.

Estelle Faye

Estelle Faye a été comédienne, a dirigé une troupe de théâtre et est diplômée d’une école de cinéma (la FEMIS) en scénario.

Aujourd’hui, elle se consacre avant tout à l’écriture. Elle est autrice de romans et nouvelles, en adulte et jeunesse, dans divers genres de l’Imaginaire : depuis la fantasy sombre à tendance révolutionnaire (Les Seigneurs de Bohen et les Révoltés de Bohen), au space opera (Les Nuages de Magellan), en passant par la jeunesse (Alduin et Léna), la fantasy historique (la série La Voie des Oracles), ou encore le post-apocalyptique mâtiné de cabaret et de roman noir (Un Éclat de givre et Un Reflet de Lune).

Elle a reçu plusieurs prix littéraires, dont notamment trois prix Imaginales (deux en jeunesse et un en nouvelle), deux prix Elbakin (un en roman français et un en jeunesse), un prix ActuSF de l’Uchronie, un prix Rosny Aîné (en nouvelle), et un prix Bob Morane.

Par ailleurs, elle a codirigé deux anthologies, et elle réalise également des courts-métrages.

Lionel Davoust

Ancien ingénieur halieute, geek assumé, Lionel Davoust a dirigé la revue Asphodale, s’est investi dans la traduction et, surtout, il écrit.

Prix Imaginales 2009 avec L’Île close, nouvelle tra- duite aux États-Unis, il révèle un imaginaire entre thril- ler, fantasy et surréalisme avec sa trilogie du Mystère Léviathan, qui lui a valu les honneurs de la télévision et de la presse nationale, et d’Évanégyre (La Route de la Conquête, Port d’Âmes, Critic et Folio SF), fresque épique où la magie est domptée par la technologie.

Il publie depuis 2017 la pentalogie Les Dieux sauvages (Critic et Folio SF), comparée favorablement par la critique à un Game of Thrones français.

Passionné de technique narrative et d’organisation personnelle, il produit le podcast Procrastination avec Mélanie Fazi et Estelle Faye, qui totalise à ce jour 250 000 écoutes. Il communique beaucoup avec ses lecteurs sur son blog très suivi : https://lioneldavoust.com

Renneshttps://www.unidivers.fr/category/rennes-bretagne/rennes/
Unidivers, la culture à Rennes, en Bretagne et en France !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rennes
nuageux
18.1 ° C
19.5 °
17.5 °
82 %
5.7kmh
75 %
dim
22 °
lun
25 °
mar
22 °
mer
22 °
jeu
23 °
- Advertisment -

L’Ouest Hurlant est un festival consacré aux cultures de l’imaginaire. La première édition se tiendra au printemps 2022, se déroulera du 28 avril au 1er mai 2022.

Le terme de « cultures de l’imaginaire » englobe les genres de la science-fiction, de la fantasy et du fantas- tique. Les œuvres relevant de cet imaginaire occupent aujourd’hui une place centrale dans LE paysage culturel.

Au-delà de succès commerciaux comme Star Wars ou Le Seigneur des Anneaux, les exemples tels que L’Anomalie de Hervé Le Tellier (Goncourt 2020 et roman de science-fiction), ou Civilizations de Laurent Binet (grand prix de l’Académie française 2019 et roman dystopique), se multiplient de- puis une vingtaine d’années, là où ils étaient auparavant relégués aux marges.

L’émergence de nouveaux médias a favorisé la trans- médialité de ces productions culturelles ; une œuvre peut ainsi commencer au travers d’un cycle littéraire, puis se faire série-télé, avant d’être adaptée en jeu de rôle, ou en- core, en jeu vidéo.

Ces œuvres issues des cultures de l’imaginaire font aujourd’hui l’objet d’études universitaires, d’essais poli- tiques, scientifiques ou philosophiques, quand ce n’est pas le grand public qui s’en saisit dans un processus d’identification fort. Ainsi, les univers-mondes prennent forme : des univers de fiction qui nourrissent un imaginaire collectif, où les places de la création et de la réception sont de plus en plus questionnées.

L’Ouest Hurlant se veut un espace-temps d’exploration, où l’on peut s’abandonner au plaisir de l’évasion, tout en questionnant les univers-monde évoqués plus tôt. Les enjeux fondamentaux du festival sont l’accessi- bilité à tou·te·s, et la transmission des savoirs et du plaisir de la découverte. Il se veut donc ouvert au grand public et a pour objectif d’être en accès libre et gratuit. Les formes d’expression créative y sont aussi variées (spectacles, ateliers, prix littéraire, jeux) que les moyens d’interroger et d’analyser les en- jeux de ces nouveaux divertissements (cafés-débats, conférences, tables rondes).

La place des publics scolaires est centrale dans notre projet. Le festival étant porté par une as- sociation de jeunes chercheur·euse·s de l’Université de Rennes 2 et associé au collège Rosa Parks, l’offre à ces publics scolaires y est pensée en lien avec les universités et le rectorat. Pour ce faire, le festival souhaite s’inscrire dans le cadre de dispositifs pédagogiques tels que les Cordées de la réussite, et s’appuyer sur des cursus universitaires ou des asso- ciations étudiantes des universités rennaises.

Ce festival cherche également à faire découvrir le monde des professionnels qui orbitent autour des cultures de l’imaginaire sous toutes ses formes : littéraires (auteur·rice·s, maisons d’édition de

littératures de l’imaginaire, librairies spécialisées), lu- diques (formations liées aux jeux vidéo, associations de jeu de rôle), audiovisuelles (associations dédiées au cinéma, aux courts-métrages, aux séries télé…) et artistiques (arts graphiques, conte, théâtre ou musique…). L’écosystème de la région Bretagne est riche et varié : Rennes et ses alentours, tout particu- lièrement, nous semble être un terreau idéal pour implanter un festival ambitieux et rassembler les acteur·rice·s de toute la région.

Les cultures de l’imaginaire reposent sur une diversité de formes d’expression, mais également d’origines. Nous souhaitons ainsi mettre en avant les productions d’imaginaire françaises et européennes face aux productions anglo-américaines, qui ont tendance à monopoliser ce paysage culturel. Chaque année verra la mise en avant d’une œuvre d’un pays différent de l’Union européenne, créant ainsi l’occa- sion, pour le festival, de promouvoir la culture, les contes et les légendes de ce pays.

Quel contenu ?

La pluralité des événements pensés dans le cadre du festival s’appuie sur la diversité des fu-turs partenaires.

Des formats traditionnels (conférences et tables rondes), des formes plus intimistes, favorisant l’échange (ren-contres en petit comité avec un ou une auteur·ice, promenades littéraires…). Le public pourra ainsi être acteur de certains événe-ments avec des formes plus participatives : café-débat, atelier d’écriture, concours de nouvelles, table de jeu de rôle pour s’y initier…

Un prix littéraire sera assuré par des scolaires, tout comme une radio temporaire.

Un prix L’Ouest Hurlant sera remis dans le cadre du festival autour de sept catégories :

– prix collégien
– prix lycéen
– prix étudiant
– prix poche
– prix bande-dessinée
– prix univers ludique (consacré au jeu de rôle)
– prix essai & revue

Librairie(s), stands de maisons d’édition et de créations de l’imaginaire accueilleront le public, ainsi qu’une restauration-buvette afin de faire du festival un lieu de convivialité.

Suivez l’actualité du festival sur FacebookTwitter et Instagram.

ouest hurlant

Direction artistique : Xavier Dollo

À l’initiative de la rencontre entre Axel Lenouvel et le Laboratoire des Imaginaires, Xavier Dollo peut prétendre à une expérience diverse et riche dans le milieu du livre : éditeur et fondateur des éditions Ad Astra, aujourd’hui éteintes, il a également travaillé comme éditeur et libraire chez Critic, et au Forum du Livre. Sous le nom de Thomas Geha, il est également auteur de littérature de l’imaginaire, et récemment scéna- riste de la bande dessinée L’Histoire de la Science-Fiction, copubliée par les Humanoïdes Associés et les éditions Critic. Plus récemment il a lancé, en partenariat avec d’autres acteurs rennais, le projet Argyll : une maison d’édition, une librairie coopérative et un incubateur de projets liés au livre et à l’imaginaire.

Librairie(s), stands de maisons d’édition et de créateurs, mais aussi expositions diverses et espaces de restaurations seront également présents.

Estelle Faye

Estelle Faye a été comédienne, a dirigé une troupe de théâtre et est diplômée d’une école de cinéma (la FEMIS) en scénario.

Aujourd’hui, elle se consacre avant tout à l’écriture. Elle est autrice de romans et nouvelles, en adulte et jeunesse, dans divers genres de l’Imaginaire : depuis la fantasy sombre à tendance révolutionnaire (Les Seigneurs de Bohen et les Révoltés de Bohen), au space opera (Les Nuages de Magellan), en passant par la jeunesse (Alduin et Léna), la fantasy historique (la série La Voie des Oracles), ou encore le post-apocalyptique mâtiné de cabaret et de roman noir (Un Éclat de givre et Un Reflet de Lune).

Elle a reçu plusieurs prix littéraires, dont notamment trois prix Imaginales (deux en jeunesse et un en nouvelle), deux prix Elbakin (un en roman français et un en jeunesse), un prix ActuSF de l’Uchronie, un prix Rosny Aîné (en nouvelle), et un prix Bob Morane.

Par ailleurs, elle a codirigé deux anthologies, et elle réalise également des courts-métrages.

Lionel Davoust

Ancien ingénieur halieute, geek assumé, Lionel Davoust a dirigé la revue Asphodale, s’est investi dans la traduction et, surtout, il écrit.

Prix Imaginales 2009 avec L’Île close, nouvelle tra- duite aux États-Unis, il révèle un imaginaire entre thril- ler, fantasy et surréalisme avec sa trilogie du Mystère Léviathan, qui lui a valu les honneurs de la télévision et de la presse nationale, et d’Évanégyre (La Route de la Conquête, Port d’Âmes, Critic et Folio SF), fresque épique où la magie est domptée par la technologie.

Il publie depuis 2017 la pentalogie Les Dieux sauvages (Critic et Folio SF), comparée favorablement par la critique à un Game of Thrones français.

Passionné de technique narrative et d’organisation personnelle, il produit le podcast Procrastination avec Mélanie Fazi et Estelle Faye, qui totalise à ce jour 250 000 écoutes. Il communique beaucoup avec ses lecteurs sur son blog très suivi : https://lioneldavoust.com