LE MOMA DE SAN FRANCISCO PAR MICHEL HEFFE BACK TO THE BAY 4/9

Petit journal de bord d’un séjour à San Francisco, à la découverte d’une ville mythique et aussi à la recherche des fantômes de la Beat Generation, des idées et du son des années hippie, du Grateful Dead, du Jefferson Airplane et de Janis Joplin bien sûr.

 

Fourth Day.

Pour aller au MOMA, en partant de notre hôtel, on passe par Tenderloin, le quartier mal-aimé de San Francisco. C’est ici la plus forte concentration de homeless de la ville, à deux pas du Hilton.

L’alcool et la drogue font des ravages et les gens se piquent sous les porches. Des filles de trente ans en paraissent soixante. Déclassement, déchéance et désespérance. Janis Joplin, lors de son premier séjour à San Francisco en 1963 a traîné par ici, petite dealeuse à la dérive, malade et amaigrie, alcoolique déjà, chantant pour une bière dans les anciens « speakeasy »* de Turk St.

tenderloin san fransisco

Le Moma est à un quart d’heure à pied de Tenderloin et il faut franchir Market St, principale artère de la ville qui marque la frontière entre le pays des collines au nord et le plat pays au sud.

On vient au Museum Of Modern Art de San Francisco pour notre chouchou de toujours : Sandy Calder, le génial créateur des mobiles. Et là, on est gâté… Le « Calder Room » peuplé de mobiles de toutes formes, mais… parfaitement immobiles. Normal. Il n’y a pas de vent, ni de courant d’air ici, et la clim n’a jamais rien fait bouger… C’est assez frustrant, finalement. Sur la terrasse, on découvre le « Grand Crinkly » rouge et jaune devant un immense mur de verdure. Il ne bouge pas, lui non plus. On est vraiment ému car il était installé dans les jardins de Madame de La Fayette à Rennes lors de l’exposition « L’univers d’Aimé Maeght » de 1979.

crinkly moma

Il faut écarter d’immenses rideaux rouges de plus de six mètres de hauteur, pour entrer dans l’exposition temporaire consacrée à René Magritte. Tout Magritte est là, y compris les variantes des tableaux , et elles sont nombreuses… Mais on a beau chercher, on ne trouve pas « Ceci n’est pas une pipe ». Etrange, quand même. Un peu plus loin, on se rattrape avec « Fontaine » de Marcel Duchamp, qui, comme chacun sait « n’est pas une fontaine »…

René Magritte Ceci n'est pas une pipe

* Speakeasy : Bar clandestin pendant la Prohibition (1920-1933)

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom