Après nous avoir fait découvrir le milieu hospitalier avec Hippocrate en 2014, Thomas Lilti nous emmène dans l’univers du médecin de campagne. Une ode réaliste et touchante à un métier en voie de disparition.

 

medecin-campagne_affiche (1)

Loin des Cahuzac et autres praticiens gourmands en dépassements d’honoraires, les déserts médicaux s’étendent comme un cancer au sein de la société rurale. En France, 70 % des médecins ne trouvent pas de remplaçant. Il en est même un, en Haute-Saône, qui a proposé sur le Bon Coin de donner son cabinet ! En Bretagne, les media ont d’abord cru au gag lancé par la municipalité de La Roche-Derrien (22) : lasse de chercher un médecin depuis deux ans, elle a lancé un appel à un druide … qui s’est avéré être un comédien. La supercherie qui devait être révélée le 1er avril n’a pas tenu jusque-là ! Le sujet habite le cinéaste, lui-même médecin qui, jeune interne, a été conduit « à remplacer des médecins chevronnés installés à la campagne, en Normandie et dans les Cévennes ». Convaincu du « caractère romanesque » de cette figure, il offre un film formidable qui aborde un enjeu social majeur en présentant une France profonde, plutôt heureuse, criante de vérité comme dans un docu.

medecin-campagne-film_cluzet (2)Au sommet de ce casting épatant, règne François Cluzet, d’une justesse confondante. Il incarne Jean-Pierre, héros positif, assurant vaillamment – et dans une solitude affective totale – sa mission de médecin, infirmier, chirurgien, psychologue, assistant social, plus proche d’un « saint » laïc, non corrompu par les laboratoires pharmaceutiques.
Un soir, une belle quadra arrive dans son cabinet. Elle lui explique venir sur les conseils d’un confrère pour l’aider. medecin-campagne-film_cluzet (1)Lui, convaincu n’avoir besoin de personne, accepte du bout des lèvres et va se livrer à un véritable bizutage pour la faire fuir. Mais Nathalie Delezia (Marianne Denicourt) n’a peur ni des jars, ni du maire, ni des machos ni de personne… Elle n’hésite pas à prendre les décisions qui fâchent, comme hospitaliser un vieux patient qui souhaite mourir chez lui. Le médecin la vire illico, mais une urgence va le ramener à la sagesse.
medecin-campagne-film_cluzet (5)

Une belle amitié va naître. Voire plus si affinités… Le romantisme affleure dans cette chronique sociale pleine de finesse. Une comédie populaire, portée par des acteurs populaires, servie par un casting et des dialogues au scalpel.

Film Médecin De Campagne, Réalisation Thomas Lilti, durée 102 min, sortie le 23 mars 2016

Avec : François Cluzet, Marianne Denicourt, Isabelle Sadoyan, Félix Moati, Christophe Odent…

 

thomas-liltiThomas Lilti et une de ses sources d’inspiration:  Médecin de campagne, de Denis Bourges (Les Édition de Juillet). Dans la préface qu’il a écrite pour cet ouvrage, Martin Winckler écrit ceci :

Être médecin de campagne, c’est prendre racine, même quand on a grandi en ville et beaucoup voyagé. On adopte le rythme, le parler, les coutumes. On n’est pas
seulement le soignant des maladies et le confident des soucis, on devient aussi le témoin des changements du paysage, des événements du village, des départs et des arrivées. On fait partie du canton, de la communauté. On se met à appartenir.

Né en 1976, Thomas Lilti a un parcours atypique puisqu’il a été médecin généraliste pour se dédier ensuite complètement à sa passion : le cinéma. Durant ses études de médecine, entre deux cours, il avait quand même trouvé le temps de réaliser trois courts-métrages. Alain Benguigui et Thomas Verhaeghe le remarquent et produisent finalement Les yeux bandés en 2008. En 2015, il est nominé sept fois aux César pour son film Hippocrate et remporte le prix du meilleur scénario original tout en ayant un succès public considérable (plus de 900.000 entrées France)

 

Filmographie:
RÉALISATION
2016 Médecin de campagne
2014 Hippocrate
2008 Les yeux bandés
SCÉNARIO
2016 Médecin de campagne
2014 Hippocrate
2012 Mariage à Mendoza
2011 Télé gaucho
2008 Les yeux bandés

 

mc.biet [@] unidivers .fr Architecte de formation, Marie-Christine Biet a fait le tour du monde avant de revenir à Rennes où elle a travaillé à la radio, presse écrite et télé. Elle se consacre actuellement à l’écriture (presse et édition), à l’enseignement (culture générale à l’ESRA, journalisme à Rennes 2) et au conseil artistique. Elle a été présidente du Club de la Presse de Rennes.

Un commentaire

  1. Justesse du ton,du jeu des acteurs…personnages avec lesquels on se sent tout de suite en empathie. Très émouvant sans être mélo.Ce n’est pas juste un film…c’est un film juste!

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom