OCTOBRENOIR à l’orée de l’été ? Anachronisme direz-vous. Il s’agit plutôt, tout au contraire, d’une forme d’apogée. Vous ne connaissez pas la marque rennaise de vêtements, OCTOBRENOIR ? Son créateur vient d’ouvrir une boutique physique rue du Puits-Mauger à Rennes. Unidivers vous propose un tour du propriétaire…

OCTOBRENOIR

 

Octobre 2014 : après avoir désigné les T-shirts d’un célèbre artiste U.S, Nils, un jeune entrepreneur rennais, féru de mode et de vêtements lance sa marque de « streetwear, moderne, épurée et mature ». Avec, précise-t-il, « seulement 200 euros en poche », mais l’amour de la belle ouvrage chevillé au cœur. Ce sera OCTOBRENOIR. Précision, qualité, sens du détail et sobriété seront en effet les axes principaux de l’entreprise. Rien n’est laissé au hasard. Si, dans un contexte globalisé, l’ambition de se développer tout autour du monde est bien sûr présente dès le départ, l’affirmation d’un ancrage très local est prégnante et le demeure.

OCTOBRENOIR

 

Le jeune créateur l’affirme et explique : « Dans le nom OCTOBRENOIR il y a une référence personnelle. Je suis né début octobre et c’est en octobre 2014 que j’ai lancé la marque. Mais, si les deux mots sont attachés, c’est aussi pour faire ressortir deux choses le BRE de Bretagne et le REN de Rennes. » Symbolique et ingénieux ! Deux termes qui pourraient également définir le travail, sobre et élégant de OCTOBRENOIR. Le même attachement à la capitale bretonne explique pourquoi le créateur tenait à ouvrir ici sa première boutique, alors que, depuis quelque temps il connait un bel essor dans l’Hexagone et à l’international. Paris, Los Angeles, Tokyo, ce n’est pas que de la com, pas que sur le papier… Avec un nom pareil évidemment, les Japonais, très friands des marques françaises, sont aux taquets !

OCTOBRENOIR

 

Installée depuis le 10 juin au 26-28 rue du Puits-Mauger, la marque termine de poser ses assises à Rennes en espérant bien continuer son développement ici et ailleurs. Aboutissement de l’histoire d’une réussite locale qui a pris son temps pour s’imposer. Parti de son seul désir de créer, Nils (qui en 2015 a reçu pour son entreprise le prix Meilleure jeune entreprise d’Ille-et-Vilaine du Crédit Agricole) a su composer avec son talent et la communication de proximité.

OCTOBRENOIR

 

À Rennes, par exemple, le rappeur Reta, est très actif pour la marque. Les soirées, plutôt pointues, organisées à date fixe les premiers samedis d’octobre pour célébrer les différents anniversaires de la marque ont marqué les esprits et affermis la volonté de Nils d’inscrire ses créations dans une histoire vivante : « Je ne suis pas du genre à harceler les artistes, ou les sportifs, de loin, par mails pour les inciter à porter mes vêtements, je préfère miser sur les rencontres réelles. Je vais à la rencontre des artistes. Lorsque Doc Gynéco ou Nekfeu sont passés à en concert à Rennes, j’ai eu la chance de les rencontrer, de parler avec eux avant leurs shows, de leur présenter ce que nous faisons. C’est après ça qu’ils ont décidé de porter nos créations. » Avec la star américaine R Kelly c’est un peu différent, son cousin, qui est également son booker s’avère un fan de vêtements streetwear d’avant-garde. Son entremise s’avérera un atout essentiel pour que la star s’affiche en OCTOBRENOIR.

OCTOBRENOIR

 

Néanmoins, la philosophie de Nils reste la même. Conscient d’être un enfant de la génération internet, il n’en demeure pas moins persuadé que dans le rapport à la mode et à la « sape de qualité » les échanges réels, physiques sont de première importance. « Un site c’est très bien pour l’image, pour l’interaction sur tous les coins de la planète. Il n’empêche que pour les gens qui sont vraiment intéressés par la mode, rien ne remplace une boutique. Nous sommes déjà présents chez plusieurs distributeurs, ici et dans plusieurs pays. Et ça fonctionne. Mais, avec une boutique physique, on touche aussi des gens qui ne connaissent pas la marque, qui ne vont pas la chercher sur le net. On s’inscrit dans un autre paysage, dans d’autres manières. Les gens continuent à faire les magasins, à se balader, en couple, entre potes. Ils entrent, ils essaient, ils discutent… »

OCTOBRENOIR

Un magasin ouvert sur la rue c’est aussi une bonne manière d’affirmer que la marque n’est pas unilatéralement dédiée rap ou hip-hop, en particulier à Rennes, ville qui continue à entretenir son image très rock. Certains, très beaux, designs de t-shirts s’inspirent même de l’univers de la musique metal (avec la désormais fameuse typographie de Iron Maiden) et Nils affirme lui-même être très curieux musicalement. « Beaucoup de pères de famille achètent la marque, de nombreux mecs qui sont dans un délire plus rock. OCTOBRENOIR n’est pas du tout une marque hip-hop, la clientèle est très hétéroclite en fait. »

La meilleure des preuves en est certainement la collection capsule (haute Couture) lancée par la marque courant 2016. Le très joli perfecto conçu par Nils l’affirme. En outre, cette collection haut de gamme ne fait que renforcer l’aspect qualitatif de la marque. En effet, si Nil met un point d’honneur a faire travailler des entreprises françaises pour tout ce qui concerne les petites pièces, il sait aussi garder le contrôle et préserve la proximité en faisant travailler, pour les créations plus techniques, des ateliers familiaux au Portugal (reconnus pour leur travail avec des marques de luxe, françaises, entre autres). Quant aux quelques pièces qui, pour l’heure, composent  la collection haute Couture, elles seront, sur commande, réalisées et ajustées à la main par une couturière rennaise.

OCTOBRENOIR

Nous vous le disions : précision, qualité, sens du détail et sobriété ! Ajoutons à cela l’ambiance claire et aérée de la boutique rennaise et, surtout, un accueil souriant, cordial et enthousiaste (offert par Nils et son jeune frère Brian, gérant de la boutique). Les quelque 250 personnes qui se sont déplacées à l’occasion de l’ouverture de cette première boutique de la marque OCTOBRENOIR ne s’y sont pas trompées !

OCTOBRENOIR

La marque de vêtements rennaise OCTOBRENOIR a ouvert sa première boutique à Rennes le 10 juin 2017

OCTOBRENOIR

26-28 rue du Puits-Mauger, Rennes

contact[at]octobrenoir.com

La culture est une guerre contre le nivellement universel que représente la mort (P. Florensky) Journaliste, essayiste, musicien, a entre autres collaboré avec Alan Stivell à l’ouvrage « Sur la route des plus belles légendes celtes » (Arthaud, 2013)
thierry.jolif [@] unidivers .fr

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom