Je suis Pilgrim de Terry Hayes : grand thriller grand roman

dans la rubrique Littérature.

Je suis Pilgrim Terry Haye

Publié le 08 Sep 2015

Si Je suis Pilgrim est un premier roman, Terry Hayes, son auteur n’en est pas à son coup d’essai. Loin s’en faut ! Collaborateur de George Miller, scénariste et producteur, il livre dans ce polar trépidant un état des lieux sans concession de nos craintes et illusions.

 

Scott Murdoch est un agent du renseignement américain qui a signé un livre document sous le nom de Jude Garrett, décrivant les meilleures techniques d’investigation et de recherche basées sur son expérience de terrain.91ZnGTWgdXLFatigué par des années d’errances, d’assassinats, de traque, il pense à prendre sa retraite. Sur la scène d’un crime à New York, il se rend compte que le meurtrier s’est servi de son livre comme référence. En Syrie, un chercheur est enlevé et torturé. En Turquie, un jeune milliardaire meurt dans ce qui semble être un accident. Et l’implacable Sarrasin prépare une action meurtrière contre les États-Unis afin de venger son père saoudien décapité sur ordre de la famille royale. Scott Murdoch va repartir en mission, de Paris à Washington en passant par le Moyen-Orient, la course contre la montre est lancée.

Terry Hayes pourrait être un nouveau venu dans le milieu littéraire puisqu’il signe à 62 ans son premier roman. Mais avant ça, il a eu une carrière bien remplie en tant que scénariste et producteur de cinéma. Après avoir novelisé le premier Mad Max, il travaille avec George Miller sur le scénario de Mad Max 2 et Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre. Il sera aussi scénariste et producteur de Calme Blanc ou encore sur From Hell adaptation du comics d’Alan Moor et Eddie Campbell.

attentat-du-11-septembre-tours-jumelles

Je suis Pilgrim, nous embarque dans une enquête et une traque infernale à travers le monde. Comme souvent, les éditeurs adorent rajouter sur les quatrièmes de couverture, voire même sur la couverture elle-même, parfois au détriment du titre ou du nom de l’auteur, des phrases d’accroches, ou bien des avis de grands noms de la littérature (James Ellroy quand il s’agit de polar ou de thriller et Stephen King pour le fantastique). C’est souvent faux et agaçant. Évidemment, personne ne vous oblige à les lire. Mais pour une fois, elles sont justifiées sur le roman de Terry Hayes. Avec une simplicité incroyable, l’auteur nous plonge dans le monde des services de renseignement et de ses techniques, écoutes, tortures, enlèvements, tous les modes opératoires sont disséqués avec minutie, la description du fonctionnement du système Échelon pourrait presque faire froid dans le dos (le réseau Echelon un réseau global, appuyé par des satellites artificiels, de vastes bases d’écoutes situées aux États-Unis, au Canada (à Leitrim), au Royaume-Uni (à Morwenstow), en Australie (à Pine Gap) et en Nouvelle-Zélande (à Waihopai), des petites stations d’interception dans les ambassades, et le sous-marin USS Jimmy Carter (SSN-23) de la classe Seawolf, entré en service en 2005 pour écouter les câbles sous-marins de télécommunications: Il intercepte les télécopies, les communications téléphoniques, les courriels et, grâce à un puissant réseau d’ordinateurs, est capable de trier en fonction de certains termes les communications écrites et, à partir de l’intonation de la voix, les communications orales). Quand on sait qu’il y a quinze ans (donc avant le 11 septembre 2001) les services de renseignements américains bénéficiaient d’un budget de plus de 26,7 milliards de dollars (1), on imagine aisément la puissance de ce système. Les révélations d’Edward Snowden et la politique américaine participent à l’immersion dans ce roman: en effet si l’enquête de Je suis Pilgrim est fictive, tout dans ce livre est hyper réaliste et l’écriture relâchée, sans fioriture, participent à la crédibilité. Le lecteur, toujours surpris, tourne inlassablement les pages d’une histoire puzzle incroyable.

Dans ses remerciements, Terry Hayes dit  :

Je pense que c’est John Irving – récompensé à la fois par un National Book Award pour un roman et par un Oscar pour un scénario – qui a dit qu’écrire un film était comme nager dans une baignoire, écrire un roman comme nager dans l’océan. J’avais lu ce commentaire bien avant de m’embarquer dans Je suis Pilgrim, mais je ne m’attendais pas à découvrir l’étendue de l’océan, et la somme d’efforts que j’aurais à fournir pour le traverser.

Afghanistan_18Une fois que l’on referme le livre, on peut largement se rendre compte du travail de l’auteur pour que tout tienne en place. La construction narrative, les personnages, les intrigues qui finissent par se croiser, s’emmêler, les digressions qui servent constamment le récit du début à la fin sans aucun temps mort. Comme souvent dans les romans d’enquêtes (thrillers) les fins de chapitres arrivent avec le fameux Cliffhanger  et c’est avec plus ou moins de talent que les auteurs s’en sortent. Je suis Pilgrim ne fait pas défaut à la règle, mais cela n’est pas fait de façon grossière, bien au contraire, Terry Hayes reste subtil et c’est, entre autres choses, un des éléments qui participe à la réussite d’un tel roman.

« Sans un mot, Marcie alla chercher son ordinateur portable dans la pièce d’à côté. Et, à partir de là, découvrir mon identité devint leur entreprise, leur guérison, la renaissance de leur histoire d’amour. 
Et pour moi ? Une catastrophe. »

Alors oui, toutes sortes d’adjectifs peuvent être utilisés pour décrire Je suis Pilgrim, et Terry Hayes accouche d’un premier roman formidable, dépassant John Le Carré, jouant avec les peurs modernes du terrorisme. Un grand thriller diront certains, mais le mot « thriller » étant employé à tort et à travers il est bien plus simple de parler d’un grand roman.

Terry Hayes est né en Angleterreterry hayes en 1951, il émigre dès son plus jeune âge en Australie où il suit une formation de journaliste. A vingt et un ans , il est correspondant en Amérique du Nord, basé à New York. Deux ans après, il retourne à Sidney où il travaille comme journaliste d’investigation, journaliste politique et chroniqueur. Il devient scénariste pour le cinéma de Mad Max 2: The Road Warrior (1981), Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre (1985), Calme blanc (Dead Calm, 1989) ainsi que pour la télévision. Il a remporté plus de vingt récompenses pour son travail. Après avoir déménagé à Los Angeles, il a écrit plusieurs scénarios portés à l’écran par les plus grands studios de Hollywood comme Payback (1999), Vertical Limit (2000) et From Hell(2001), pour lequel il a été nominé pour le Prix Bram Stoker du meilleur scénario. Ce premier roman, Je suis Pilgrim a été publié par Transworld Publishers, en juillet 2013.


Je suis Pilgrim de Terry Hayes traduit par Sophie Bastide-Foltz,  éditions Jean-Claude Lattès, avril 2014  647 pages  22,90€.  Éditions Le Livre de Poche, avril 2015, 912 pages 8,90€.

(1) Le Monde diplomatique. Révolution dans la communication Le système Échelon par Philippe Rivière, juillet 1999

Je suis Pilgrim de Terry Hayes : grand thriller grand roman was last modified: septembre 17th, 2015 by Tarik Messelmi