winnie the pooh, ourson, laurence vanin
Les aventures du Moi


Il est un ourson célèbre et aimé de tous. Il est né sous la plume de Milne, un journaliste particulièrement attentif à l’évolution de son fils : le timide Christopher Robin (Christopher devient Jean-Christophe dans le livre « Winnie »). Objectif : aider son fils à construire sa personnalité. La construction de soi est ainsi au centre de ces aventures que décrypte Laurence Vanin

Si Winnie a emporté l’adhésion des jeunes enfants à qui il s’adressait, il est aussi parvenu à séduire les parents qui accompagnaient les têtes tendres sur les voix de l’humanité : « comprends et tu seras un homme, mon fils ! » On se demande : pourquoi Piglet, le petit cochon, s’inquiète-t-il ? Eeyore est-il si pessimiste ? Tigret est-il si ambitieux ? Tandis que le lapin opine et Maître Hibou s’enferme dans sa docte pensée devant un petit ours débonnaire qui se révèle être « le plus sage des ours » ?

Laurence Vanin livre les clefs de sagesse qui se dessine derrière ses saynètes qui, précise-t-elle, « ne constituent pas seulement un corps de savoirs, mais plutôt une remise en question de ce que chacun croit savoir, lorsqu’il se trouve confronté au réalisme de l’existence ».

Ces mises en scène alimentent par strates la construction du « moi » chez le jeune enfant, cible de Laurence Vanin, et c’est tout l’intérêt de l’essai. L’auteur explique comment chacun doit conquérir sa liberté en s’éprouvant dans le monde et au contact des autres. Elle révèle ainsi avec pertinence ce que cache cette œuvre célèbre dont la quête du sens se trouve… en suivant la voie… sans doute !

Il faut dire que l’auteur Milne, dont s’empare Vanin, n’a pas lésiné sur les effets propices à nourrir l’imaginaire de Christopher. Pour traduire les méandres de l’existence, les entraves à surmonter, les peurs, les doutes, le personnage de Jean-Christophe sont associés à quelques animaux : ourson, lapin, âne, tigre. À première vue, tout cela peut faire sourire.

Et puis, plus le lecteur avance dans cette histoire apparemment simpliste, plus il y trouve de la profondeur. La construction psychique du jeune héros se fait au travers d’une conscience « miroir », servant de catalyseur et de caisse de résonnance à toutes les expériences vécues. Contrairement à bien des histoires destinées aux tout-petits, l’écrivain Milne n’accable pourtant pas son jeune lecteur de préceptes moraux, mais favorise l’autonomie de jugement de Jean-Christophe. Un jeune homme confronté à des situations rocambolesques « réelles » dont il cerne les enjeux, sans que sa sensibilité se trouve dévastée par trop d’affects dérisoires ou d’opinions marchandes.

Dans ce livre qui explique « tout » (« tout » étant le dogme universel de l’existence) par son menu, le talent et l’acuité de Laurence Vanin consistent à révéler la part de l’attachement qui déborde entre les personnages du conte (la relation parents-enfants est notamment fort bien relatée), en en dépliant tous les aspects et ses excroissances. Les aventures du Moidisent combien les protagonistes incarnent des tempéraments particulièrement « philosophiques » et souvent anti-narcissiques. Des situations dont ils s’extraient jaillissent des préceptes fondés sur la cohésion, l’altérité, l’amitié, le respect des valeurs. Enfin, il détaille le contenu philosophique de chaque message délivré par Mine : de l’éveil à la conscience du monde, de la nature à l’essence d’une chose, du langage comme modalité d’être au monde, du désir et de la sociabilité, de l’illusion à la réalité, vers un accomplissement de soi.

Un essai à lire en priorité avec les enfants qui ont lu Winnie l’ourson.


Laurence Vanin, Les aventures du Moi ou les voix philosophiques de Winnie l’ourson – Editions Ovadia – 189 pages, 18€

 

Laurence Vanin est philosophe, essayiste, docteur en philosophie politique et épistémologie. Elle enseigne également à l’Université de Toulon où elle est directrice pédagogique de l’Université du Temps libre

 

 

Écrivain et chroniqueuse littéraire, Laurence Biava contribue à plusieurs revues culturelles. Elle a créé, en 2011, l’association Rive gauche à Paris afin de créer et de soutenir des événements culturels liés au milieu littéraire ainsi que deux Prix littéraires. Le premier, le Prix Rive gauche à Paris, rend hommage à l’esprit rive gauche parisienne depuis le 19e siècle, et récompense une œuvre littéraire en langue française, qui privilégie la fiction. Le second, le Prix littéraire du Savoir et de la Recherche, est tourné vers tous les savoirs et les sciences.

6 Commentaires

  1. Quel plaisir de voir que vous mettez les ouvrages de Laurence Vanin à la Une de vos chroniques ! Je viens de terminer les Aventures du moi et je suis absolument séduit par l’ouvrage : léger et dense à la fois, très explicite et un livre où on apprend : On découvre d’abord l’existence réelle de cet ours, puis la vie de Milne (père et fils) on parcoure également l’histoire de la philosophie et ses grands personnages par le biais des animaux qui peuplent l’univers de Winnie; on découvre le sens de la conscience, d’une philosophie qui tend vers la sagesse… Laurence Vanin nous tient la main et guide nos pas vers la compréhension de l’amour et des voies qui initient à davantage de sagesse ! Merci !

  2. Je viens de terminer les Aventures du moi et je suis très surpris de tout ce que ces « historiettes » dissimulent… Et notamment du rattachement à la pensée chinoise ! Un vrai travail de fond a été réalisé par Laurence Vanin. Je conseille ce livre à tous ceux qui aiment penser et s’enrichir de nouvelles idées ! Les pistes à entreprendre dans cet ouvrage ne manquent pas ! Merci Laurence Vanin je suis pressé de lire votre prochain opus ou de vous rencontrer lors d’une de vos séances de dédicaces ! Je suis sous le charme de la plume et de l’esprit brillant qui est le vôtre !

  3. je vais m’empresser d’acheter les Aventures du moi , de le lire et je verrai ensuite à quel jeune je l’offre ainsi que l’enigme de la rose ;
    bravo Laurence et merci pour vos écrits qui permettent à un nouveau public d’oser la philosophie .

  4. Je viens de terminer les aventures de Winnie l’ourson. D’une histoire qui pourrait sembler assez simple, on découvre beaucoup de profondeur dans cette analyse de la conscience « miroir ». Laurence Vanin nous ouvre d’innombrables pistes où règne beaucoup de sagesse. Merci Laurence. Je vais continuer à partager cette belle histoire en l’offrant notamment à une jeune grand mère qui pourra préparer l’éveil de son petit fils ; quelle chance !
    A quand la suite ? je me demande si je ne deviens pas « addict » aux ouvrages de Laurence ……….

  5. Si Milne a écrit « Winnie the Pooh » pour son fils Christopher Robin, pour l’aider à s’ouvrir au monde, Laurence Vanin, par le biais de la philosophie, nous conduit sur la voie, « La forêt des rêves bleus » un véritable parcours initiatique animé par des petits animaux forts sympathiques et attachants qui ont à s’y méprendre des postures humaines.
    Comment se réaliser dans son être? Comment prendre conscience de notre être au monde? Question délicate de nos jours, cette conscience qui s’éprouve dans le monde. Comment observer et respecter cette nature que l’on bafoue trop souvent. Comment regarder l’autre? Autrui? Différemment. Ce n’est pas une leçon de morale, non, c’est une manière d’exister autrement en tant qu’homme.
    Il faut un certain talent pour parler de la conscience, des idées, de la réflexion, de la pensée, de l’entendement et Laurence Vanin le fait, son concept « une ontologie du jaillissement » et pourquoi ne pas relire dans la foulée une autre de ses oeuvres « Cas de conscience Le monde Autrui et Moi. »

  6. Lumineuse ide qu’a eue Laurence Vanin de nous présenter « Les Aventures de Winnie l’Ourson » par le biais de peronnages spécifiques incarnés par les différents animaux, où les messages philosophiques se dévoilent au fur et à mesure du parcours sur la voie de la Sagesse et de la construction du Moi, parcours merveilleux dans la Forêt des Rêves Bleus »! Je pense qu’aucun autre philosophe avant elle n’avait décrypté les messages philosophiques es Aventures de Winnie l’Ourson ; c’est une idée géniale et ayant terminé cet ouvrage, je l’ai prêté à ma fille, Professeur des Ecoles, qui l’a beaucoup apprécié et qui va le commenter auprès de ses élèves. Elle a trouvé cette œuvre très originale et riche d’enseignements philosophiques; Merci encore une fois à Laurnce Vanin de nous proposer ce dernier ouvrage qui, comme les autres, m’a ravie! Je le recommande vivement à toute celles et ceux qui veulent arpenter « leur voie » (la quête de soi dans un éveil de conscience) au Pays des Rêves Bleus »!
    Un message aux Enfants : Gardez précieusement votre ours préféré. Quand il aura vieilli (et vous aussi), il sera heureux que vous lui parliez et vous remémoriez votre enfance auprès de lui ; il sera jusqu’à la fin votre fidèle compagnon: que de chemins vous aurez alors parcourus sur la voie de la Sagesse!

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom