Sirkis présente Indochine à travers le sens, l’affection, l’incarnation, voire le doux érotisme, de trente ans de textes. Kissing My Songs de Nicola Sirkis et de Agnès Michaux est une réussite. Lisible, intimiste, instructif – intelligent. Parution publique le 2 novembre, 19€.

Entretien entre une journaliste et un chanteur, la moindre des qualités de cet ouvrage est de rappeler ce que les fans savaient déjà :  Nicola Sirkis est un homme cultivé et aimable. Son rapport à l’art, notamment la lecture, il le comprend comme un aventurier qui glane de-ci de-là des idées, des impressions, des sensations. De tant en tant, elles se précipitent pour former une histoire de sens et un paysage sonore : une chanson est alors née. Les 11 chapitres de Kissing My Songs font la part belle à l’autobiographie et sont faciles à lire. Les aficionados y trouveront nombre de détails jusqu’ici inconnus. Les moments difficiles ne sont pas absents.

Plusieurs périodes structurent le texte : l’ascension avec  L’Aventurier, dont la chanson Bob Morane, l’affirmation d’une culture décalée avec le Péril Jaune, la réflexion sur l’identité sexuelle avec 3e Sexe (influence de Boy George…). Quant à Tes yeux noirs, c’est une histoire de quiproquos et d’incompréhensions… 7000 danses et Le Baiser sont diversement appréciés du public alors qu’ils sont, le dernier surtout, à notre avis remarquables. Un jour dans notre vie puis Wax signent la descente aux enfers. Enfers dont Nicola Sirkis remonte avec un 8e album, Dancetaria.

Paradize, album collectif pour le seul membre restant de la formation originelle,, est venu à plus de 1,5 million d’exemplaires. Alice & June conduit à un renouvellement des fans du groupe avec l’arrivée d’adolescents. La République des Meteors, qui interroge la Seconde-Guerre mondiale, ne lasse pas de nous interroger.

 *

Indochine Nicola Sirkis : Kissing my songs

Animula blandula vagula : Âme de diaphane intimité, hôtesse et compagne de mon corps, tu verses vers des lieux délavés, escarpés et dénudés, où ne résonnent tes jeux d’esprit…

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom