A. E. HOTCHNER NOUS TRANSPORTE DANS LES AVENTURES D’AARON BROOM

Impossible de se lancer dans la lecture de cet excellent roman sans penser aux aventures de Tom Sawyer de Mark Twain. Avec Les étonnantes aventures d’Aaron Broom, A.E. Hotchner nous plonge dans l’Amérique de la grande Dépression. Nous sommes dans  les années 1930, période difficile qui fait suite à la crise de 1929, toile de fond socio-économique idéale pour que s’y déroule cette histoire singulière et attachante.

Les étonnantes aventures d'Aaron Broom

À Saint-Louis, Missouri, sous la présidence de Franklin Delano Roosevelt, Aaron et son père se débattent comme ils peuvent dans un pays qui a plongé dans la dépression et la récession. Si nombreux sont les travailleurs qui perdent leur emploi, nombreuses sont les entreprises qui font faillite. Nombreux sont également celles et ceux qui se sont tournés vers de petits boulots à la journée quand ils n’ont pas cédé aux menus larcins parce qu’on tente de sauver sa peau et de manger comme on le peut. D’autant que le pays n’est pas encore sorti de la prohibition et que la mafia assure une économie souterraine des plus florissantes et de tous les dangers.

CRISE 29

Le père comme le fils tentent donc de se dépêtrer de leur mauvaise situation pendant que la mère du jeune Aaron est en sanatorium et lutte contre une affection des poumons. S’en sortira-t-elle ? Rien n’est moins sûr. Quand le père est raflé par la police et écroué parce qu’il s’est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment, Aaron décide d’enquêter pour sortir son père des griffes de la police. À l’âge des jeux innocents, le gamin, déjà adulte, va se démener pour prouver l’innocence de son père et œuvrer pour le réhabiliter. Il sait son père intègre et ne supporte déjà pas, malgré sa jeunesse, toutes les formes d’injustice.
Mais comment, quand on est petit, fluet et pauvre, faire entendre aux adultes qu’un homme pris dans un braquage n’a rien d’un gangster ? Toute une histoire…

Saint Louis, Missouri 1930
Archive photographique de la ville de Saint Louis, Missouri, dans les années 1930.

Vont alors s’enchaîner de multiples événements qui vont éprouver le jeune homme. S’il compte quelques amis, le jeune espiègle vendeur de journaux Augie, la jeune et fragile Ella, il devra se méfier de dangereux individus qui n’hésitent pas devant le pire pour se sortir d’affaire. Mené tambour battant, le roman multiplie les rebondissements, mettant en exergue le caractère aiguisé du gamin, et nous entraîne dans une course pour la justice et l’importance de l’humain.

« Assis dans notre vieille Ford, j’ai regardé mon père traverser la rue jusqu’à la porte de la bijouterie où il a sonné et attendu qu’on lui ouvre. Au même moment, un homme coiffé d’une vieille visière de tennis rabattue sur les yeux s’est glissé derrière lui dans le magasin. J’ai tout de suite senti que quelque chose clochait…
Il y a eut le boum, boum de coups de pistolet, la grande vitrine a explosé en mille morceaux et le type à visière est ressorti, un sac dans une main, un pistolet dans l’autre. Puis il a disparu dans la foule. »

Roman d’apprentissage qui met en avant les notions de solidarité, d’empathie, de débrouillardise, de conviction, de morale, Les étonnantes aventures d’Aaron Broom, sont une pépite de par le caractère de son personnage principal, attachant, lumineux, et souvent drôle, qui prouve que l’innocence, le bon sens, l’envie d’aller de l’avant peuvent aussi nous sortir du marasme, du pire, et nous emmener vers une sorte de liberté sinon d’autonomie.

Un roman touchant et formidablement écrit, une pépite !

Les étonnantes aventures d’Aaron Broom A.E. Hotchner,  Éditions Mercure de France – 190 pages. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Antoine Bargel et paru en septembre 2019. Prix : 21,00 €.

Couverture : © Mercure de France – Photo auteur A. E. Hotchner © DR

Les étonnantes aventures d'Aaron Broom
A.E Hotchner

Éditeur, scénariste, et auteur américain, Aaron Edward Hotchner est né en 1917. Il a côtoyé Hemingway, Salinger, Tennessee Williams, ou encore Paul Newman avec qui il a fondé diverses associations caritatives. Son livre le plus connu, Papa Hemingway (1966), a été traduit dans plus de vingt langues.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom