Son nom ne vous dit peut-être rien, il s’agit pourtant d’une pépite de la folk-rock britannique ! Michael Chapman est venu bercer les Rennais de sa voix rauque et profonde ainsi que de ses accords de guitare acoustique aux Tombées de la Nuit.

Véritable figure du genre –, et ce, depuis cinquante ans – ce natif de Leeds a su se réinventer, au fil de 56 albums (excusez du peu !), afin de ne jamais lasser son public. Avec une musique oscillant entre mélancolie et espoir, dans un cadre tel que celui de la Chapelle du Conservatoire, la performance de Chapman a enthousiasmé les Rennais venus à sa rencontre.

Michael Chapman © Carol Kershaw

« 50 », c’est à la fois le titre de l’album de Chapman, sorti en 2017, et le nombre d’années de carrière de celui-ci. Enregistré aux États-Unis, en compagnie de Steve Gunn et de la chanteuse folk Bridget St John, l’album mélange nouvelles sonorités et reprises (et réinterprétations !) d’anciens morceaux n’ayant pas su trouver leur public à l’époque de leurs sorties.

Michael Chapman est d’abord un guitariste autodidacte. Si ses musiques sont folks, ses inspirations sont plus diverses : jazz, blues… Autant de sonorités que l’on devine au fil de ses morceaux. Il a, d’ailleurs, été lui-même une source d’inspiration pour les plus grands : Bowie, Elton John… Le voir jouer en concert ne laisse pas de doute sur les raisons de cette admiration.

Jeudi 6 juillet à la Chapelle du Conservatoire de Rennes, l’ambiance était intimiste. C’est un Michael Chapman en jean, t-shirt et casquette vissée sur la tête qui est monté sur scène. Durant près d’une heure et demie, il a enchaîné les titres, alternant solos de guitares et chansons à textes. À près de 76 ans, cet Anglais a encore toute la fougue et la passion d’un jeune musicien. Son passage à Rennes l’a encore confirmé.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom