LIAMM. MARQUE BRETONNE DE PRÊT-À-PORTER HAUT DE GAMME

Lancée officiellement en février 2018, l’artisane et designer de mode Justine Morvan signe la marque de vêtements Liamm. Une marque de prêt-à-porter haut de gamme conçue en Bretagne aux influences poétiques de la région, pour un style intemporel et élégant. Présentation.

liamm marque rennaise
Justine Morvan, créatrice de la marque de prêt-à-porter haut de gamme Liamm

Intéressée davantage par le dessin que la couture, rien ne prédestinait Justine Morvan à fonder sa propre marque. « J’ai commencé à 16 ans avec un BEP Métiers de la Mode, mais je n’ai pas du tout aimé. J’ai voulu faire de la mode car j’aimais le dessin, mais le BEP dispensait énormément de cours de couture. Au fil des stages et des rencontres avec des personnes passionnées et passionnantes, la tendance s’est inversée ». Cumulant les diplômes afin d’acquérir les compétences nécessaires – BEP métiers de la mode à St-Brieuc ; bac artisanat et métiers d’arts, option vêtement et accessoire de mode à Brest ; mise à niveau en Arts appliqués au lycée Joseph Savina de Tréguier ; BTS et une licence design de mode à Lille, chaque expérience professionnelle lui a peu à peu ouvert la porte d’un nouvel univers, rempli de patronages, d’épingles et de matières nobles. Un univers dans lequel elle a su se projeter.

liamm marque rennaise
Top Ille, jupe Néal et vareuse Hyères

Un stage dans une maison de créations textiles lui a appris le tissage sur métiers à bras. Les maisons de haute couture, comme Chanel en 2011 et Yiqing Yin en 2014, lui ont permis d’appréhender la conception d’accessoires spectaculaires comme des ailes en papier. Après son passage chez des créateurs indépendants, le projet Liamm a commencé à s’écrire. « Ma vision était peut-être utopiste. Maintenant que j’ai ma propre marque, je me rends compte de la complexité d’un tel projet », souligne-t-elle.

« Créer des vêtements qui ne sont pas des basiques, travailler avec des matières nobles aussi. le travail de la coupe et de la fragmentation des parties du vêtements m’éclate »

Quel nom ? 

Choisir un nom semble une des étapes cruciales dans la création d’un projet. Un vent d’inspiration bretonne souffle résolument sur celui retenu par Justine Morvan, Liamm. La prononciation douce et poétique du mot Liamm, « lien » en breton, s’accompagne de nuances significatives.

liamm marque rennaise
Vareuse Odet

Au-delà de l’utilité pratique de l’habillement, la créatrice associe l’attachement à un vêtement à celui que l’on peut avoir envers un objet, à l’image des fripes récupérées de son arrière-grand-père, qu’il lui arrive de porter. « J’ai mis du temps à trouver le nom, mon choix s’est finalement arrêté sur Liamm pour ses nombreuses significations : le lien à la culture, à ses origines, mais aussi le lien avec les vêtements que l’on choisit, comment on en est arrivé à le porter et le lien que l’on entretient avec eux aussi ».

Le prêt-à-porter haut de gamme ?

Le prêt-à-porter haut de gamme rime avec produits plus onéreux, la marque Liamm ne déroge pas à cette règle – haut, jupe, robe, vareuse et pantalon entre 185 et 460 €. Cependant, Justine Morvan refuse de faire l’autruche en ce qui concerne la difficulté à intégrer ce marché et à se forger une clientèle. « Je me rends bien compte que ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir mettre autant dans un vêtement. La vente en ligne n’est pas forcément la solution la plus adaptée pour cette clientèle. La prochaine étape est de trouver des boutiques multimarques prêtes à distribuer mes modèles ». Dans une société où la fast fashion propose de plus en plus de prix attractifs, Justine Morvan mise sur des matières nobles et la qualité — incontestable — de son travail.

liamm marque rennaise
Jupe Néal et Robe Etel

Quelles matières, quelles coupes ?

La designer de mode s’inscrit dans la nouvelle vague de créateurs qui se positionnent sur l’importance des composants à utiliser et leur provenance. Afin de diminuer son empreinte carbone, elle privilégie la filière européenne : France, Belgique et Allemagne.

Qu’elles soient animales ou végétales, la créatrice sélectionne de belles matières nobles et organiques et évite les énergivores, comme le coton. Matières synthétiques, cuir et fourrure sont également exclus. « La soie biologique que j’utilise est certifiée KBT — Kontrollierte Biologische Tierhaltung, (NDLR : élevage biologique contrôlé en français). Ce label allemand certifie qu’aucun pesticide ou engrais chimique n’est utilisé dans la production, avec l’assurance de salaires équitables pour les travailleurs. La soie est récoltée selon des méthodes biologiques dynamiques dans une culture mixte de mûriers et d’arbres fruitiers. Les engrais artificiels, les antibiotiques et les hormones de croissance sont strictement interdits — explique-t-elle. Cette certification garantit la protection des mûriers qui servent à nourrir le bombyx du mûrier, le papillon qui fabrique la soie. Ils utilisent une méthode plus lente afin de récolter la soie sans tuer l’insecte ».

liamm marque rennaise
Haut l’Aven et jupe Néal

« L’inspiration peut aussi bien venir d’un morceau de musique que d’une légende bretonne… les petites choses du quotidien en général »

Après les lainages sans mélange, 100 % vierges et tissés en Belgique et en France, et la soie biologique de la première collection automne-hiver, Tombolo, la collection printemps-été, Les Horizons, propose des modèles en lin, reine des fibres écologiques, et ramie, ou « ortie de Chine ». Autant dans les matières que dans la coupe, les modèles artisanaux Liamm révèlent une subtilité dans la création et un goût pour le détail toujours plus croissant. À observer le travail des poches et des manches dans la structuration de ses vêtements, ses modèles naissent dans l’élégance d’une découpe, à l’image de la jupe Elorn, ou la finesse d’un pli, sans omettre les points mains des finitions… des caractéristiques qui sont en passe de devenir une des signatures de la marque.

liamm marque rennaise
Jupe Elorn

« Les coupes étant déjà bien travaillées, la gamme chromatique reste neutre afin de concevoir des vêtements aux couleurs faciles à porter »

Ces éléments ancrent sans conteste ses créations dans la sobriété digne d’une ligne haut de gamme, comme le montre le travail fourni pour les trois déclinaisons de la vareuse bretonne. Elle a retenu l’essentiel de ce symbole vestimentaire breton, avec une attention particulière pour le dos conçu dans un jeu de soufflet. « Je décompose une partie du vêtement, dans laquelle je rajoute d’autres matières avant de le recomposer ».

liamm marque rennaise
Vareuse Odet et jupe Néal

La femme Liamm ?

« Ça va paraître un peu flou comme réponse, mais j’ai envie d’habiller une femme singulière, joyeuse, élégante, mais aussi attentive à sa manière de consommer et qui se retrouve dans les valeurs Liamm, sans parler de générations ». Justine Morvan propose quatre tailles, du 36 au 42, mais a mis en place un service de demi-mesure afin de s’adresser à toutes les morphologies. « Des coupes sont moins faciles à porter que d’autres selon la morphologie, comme la jupe droite, mais d’autres conviennent à toutes les morphologies ».

« J’espère que Liamm parlera autant à une femme de 25 que 65 ans »

De nouveaux projets ? 

Des idées plein la tête, la designer de mode ne compte pas s’arrêter au prêt-à-porter haut de gamme et a réalisé sa première robe de mariée sur-mesure. Une expérience qu’elle ne demande qu’à réitérer. « Cette idée de créer un vêtement unique est super intéressante, que ce soit pour un vêtement particulier, pour une cérémonie ou dans le milieu du spectacle. Je vais essayer de développer cette particularité dans les mois qui viennent ».

liamm marque rennaise

Liamm, prêt-à-porter haut de gamme 

liamm marque rennaise

Site / Facebook / Instagram / twitter

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom