Charles Manson s’est fait connaître du grand public dans les années 1970 avec sa Family, une secte dionysiaque racialiste qu’il dirigeait en tant que réincarnation… de Jésus-Christ. Il est mort à l’âge de 83 ans le dimanche 19 novembre 2017 à Bakersfield, Californie, États-Unis.

Né d’une jeune fille âgée 16 ans, le 12 novembre 1934 à Cincinnati, dans l’Ohio, le jeune Charles grandit sans amour. À l’adolescence, il est placé dans une institution pour garçons qui le mène à la délinquance. Al’âge de 21 ans, il est condamné à cinq ans d’emprisonnement pour vol de voiture, mais bénéficie d’une libération conditionnelle.

Il tente de se ranger en épousant Rosalie Willis, mais un an plus tard est de nouveau condamné pour le même délit. Il apprend en prison qu’il a un fils mais Rosalie demande le divorce et part avec l’enfant.

Libéré pour bonne conduite, il est ensuite de nouveau emprisonné pour différents délits. « J’ai passé toute ma vie en prison, ce qui fait que je me sens ici comme à la maison, euh… ça fait combien de temps que je suis en prison ? 34 ans… », dit-il dans une entretien en 1981.

En 1967, alors qu’il a purgé sa peine, il demande à l’administration de rester derrière les barreaux – demande rejetée. En pleine période hippie, il se passionne pour les Beatles qui lui inspirent la fondation de sa « famille ».

La secte la Family vit une existence fondée sur la mise en commun des biens et des corps. Constituée majoritairement de femmes désemparées, dociles et adeptes de la drogue, la vie s’y déroule entre musique, drogue et sexe. D’abord itinérante, la communauté s’installe dans des ranchs de la Vallée de la mort. Peu à peu convaincu d’être la réincarnation du Christ, Charles Manson prépare une série de meurtres afin de provoquer l’avènement d’une lutte entre Blancs et Noirs surnommée « Helter Skelter » d’après un titre des Beatles. Objectif final : la marche victorieuse du peuple blanc sous sa houlette. C’est ainsi qu’il en vient à ordonner à ses disciples de tuer au hasard des habitants de quartiers chics et blancs de Los Angeles afin d’exacerber les tensions communautaires.

Le 9 août 1969, trois des adeptes de la Family de Charles Manson font effraction dans la maison de Roman Polanski situé à Los Angeles. La disciple Susan Atkins assassine Shanon Tate, la compagne du cinéaste qui était enceinte de huit mois, tandis que ses complices tuent trois autres personnes présentes dans la villa. Susan Atkins écrit ensuite avec le sang de l’actrice le mot « PIG » (porc) sur la porte d’entrée.

Charles Manson, bien que non présent sur les lieux des faits, mais à l’évidence instigateur des faits, est condamné à mort en 1971 avec les quatre disciples pour meurtre avec préméditation. Une peine plus tard commuée en prison à vie. Leurs douze demandes de libération conditionnelle seront toutes rejetées. Jamais Charles Manson jamais ne regrettera ses actes horribles et son influence néfaste. Sa signature : une cicatrice en forme de croix gammée sur le front.

En prison, Charles Manson composera des musiques, donnera des interviews et se mariera. Sa « légende » de figure sataniste moderne a donné lieu à des ouvrages dédiés, des chansons, des circuits touristiques, des sites internet et des films. Manson a lui-même publié un album en 1970, réédité en CD en 2006.

Mort Charles Manson

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom